Archives du mot-clé NaNoWriMo

Avis à la population

Vous avez pu remarquer que, dernièrement, il n’y a pas foule d’articles. Et pour cause, je ne trouve pas le temps d’en écrire. Alors, certes, en y regardant bien, je pourrais, vu le temps que je passe à traîner sur twitter, tumblr ou à regarder American Horror Story mais je ne vais pas me forcer à écrire non plus.

Tout ça pour dire que le mois de Novembre devrait être aussi peu rempli, niveau parution d’articles, et ce, pour plusieurs raison :

– mes cours,
– mes TP et leurs compte-rendus,
– mes contrôles,
– ma recherche de stage,

Et surtout :

– le NaNoWriMo;


(Le logo est pas tiptop cette année mais j’y peux rien)

Car malgré ce que je pensais faire au début, finalement, j’ai bien envie de tenter le coup, quitte à ne pas parvenir au but final (les 50kmots) pour la première fois en 3 ans. Je pars sans plan donc au pire, la fin d’un chapitre pourra très bien apporter la fin de ce nouveau Nanotruc.

– Pokémon Y,
Parce que ce jeu est sublimement chronophage à tel point que j’ai bien du passer deux heures à chercher un Hélionceau mâle. Alors que tomber sur une femelle est d’une simplicité sans nom.

Évoli-RFVF.png

J’essaie aussi de trouver plein d’Evoli trop choupi pour avoir ses différentes évolutions possibles (toutes aussi choupies), mais c’est pas facile facile.

Voilà, on se revoit donc en Décembre, avec, peut-être, si l’envie m’en prend, un ou deux articles d’ici là, quand même, pour faire genre.

Publicités

Games of Darkness (7)

Chapitre 7 :
The millenium ennemy (Part 1)
 

« I want a pefect body
I want a perfect soul »
Creep,
Radiohead.

 Il faisait nuit. Le ciel entrecoupé de nuages épais laissait parfois voir une magnifique lune pâle et ronde. Un jeune homme aux cheveux longs et blancs se tenait devant le Game. Son uniforme de lycéen ouvert sur un T-shirt blanchâtre volait au vent. Dans sa main droite, il tenait un anneau doré qu’il portait par ailleurs comme un collier grâce à une anse et une cordelette. Un triangle avec un œil ouvragé était contenu dans le cercle de l’anneau et cinq cônes pointus pendaient mollement sous l’effet du vent. Cinq ? Non, quatre. Le dernier pointait à l’horizontal, droit en direction du magasin de jeux.

YGO-050 Enter Dark Bakura

– Kruuu, kruuu… ricana l’homme en crissant des dents comme une craie sur un tableau de classe. Il semblerait qu’un autre objet millénaire soit ici, à Domino… Voici une chance unique de m’en emparer !

*** Lire la suite Games of Darkness (7)

Games of Darkness (6)

Chapitre 6 :
Death-T

« And if you pray well no one’s gonna save you »
The Origin Of Love,
Mika.

Jôno-Uchi se précipita dans le bureau du capitaine Yûgi. Il trouvait que ce dernier avait quelque chose de changé dernièrement, depuis l’accident qui avait ravagé son bureau du sol au plafond, mais il n’arrivait pas à déterminer quoi précisément. Peut-être était-ce sa coupe de cheveux, qu’il semblait avoir subtilement modifié, ou son regard, qui semblait moins sévère.

– Yûgi, désolé de t’interrompre, mais j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. Lire la suite Games of Darkness (6)

Games of Darkness (5)

Chapitre 5 :
Chinese Dragons

« Maniac messiah
Destruction is his game »
End Of All Days
, 30 Seconds To Mars

Finalement, après l’affaire du musée, Yûgi avait complètement oublié les remontrances qu’il avaient prévu à l’encontre d’Otogi et Honda. Tant mieux pour eux. Il était encore troublé par les propos de Shadhi. Une sorte de tabou s’était installé au sein de l’équipe. Il savait qu’ils avaient dû en parler entre eux, tout transmettre aux deux absents, mais face à lui, ils ne pipaient mot. Le capitaine réfléchissait à tout cela, et bien plus encore, en grignotant des chips. Et tant pis pour sa ligne.

Lire la suite Games of Darkness (5)

Games of Darkness (2)

Chapitre 2 :
First day

« I would bathe in a world of sensation
Love, goodness and simplicity
(While violated and imprisoned by technology) »
Song Of Myself, Nightwish.

C’était sa première journée de travail. Du coup, Anzu stressait légèrement. Pas jusqu’à se ronger les ongles, mais presque. Or, elle savait à quel point cette habitude était mauvaise. C’était difficile de ne pas s’y astreindre. Chasser le naturel…

Mais elle ne savait pas pourquoi elle avait été embauché ni les véritables motivations de son employeur, le mystérieux Capitaine Mutô. Contrairement à Kujaku Maï ou à Otogi Ryuji, elle n’avait aucune qualification suscitant un quelconque intérêt. C’était bien pour cela qu’elle bossait pour un fast-food. Avant de poser sa démission le matin même.

Allait-elle se coltiner les photocopies et le café, comme Jôno-Uchi, l’autre lycéen qu’employait Fameginkgo ? Anzu espérait que non, mais l’étendue de son curriculum vitae ne lui donnait pas beaucoup d’espoir pour que cela se déroulât autrement. Cela dit, le salaire que lui avait fait miroiter le capitaine Mutô était largement supérieur à son précédent, donc s’il fallait faire des tâches ingrates, elle saurait s’y résoudre. Et ce, même si son côté rationnel lui chuchotait qu’on ne pouvait pas payer quelqu’un autant juste pour utiliser une cafetière et une photocopieuse…

Lire la suite Games of Darkness (2)

Games of Darkness (1)

Chapitre 1 :
Game starts !!!

« You’re dangerous
I’m lovin’ it »
Toxic, Britney Spears.

Anzu Mazaki soupira. Elle détestait devoir faire les corvées de ménage après les cours, mais c’était son tour, alors elle devait s’y conformer. Ne pas faire de vague. Ne pas se faire remarquer. Être docile. Et continuer sa vie tranquillement sans jamais être bouleversée.

Elle posa l’éponge qui servait à essuyer le tableau et s’accouda à la fenêtre. Dehors, il pleuvait comme en Normandie, même si elle ne connaissait ni cette région, ni sa réputation du côté de son temps pourri (même en été). A sa décharge, le Japon, c’est loin de la France, et si l’on prenait un lycéen français au hasard, rien ne dit qu’il serait capable de citer une région du Pays du Soleil-Levant et sa météo.

Passons.

Anzu-Manga Lire la suite Games of Darkness (1)

CampNano & vacances

Tous les ans, à cette époque de l’année, je pond un article visant à me vanter des nombreuses activités que je vais faire durant mes looongues vacances. Manque de peau, cette année, je retourne aux deux mois que j’avais quand j’étais au lycée. Cela vaut le coup de faire des études si c’est pour avoir moins de vacances, tiens !

Et c’est pourtant cette année que j’ai décidé de me gaver de séries, de romans et de manga. Bon, j’ai définitivement abandonné l’idée de me mettre un jour à Spartacus dont je parle depuis deux ans (ahah). Mais, par contre, je compte bien rattraper mon retard dans :

– Doctor Who (saisons 2 à 7);

– Once Upon A Time (mis en pause à l’épisode 6 ou 7 de la saison 1);

– Dexter (saisons 7 et 8):

– Teen Wolf (saisons 2 et 3);

 True Blood (saisons 5 et 6)…

Sans oublier de commencer Supernatural (8 saisons !) et Lost (« seulement » 6). Et puis, il y a aussi Sherlock dont il me manque seulement 3 petits épisodes, donc ça devrait le faire. Et j’aimerais me refaire l’intégrale de Battlestar Galactica et de X-Files. Je suis (trop) optimiste, je le sais.

Car la moitié de mes vacances va être amputée grâce à un événement littéraire de taille : le CampNano ! Mais qu’est-ce donc ? La sonorité finale du mot, « Nano », devrait vous évoquez le Nanowrimo. Et oui, le marathon d’écriture de l’hiver est papa d’un joli fiston estival. Du 1er au 31 Juillet, je serai donc fortement occupé à écrire, encore une fois.

Mais excepté ce changement de mois, le CampNano recèle des nouveautés intéressantes. En effet, chaque nanoteur est placé au sein d’une tente virtuelle partagé avec six ou sept autres, selon les souhaits de chacun, allant du hasard total à la recherche précise par pseudo. On peut aussi être solitaire et s’enfermer dans une tente sans laisser personne entrer. Ça fera plus d’espace et moins de tentation à procrastiner sur le tchat privé. (Et c’est pas comme s’il n’y avait pas un chat français bien actif pour perdre du temps.)(Oh, wait !)

Le principal avantage du CampNano, à mon goût, c’est que l’objectif à atteindre est libre : de 10 000 mots à 1000 kmots. Sachant que ce dernier me paraît humainement irréalisable mais bon, passons. Il paraît que le café peut réaliser des miracles.

L’objectif fixé ? 30k, soit moins de 1000 mots par jour, c’est raisonnable. Car, rappelons-le, le mois de Juillet compte 31 jours. 31 ! Là où Novembre, ce radin, n’en a que 30 ! Et une journée, 24h supplémentaire, dans ce genre de défi, ça compte, et pas qu’un peu !

Pour la première fois, je vais partir avec un plan. Plutôt précis, de surcroît. Vais-je tenir le choc ? Ce sera la grande surprise. De toute façon, avec ou sans plan, mes Nano ont la faculté naturelle de partir en cacahuètes. Alors que je préfère les chips. Tant pis.

L’idée est née en Novembre dernier, mais il était prématuré pour elle d’être couché sur papier. Et le CampNano d’Avril était en plein pendant mon premier mois de stage, concilier les deux aurait peut-être était difficile. (J’en sais rien, j’ai pas essayé.)

Mais avec l’ambition chronophage que je me suis fixée en terme de visionnage de série, ce CampNano va sûrement être plus dur que prévu. Ou alors que je sacrifie ma vie sociale en Août (ahah).

Bref, je sens que vous trépignez d’impatience pour obtenir, en avant-première, le résume officiel de mon futur Nanotruc. Eh ben, je garde la surprise, parce que je ne sais pas vraiment comment commencer (malgré la présence d’un plan, ahah). Alors, pour faire simple… Le Nanotruc va être un mélange entre les univers de :

– Yu-Gi-Oh;

– Torchwood;

– Donyatsu;

– Lovecraft.

Et je n’exclue pas une apparition surprise de Cartox. Cela dit, il n’y aura, je l’espère, aucune trace de chimie, parce qu’écrire mon rapport de stage m’a largement suffit en terme d’analyse de la silice, des nitrates ou des nitrites, quelle que soit l’eau utilisée ou la méthode. Argh.

Sur ce, je vous laisse avec cette grosse impression de WHAT THE FUCK que je viens d’écrire. Bisous.

Hallowrimo…

Et non. Je suis désolé, mais cette année, contrairement à 2011, je ne vais pas vous régaler d’une succulente histoire d’horreur. Quoique, en y réfléchissant un peu, c’est peut-être bien la chose la plus terrifiante qui soit… Mais personne ne s’en régalera. Non, personne…

C’est pas moi, j’y peux rien, j’ai juste tapé Hallowrimo dans google pour voir.
Lire la suite Hallowrimo…