Archives du mot-clé Starz

Torchwood : The Blood Line

Et voici déjà le dixième et dernier épisode de cette quatrième saison. C’est ici que se termine Miracle Day ! Co-écrit par Russel T. Davies et Jane Espenson, cet épisode se doit d’offrir une conclusion satisfaisante, à la hauteur, et suffisamment ouverte pour permettre un retour pour une saison 5. Qui se fera, j’espère !

Lire la suite Torchwood : The Blood Line

Publicités

Torchwood : End of The Road / The Gathering

Voici déjà le huitième épisode, qui, après les flash-back du précédent, revient dans le présent nous offrir des débuts de révélations et de l’action. Avec, encore une fois, un cliffhanger méchamment puissant. Le récit a été écrit par Jane Espenson (encore !) et Ryan Scott. On retrouve donc le charme des premières saisons, et un rythme plus rapide que précédemment, et ça, c’est bien.

Le début est pas mal, mais un poil décevant parce qu’il ne répond pas aux promesses de la fin du 4×07. En effet, on croyait avoir droit à des révélations sur le Miracle, mais non, point du tout, ça c’était dans le 4×07, justement ! Là, on nous explique juste ce qu’est devenu Angelo après le départ de Jack : un stalker. Et peut-être qu’il a aussi tenté de protéger Jack des Trois Familles qui avaient déjà ce qu’elles voulaient, de toute façon (le sang de Jack). Reste qu’on a aucune idée du véritable but de tout ça, parce qu’Angelo a été mis à l’écart…

Lire la suite Torchwood : End of The Road / The Gathering

Torchwood MD : Escape to L.A. / Categories Of Life

Respectivement épisodes 4 et 5 de cette décidément impressionnante quatrième saison, après la mise en situation un peu longue avec un retour triomphal, voici de l’action et des révélations choquantes, dignes de Children Of Earth ! (Oui, j’annonce directement la couleur, j’aime choquer).

 Bonjour, Sexy Jack ! Bonjour, Sexy Gwen !
 Lire la suite Torchwood MD : Escape to L.A. / Categories Of Life 

Torchwood MD : Rendition / Dead of Night

[Cet article contient des spoils mineurs et des hypothèses invérifiées. Prudence… La conclusion, logiquement placée en toute fin d’article, se veut garantie spoiler safe !]

Si le premier épisode de Miracle Day a été écrit par Russel T. Davies, créateur de la série, la suite s’offre des scénaristes américain bien connus dans le monde des séries télé. Ainsi Rendition et Dead of Night , épisode 2 et 3, ont été écrits respectivement par Doris Egan (Dark Angel, Smallville…) et Jane Espenson (Battlestar Galactica, Caprica, Buffy…).

A noter que si chaque épisode à son titre, celui-ci n’apparaît nul part durant le générique. Dommage…

Rendition voit donc l’embarquement de Torchwood vers les Etats-Unis d’Amérique. Torchwood= Jack & Gwen, donc Rhys et le bébé dégagent et restent sur place. L’essentiel des scènes se déroule donc dans l’avion les emmenant. Car si Rex a mis quelques minutes à traverser l’Atlantique à l’aller, grâce à la magie des ellipses temporelles, ici, pour le retour, on prend notre temps. Ce qui permet à Lyn, agent de la CIA brillamment interprétée par Dichen Lachman (Dollhouse…), de tout faire pour tuer Jack, selon les ordres qu’elle a reçu de sa hiérarchie (ceux-ci allant donc à l’encontre des motivations de Rex, hum, c’est suspect).

Lire la suite Torchwood MD : Rendition / Dead of Night

Torchwood MD : The New World

Le premier épisode de Torchwood-Miracle Day ne réserve pas beaucoup de surprise quand on connaît l’histoire de la saison et qu’on a suivit de (trop) près l’actualité entourant la série.
La grosse surprise vient du générique de début. En effet, beaucoup de gens avait remarqué la similitude entre House M.D (Dr House en vf) et Torchwood MD. Et voilà que, non content d’avoir un lien avec la série médicale, le générique lui même s’offre des allures d’imagerie médicale !
Je vous laisse juger :

Bref, plus long et moins dynamique, ce générique bien blanc laisse revenir le calme après les premières scènes « choc ».

Lire la suite Torchwood MD : The New World

Torchwood : Miracle Day – Trailer

Comme Meloku l’a prédit (c’est pas du tout comme si j’étais prévisible…), voici un article sur le premier trailer de la quatrième saison de Torchwood avec, enfin, des images de ce qui a été tourné, et non une simple animation de la Terre/bombe.

Attention, passage culte ! (Eve Myles & Dichen Lachman)

Comme on pouvait le sentir, l’absence de mort n’est pas une chose heureuse, bien au contraire. Ce qui est normal dans l’univers sombre de la série. Ca promet également des scènes gores et dérangeantes à souhait, avec un humour noir comme Jack sait si bien le faire.
« What if you detached the head? » O_ô

On comprend mieux comment les nouveaux venus s’insèrent dans l’histoire, avant de s’incruster au sein de l’organisation disparue Torchwood. J’aime la mort style « Destination Finale » de Mehki Phifer…
Beaucoup d’actions dans ce trailer, ça explose, ça tire, ça court, ça vole ! Quelle classe ! Gwen et son bazooka ! ♥
Evidemment, des « fans » se plaignent déjà de la voir porter un flingue d’une main, son bébé de l’autre… Mais bon, Gwen est une mère active, c’est pas sa faute si on l’attaque alors qu’elle donnait le biberon ou changeait sa couche, si ? >.<

Evidemment, des « fans » se plaignent déjà que Jack porte d’autres vêtements que son mythique uniforme issu de la seconde guerre mondiale. Nan, c’est vrai quoi, ça devrait être interdit de changer de vêtements ! On ne va plus le reconnaître ! Une cravate? Hérésie ! Plus sérieusement, je ne crois pas qu’on puisse résumé un personnage à ses habits. Ça craint, sinon…

Bref, un bon trailer qui donne envie de se retrouver en Juillet, n’est-ce pas ?

Torchwood – Death Is Not An Option

Oui, je sais. Je connais la remarque qui vous ronge les lèvres (surtout celles des plus médisant(e)s). A ce rythme, Heaven Manga va se transformer en Heaven Torchwood. Il n’empêche que j’y peux rien si l’actualité et la promotion de la série sont au beau fixe ces derniers temps !
Comme je l’annonçait samedi, en ce moment même et jusqu’en fin de semaine, c’est le MIPTV à Cannes. En gros, un p’tit événement où BBC Worldwide dévoile quelques visuels de la futur saison de Torchwood pour la vendre aux annonceurs (si j’ai bien compris le principe).

Bref, trève de blablatages futiles, voici la première affiche, avec notre bon Capitaine Jack !

Torchwood : Miracle Day – 07.08.11

Voici un nouveau billet Torchwood !
Si vous avez bien suivi le billet de présentation de la série, cette quatrième saison est une coproduction entre la BBC et Starz (chaîne américaine). Après avoir bien suivi les diverses informatios relatives au tournage (commencé depuis mi-janvier), on apprend aujourd’hui la date de diffusion sur Starz (qui devrait être la même pour BBC) : le 8 juillet prochain !
Le tout est accompagné de l’affiche promotionnelle suivante, en attendant de réelles photos !

J’aime beaucoup cette affiche, qui donne le ton : cette saison sera explosive et aura une ampleur internationale. Une belle image qui résume bien l’ambition voulue par les scénaristes et Russel T. Davies (créateur de la série).

Torchwood – Présentation générale.

Histoire :
Torchwood, cellule d’investigation indépendante du gouvernement et plus autonome que la police. Notre but, rechercher toute forme de vie extra-terrestre sur la terre et sauver l’avenir de l’humanité. Le 21ème siècle est celui de tous les changements. Et il faut s’y préparer.

En VO, parce que l’anglais, comme on comprend rien, ça fait classe :

“Torchwood: outside the government, beyond the police; tracking down alien life on Earth, and arming the human race against the future. The Twenty-First Century is when it all changes. And you’ve gotta be ready.”

– Captain Jack Harkness

Créateur : Russell T. Davies
Année de création : 2006.
Nombre de saisons : 4.
Nombre d’épisodes : 41.
Genre : SF et fantastique.
Titre VO : Torchwood.
Pays d’origine : Royaume-Uni.
Durée d’un épisode : 45~50 min.

Personnages :

Ianto Jones est un peu l’homme a tout faire de Torchwood, mais il doit avant tout couvrir les traces pour que personne ne découvre l’institut. C’est un jeune homme très intelligent avec à un grand souci du détail. Toujours bien habillé avec costume et cravate, il est certainement le membre le plus effacé du groupe.
Interprété par Gareth David-Lloyd.
Gwen Cooper est un agent de police. Si elle a intégré l’équipe, c’est avant tout pour ses qualités humaines et son sens de la réalité. Héroïne de la série, l’histoire de focalise sur son point de vue.
Interprétée par Eve Myles.
Jack est le leader de l’institut Torchwood 3. C’est un patron autoritaire qui peut parfois paraître froid, mais il tient énormément aux membres de l’équipe. Par ailleurs, Jack est omnisexuel (outre les hommes et les femmes, il a aussi des relations avec des aliens). Il porte un uniforme de l’armée de l’air de la 2nde guerre mondiale et le reste de sa garde robe reste très années 40.
Interprété par John Barrowman.
Toshiko est l’experte en informatique et technologie extraterrestre de la bande. Elle est un vrai génie pour décoder les langues aliens et craquer des codes. Elle ne se sépare jamais de son précieux matériel informatique.
Interprétée par Naoko Mori.
Owen est un docteur de 26 ans. Il travaillait dans un hôpital avant d’intégrer Torchwood. C’est lui qui s’occupe des soins médicaux donnés à l’équipe, mais son premier travaille consiste avant tout à autopsier des aliens.
Interprété par Burn Gorman.

Mon avis :

Torchwood, c’est un très bonne série de SF, malheureusement parfois inégale dans ces épisodes (intrigues différentes à chaque fois, donc autant parfois l’idée de base et son développement est pas mal, autant cela peut être malheureusement un poil décevant). Certains épisodes font très kitsch dans l’utilisation des effets spéciaux (mention spéciale à l’épisode 4 de la saison 1, Femme Cybernétique, avec un costume qui devait être plus en plastique qu’en métal XD). Néanmoins, ce côté est délibérément voulu. Et il s’atténuera au fil des épisodes, l’histoire de Torchwood se voulant plus sérieuse que celle de sa série-mère (Doctor Who, pour ceux qui n’aurait pas fait le rapport, l’un étant l’anagramme de l’autre). Heureusement, il n’y a pas besoin de connaître cette dernière pour apprécier Torchwood. La preuve par moi ! ^o^

Torchwood, c’est aussi un lieu emblématique, le Hub, QG secret caché au coeur de Cardiff, sous la place Roahl Dahl, abritant des trésors de technologies futuristes et/ou aliens. C’est aussi un animal de compagnie particulier, incarné par un ptérodactyle, rien que ça, bien qu’il ne soit pas très présent à l’écran (moins de 5 fois, de mémoire, en 26 épisodes). C’est aussi les Weevils, extra-terrestres humanoïdes habillées en costard-cravate (comme Ianto, hum…) et au QI peu élevé. C’est aussi le SUV, véhicule tout-terrain, noir, chromé et sur-équipé.

Mais Torchwood, c’est surtout ses personnages, présentés brièvement ci-dessus. Et ils sont bien travaillés, chouchoutés par les scénaristes (manière de parler, vu ce qui leur arrive) et excellemment interprétés par leur acteur respectif. Ils sont développés au fur et à mesure des épisodes (plus certains que d’autres, d’ailleurs, en fonction du récit).
Et les scénaristes osent tout : un cocktail de sang et de sexe réussi. Ainsi, on a droit à des relations hétéro- et homosexuelle, que ce soit un simple flirt Jack/Gwen, une romance inavouée Tosh’/Owen, ou une passion sulfureuse Ianto/Jack. Cette dernière fait d’ailleurs le bonheur de nombreus/e/s fan et se retrouve dans beaucoup de fan-fiction, alors que dans la série, leur histoire d’amour est amené plutôt rapidement… (mais ça n’engage que moi).
Les fans hardcore ont même des surnoms pour les couples. Gwack. Ça sonne terriblement moche, c’est donc pour Gwen et Jack, vu que c’est, dans le fanbase, LE couple détesté puisqu’il concurrence Janto (Jack et Ianto, si vous suivez). Ainsi, d’après le dictionnaire urbain, le terme Gwack sert aussi à décrire tout un tas de situation horrible, dont le son doux et agréable de quelqu’un qui fait faire un aller-retour à son repas, au lieu de le garder au chaud dans son estomac. Bref, vous l’aurez compris, pour eux, Gwack, c’est le mal.


                Gwack, en image. Ah, on me souffle qu’il y a confusion…

Il y a sûrement un rapport avec les yaoïstes, puisqu’une grande partie des personnes détestant Gwack aime Janto pour cette unique raison qu’on a à faire à un couple gay. Comme dans les yaoï. C’est fou ça. Quel hasard. ‘Fin bref, j’arrête là le cynisme, mais ça me répugne profondément qu’on puisse lapider un personnage (donc fictif) juste parce qu’on préfère un autre qui va beaucoup mieux avec Jack, hiiiii, c’est trop choupinou un baiser entre deux hommes, kyaaaaah. BAM ! *une de tuée, le monde s’en portera mieux*

Ce genre de personne passe donc son temps à trouver le personnage de Gwen insupportable parce qu’elle fait des erreurs jugées in-to-lé-ra-bles. Exemple, prise de remord, elle avoue à Rhys, son mari, qu’elle l’a trompé avec XxXxX (ceci n’est pas un gros spoil, mais bon). Cependant, elle lui donne ensuite une pilule d’amnésie. Comme ça, elle a soulagé sa conscience et son couple n’est pas détruit. Maligne, la p’tite Gwen ! Aussitôt, on la traite de tous les noms, et pas de bien jolis-jolis…
Alors que quand ce sont les autres personnages qui font ce genre de bourde, c’est pas bien grave, ils sont humains. Exemple, avec Ianto (choisi totalement au pif *clin d’oeil, clin d’oeil*). Monsieur Jones a failli induire la destruction de Torchwood 3-Cardiff en planquant sa petite amie dans une pièce secrète de la base. Réaction des fans ! « Han, mais lui, c’est l’Amouuuur qui le guide ! Han, trop choupinou ! » -pendez-les,pitié!-

On sent le règne de l’impartialité…


      The Anty Gwen Alliance
      Un groupe dont le but ultime est l’annihilation complète de Gwen. L’intérêt ? Aucun.

Je passe là-dessus, sinon, je risque de spoiler à mort la suite. Et je le ferais, mais dans d’autres articles.

Cependant, contrairement à ce que pensent ces fan-là, la série n’est pas un soap-opera style « Feux de l’Amour », « As The World Turns » et consorts. Non, c’est avant tout une histoire de science-fiction. Extra-terrestres, cyborgs, voyages spatio-temporels, la série explore tous ces thèmes, grâce à un générateur d’histoires sympathique : la Faille (the Rift, en VO), située comme de par hasard à Cardiff (la vie fait bien les choses, à moins que ce ne soient les choses qui font bien la vie, j’sais plus). N’importe quoi peut en sortir, venant de l’espace ou d’une autre époque, voire, les deux. Du coup, c’est clair que ça facilite le travail scénaristique. Comme la Bouche des Enfers de Buffy ou autres. Mais attention, tout ne tourne pas autour de la Faille.

Certains épisodes ne la mentionne à peine. Exemple, dans la première saison, le très sombre épisode 6, La Récolte (Countrycide en vo), exploite un tout autre genre : l’horreur. Très sombre, c’est clairement cet épisode qui m’a définitivement fait adhérer à la série.


              Countrycide.
              Ou comment un épisode gore a fait de Torchwood LA série à suivre de très très près.

Et on peux dire sans se tromper que cet épisode est, en quelque sorte, un aperçu de ce que deviendra Tochwood à partir de la saison 3, Children Of Earth (Les Enfants de la Terre en vf). Sombre, angoissant, avec une pointe d’humour et d’ironie typiquement britannique. Bref, le meilleur est à venir.

La saison deux est déjà bien meilleure que la première, grâce à un fil rouge qui se développe tout au long des épisodes et permet d’en apprendre plus sur le mystérieux Capitaine Jack Harkness. Les différentes histoires sont cette fois-ci plus sérieuses et mieux traitées, la série trouve enfin ses marques. De nouveaux personnages récurrents et charismatiques font leur apparition, étoffant l’univers de Torchwood. Univers dont le thème de réflexion principal, la mort (et l’absence de vie après la mort) est clairement mieux exploité, notamment via le personnage de Jack, et ensuite d’Owen. On a donc une série mature et maîtrisée qui s’offre alors un final explosif, dans tous les sens du terme. Grandiose.

La troisième saison a quant à elle créé l’évènement. Torchwood est passée de BBC Three (saison 1) à BBC Two (saison 2) puis enfin à BBC One (saison 3), elle fut diffusé en une semaine à raison d’un épisode par soir, du lundi au vendredi, en Juillet 2009. Avec un scénario haletant, complexe et terriblement sombre et novateur, Children Of Earth enregistre les meilleurs audiences de toute la série.
C’est malheureusement aussi la saison qui divise les fans, pour différentes raisons.


      Children Of Earth – Day Two
      Jack est quelqu’un de très prude, comme le montre cet épisode…

Devant à la fois respecter son ancien public tout en attirant de nouveaux téléspectateurs en déménageant sur BBC One, la storyline de Children Of Earth laisse de côté certains éléments des précédentes saisons, par manque de temps (5 épisodes, c’est court), tout en restant fidèle à l’esprit « torchwoodien » et à son ambiance. Un autre clash survient en fin de saison romptant brutalement avec le reste de la série par un pessimisme angoissant. Là, c’est le drame, la goutte d’eau qui fait déborder le drame pour de nombreux adeptes; pourtant, on est prévenu dès le tout premier épisode : on meurt jeune dans Torchwood…. Ceux qui connaissent la série savent de quoi je parle,pas d’inquiétudes pour les autres, j’en reparlerais plus tard, parce que là, en plus de faire un énorme spoil, j’ai de quoi blablater pendant des heures.

Malgré ou grâce à ces éléments diviseurs de fans, j’ai adoré cette saison. Quand Russel T. Davies revient au commande de la série qu’il a inventé (même s’il la surveillait toujours dans l’ombre lors des deux première saisons), ça donne quelque chose de littéralement explosif (épisode un), héroïque (épisode 2), effrayant (épisode 3), cynique (épisode 4) et affreusement triste (épisode 5). Cinq mots pour résumer cette saison, avant d’en faire un article plus détaillé dans l’année à venir. Parce que là, j’suis en train d’écrire le post le plus long de ce blog à ce jour. Record à battre, je vous le dis ! ^_^


            Gwen et son mari, Rhys.
            Bizarrement, très peu de personnes emploient le terme Gwys

Enfin, la quatrième saison.
A mis un an à se mettre en place, via un partenariat entre la BBC et la chaîne du câble américain Starz. Comme la précédente, elle a droit à un titre personnel, The New World, et à une longue histoire. Cependant, coup de théâtre vendredi 7 janvier, à l’occasion de la « Television Critics Association ». The New World devient Miracle Day. Contrairement à la précédente, cette saison fera dix épisodes, ne sera pas diffusée d’un coup et se déroulera dans plusieurs pays à travers le monde, principalement l’Angleterre et les Etats-Unis.
Evidemment, je l’attends avec impatience.
Evidemment, les rageux déçu d’un certain passage de Children Of Earth font tout pour démolir sa réputation. Parce que ça se passe en partie aux USA et que le show devrait rester entièrement anglais, parce que c’est encore une seule histoire, parce qu’il va y avoir de nouveaux personnages, américain de surcroît, parce qu’il leur manque un certain personnage, parce que Starz co-produit la série (on a faillit avoir la Fox, donc ça aurait pu être pire…), parce que RTD est toujours aux commandes, parce que, parce que… Ça se plaint sans même connaître. Bref, des rageux bêtes et méchants, tout simplement.

The New World , Miracle Day reprendra deux ans après la fin de Children Of Earth. Un bref synopsis est déjà dispo, ainsi qu’une présentation simplifiée des personnages principaux. L’équipe de scénaristes engagée me fait déjà rêver. Notamment, par exemple, Jane Espenson, qui s’est déjà occupé de Buffy Contre les Vampires, Battlestar Galactica, Caprica, etc. Mais aussi, John Shiban (Supernatural, The X-Files…), Doris Egan (Dark Angel, Tru Calling…). Bref, une bonne équipe.
Les news sur le casting apparaissent tranquillement depuis début Décembre, le tournage a commencé le 10 Janvier dernier, tout se passe pour le mieux ! Je suis très enthousiaste pour la suite, surtout au vu du synopsis ! Cette fois, Torchwood retrouvera sont thème fétiche : la mort… Ou plutôt, son absence…

Conclusion :
Parce qu’il faut bien finir ce billet, avant de vous endormir devant ce pavé. J’ai bon espoir que ce long texte vous donne l’envie de voir ou de revoir (c’est selon) cette excellente série qu’est Torchwood, série qui se bonifie avec le temps, comme les bons vins.

/!\ Attention aux vilains spoils qui sévissent dans les commentaires… /!\