One-Punch Man

J’ai connu One-Punch Man il y a 2-3 ans, plus ou moins à la sortie du premier (ou deuxième)(ou troisième) tome de la version dessinée par Yusuke Murata (d’après un « scénario » de ONE). Le manga venait de commencer et tout le monde s’extasiait dessus, le lisant légalement grâce à un cousin du Japon. Mais moi, cela ne m’intéressait pas des masses. L’histoire d’un mec tellement fort qu’il peut battre n’importe qui ou n’importe quoi en un seul coup de poing ? M’ouais…one-punch-man-1-kurokawa Lire la suite One-Punch Man

Yu-Gi-Oh : de nouvelles Magician Girls (encore)

Je m’en doutais. Je l’avais prédit et maintenant je sais que j’avais vu juste, au moins partiellement. Mais est-ce que vous vous rappelez des Fruits Magician Girls : Lemon & Apple ? Eh bien, comme on pouvait s’y attendre, elles ne sont plus seules !

kiwi MG
Kiwi Magician Girl (à gauche) et un bout de Lemon (à droite)

J’ai un petit retard dans l’information d’environ presque un mois. Le V-Jump du mois dernier a révélé trois nouveaux concepts : Berry, Kiwi et… Choco Magician Girls. Et oui, la toute dernière n’est pas issu d’un fruit ! Si j’avais bien vu pour Kiwi, la pauvre Cherry a été délaissée au profit de Choco. Car il semble que la première lettre de leur nom soit importante. En effet, on peut remarquer qu’elles forment un anagramme :

Berry Magician Girl
Lemon Magician Girl
Apple Magician Girl
Choco Magician Girl
Kiwi Magician Girl

Berry MG
La kawaii Berry Magician Girl

Et oui, cela semble désigner la Black Magician Girl, d’où sont issues toutes ces dérivées… Hasard ou vaste complt ?

Du coup, ça signifie qu’on les verra toutes dans le prochain film, ce qui fait pas mal de nouvelles cartes pour le deck de Yûgi. A voir après s’il y a une synergie pour l’archétype « Magician Girl ». Mais vu qu’elles portent toutes, sauf une, des noms de fruits, ce serait bête de passer à côté de cette occasion.

Je me demande aussi si l’on aura une version masculine de ces cartes. Après tout, la Black Magician Girl était à l’origine la jeune disciple du Black Magician. Peut-on imaginer le même genre d’histoire avec ces nouvelles magiciennes ? Ou à l’inverse, qu’elles aient des disciples ?

ChocoMG
Et enfin, Choco Magician Girl.

Pour le moment, Kotobukiya n’a pas communiqué sur de nouvelles figurines, ni sur celles déjà annoncées. Mais ce serait tout de même dommage de ne pas faire un set complet. Réponse dans les prochains mois, le film sortant à la fin Avril au Japon (et d’ici la fin de l’année dans le reste du monde, aux dernières nouvelles).

Quoiqu’il en soit, voici une image couleur pour finir l’article. A priori, ceci est un tapis de jeu.AllMagicianGirls

SOL ~ Seasonal Print Collection by Junko Mizuno

DSCF8970
La couv’, signée par Junko Mizuno.

Après plus d’un an de tweets sur le sujet, Junko Mizuno a réussi à me faire craquer.  L’artiste japonaise, qu’on ne présente plus et dont les œuvres s’étendent entre le simple livre aux figurines incrustées de jolis cristaux Swarovski en passant par de moelleux coussins, expose de temps à autres ses travaux dans des galeries d’art. Et donc, pour en revenir au sujet, oui, j’ai enfin pris le temps de commander son artbook (si on peut appeler cela ainsi) SOL ~ Seasonal Print Collection, justement sorti à l’occasion de l’exposition du même nom, qui s’est déroulé au cours du mois d’Août 2014. Lire la suite SOL ~ Seasonal Print Collection by Junko Mizuno

Digimon Frontier

Quatrième rejeton de la saga, sa diffusion commence en Avril 2002 au Japon. Digimon Frontier n’a cependant jamais été diffusé dans l’hexagone. Pourtant, les digimons de cette saison me sont familier, pour certains. Peut-être en avais-je eu un aperçu dans un de ces vieux magazines style D.mangas.digimonfrontier1

Bref. Qui dit nouvelle saison, dit nouvelles règles du jeu, nouveaux enfants et nouveau digimonde. Frontier n’a rien à voir avec Tamers ou Adventure (malgré de similitudes  – volontaires ? – avec ce dernier). Dans cette nouvelle saison, dix guerriers légendaires se sont sacrifiés pour sauver le monde digital du Mal. Des années, décennies ou siècles plus tard, cinq enfants sont envoyés pour retrouver les esprits de ces guerriers et à nouveau sauver le monde de sa destruction. Lire la suite Digimon Frontier

Miaou le Cartox : Nyanboard

Si vous suivez ce blog depuis suffisamment longtemps, vous avez dû remarquer mon amour des chats et de Cartox, la mascotte de Yotsuba &! (entre autres). Les japonais ont un don inné pour la création de petites choses kawaii qui me font craquer (comme mon porte-monnaie). Dans le vaste domaine des chats, je suis servi : Nyanpire, Chi, Donyatsu…  Je pensais naïvement que ça s’arrêterait là…

Nyanbo2 Lire la suite Miaou le Cartox : Nyanboard

The Ancient Magus Bride

Malgré son titre tout en anglais au sens étrange, The Ancient Magus Bride (de son nom japonais Mahô Tsukai no Yome) est la bonne pioche des éditions Komikku. Grand succès dans son pays d’origine (à peine 3 tomes, tous présents dans les top style Oricon, gros tirage et donc grosses ventes), il n’y a plus qu’à confirmer l’essai en France. Le titre de Kore Yamazaki a de quoi plaire à un large public (pas comme ces trucs obscurs dont raffole Meloku).

Lire la suite The Ancient Magus Bride

[Freaks’ Squeele] Rouge

Et voilà. Après trois bon tomes, la premier spin-off de Freaks’ Squeele s’est terminé en beauté. Dans la série mère, on suit Ombre de Loup, Chance et Xiong Mao qui tente vaillamment de réussir leur cursus universitaire dans une fac de super-héros à la réputation plus que mauvaise. L’univers voit se développer une foultitude de personnages secondaires et autant de backstories  qui ne pouvaient malheureusement pas être exploitées au risque de délayer l’intrigue principale. Mais même les histoires des personnages principaux sont complexes.

D’où la naissance de Rouge qui se propose de narrer le passé de Xiong Mao. Etant donné son rôle dans la saga d’origine où elle est peut-être la plus mise en avant du trio de tête (à mon goût), je fus plutôt surpris de ce choix. Surtout pour un premier spin-off. En effet, fille illégitime d’un parrain de la mafia chinoise, avec une mère en fuite et une belle-sœur qui veut sa mort, Freaks’ Squeele nous en dévoilait déjà pas mal sur le personnage de Xiong Mao. Que pouvait bien donc raconter Rouge ?

L’histoire prend place quelques années plus tôt, alors que Xiong Mao est au lycée. Les événements qu’elle va vivre lui feront découvrir l’amitié, l’amour et la mort (pas en même temps). On découvre une nouvelle facette de notre héroïne, plus taciturne et renfermée, qui n’a pas confiance en ses capacités de combats et vit dans l’ombre de sa belle-sœur, Wang Mu. Pire que dans les débuts de Freaks’ Squeele.

La brillante idée de ce spin-off, c’est que si Florent Maudoux est au scénario, il a confié le dessin à quelqu’un d’autre, à savoir Sourya Sihachakr. Au début, j’étais plutôt circonspect, surtout que la couv’ était de la main du maître (et un rien aguicheuse par rapport au contenu). Parce que le style de Sourya Sihachakr est à des années-lumières de ce que fait Florent Maudoux. Alors, oui, le but n’est pas d’avoir un bête copié-collé, mais il faut tout de même que les persos soient reconnaissables d’un titre à l’autre puisqu’en plus de partager le même univers, ce sont les mêmes en plus jeunes. J’avais donc encore quelques réticences en achetant le premier tome (il y a déjà deux ans…).

Et au final, en plus de me faire rapidement à ce changement de style très appréciable, ça a permis à Rouge de gagner sa propre identité visuelle, se démarquant ainsi de la série d’origine par l’utilisation de couleur plus douce, style aquarelle, et un dessin plus fin. En bref, du tout bon.

Au niveau du scénario, l’histoire de Rouge réserve quelques surprises (que je ne dévoilerais pas) et de nouveaux personnages secondaires attachants ou agaçants (c’est selon). Il y avait finalement de bonnes raisons de proposer cette trilogie sur le passé de Xiong Mao, qui nous permet du même coup d’en savoir plus sur l’énigmatique Masiko (que l’on peut également retrouver dans le one-shot à son nom).

Comme d’habitude, le tout est saupoudré de références, allant de Sailor Moon à Battlestar Galactica, que l’on note avec amusement. L’humour et la bonne ambiance du titre rappelle avec bonheur la légèreté des premiers tomes de la série mère, lorsque la trame n’était pas aussi complexe ni intense. C’est cool.

Que nous réserve Maudoux pour la suite, alors que Freaks’ Squeele touche à sa fin (dernier tome le 23 octobre, avec une version standard et une collector, avec un livret « guide touristique » et le tome 1 version « manga » – quoique cela veuille dire) ?  Eh bien, si l’on ne sait pas encore s’il compte faire un deuxième arc, on sait déjà qu’il va mettre les bouchées doubles pour Funérailles, dont le tome 2 est sorti en Mai 2014 (et en étant optimiste, on peut espérer le t.3 pour Mai 2016). Côté spin-off, la série Kim Trauma semble enterrée pour de bon (on voit brièvement Kim dans le t.6, à part ça, plus de news…) mais le projet centré sur Valkyrie qui semblait abandonné renaît de ses cendres. On devrait donc pouvoir se délecter d’un tome de Magical Val courant 2016, si tout va bien.

D’un point de vue perso, au vu de ce qu’à donné Rouge, je ne dirais pas non à d’autres projets sur Chance ou Ombre, ou même d’autres persos plus secondaires. Tant que je peux avoir une dose de Freaks’ Squeele, en fait…

Liebster Awards 2

Et voilà. J’ai de nouveau été nominé. Sûrement parce que je suis super méga connu (SPOILERS : NON). Si comme moi, vous ne vous souvenez plus de ce que sont ses récompenses Liebster, voici un résumé :
– Je vais devoir révéler 11 faits plus ou moins pas connus sur mon humble personne ;
– Je vais devoir répondre à 11 questions posées par Ciel d’Orage qui m’a nominé ;
– Et enfin, à mon tour je vais désigner 11 victimes, euh, candidats.

Liebster Awards Lire la suite Liebster Awards 2

Du NYAN et des mangas :3

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 284 autres abonnés