Archives du mot-clé Setona Mizushiro

La Semaine du Shôjo 2017 (en retard)

Après une pause l’année dernière, l’événement interblog initié par @Club_Shojo revient en 2017.  Le principe ? Toute la semaine, du lundi 24 au dimanche 30 avril, des articles sur le site-mère et sur les blogs des nombreux participant-e-s, tous mettant à l’honneur le shôjo. Après le ou la mangaka préféré-e en 2014, après le personnage le plus réussi en 2015, le thème choisi, pour cette édition : « quel shojo (yaoi ou josei) a eu le plus d’impact dans ta vie et pourquoi ? » Lire la suite La Semaine du Shôjo 2017 (en retard)

Brainstorm Seduction

Cela fait désormais plus de deux semaines que le brave Meloku m’a prévenu de la sortie imminente d’un titre que j’attendais beaucoup et depuis longtemps. La nouvelle ayant circulé via une page facebook en avant-première scoop exclusivité mondiale vous l’avez lu ici en premier, je considère que même si l’éditeur français n’a pas officiellement officialisé l’annonce de manière officielle, c’est du tout vu.

Brainstorm Seduction. M’oui. C’est sous ce nom un rien connoté shôjo que Kazé Manga a décidé de publier en Août prochain le dernier titre de Setona Mizushiro (qui s’est terminé en avril dernier avec son cinquième volume). On part quand même de Nounai Poison Berry (Poison Berry in my Head) pour arriver sur un titre bien plus banal. Nan mais, sérieusement, on dirait un titre de Soleil Manga. J’attends depuis QUATRE LONGUES ANNEES  et je me retrouve avec un titre àlacon.

Bref. Voici le résumé rédigé aimablement par l’éditeur français. (Et sur le côté, la couv’ vo du dernier tome, en attendant les version fr.)

Ichiko Sakurai, 29 ans, tombe par hasard sur Sotome, 23 ans, un garçon qui l’avait attirée lors d’une soirée entre amis. Dans la tête de la jeune femme, le débat fait rage : toutes ses émotions et réflexions se personnalisent et guident ses choix. Lire la suite Brainstorm Seduction

X day

Parce que je n’avais que ça à faire de mon temps libre, j’ai relu X-Day, le shôjo en deux tomes de Setona Mizushiro, rapidement évoqué dans mon article de la Semaine du Shôjo (il y a presque un an, le temps passe vite). A l’origine en deux tomes, ce manga fut réédité en une version intégrale Deluxe, avec dos cartonné et des pages-couleurs reprenant les couvertures de la première version plus d’autres illustrations. Sorti il y a presque 6 ans (ce qui ne nous rajeunit pas), ce manga narre l’histoire d’un groupe d’élèves qui souhaite faire exploser leur école. Mais il y a six ans, faire de l’apologie du terrorisme, c’était pas grave. Maintenant, si on vous voit avec ce manga en main, c’est direct en prison. Achetez-le.

(Dans la vraie vie réelle, le rose fluo est recouvert d'une pellicule scintillante kawaï choupie tout ça à la fois.)

Lire la suite X day

Heartbroken Chocolatier tome 5

Ce mois de mars aura vu la parution du cinquième tome de Heartbroken Chocolatier, près d’un an après le précédent. Une longue attente, alors que le rythme s’est considérablement accéléré au Japon (oui, un tome tous les huit mois au lieu de douze, pour moi, c’est « considérable »).

Manga - Manhwa - Heartbroken Chocolatier Vol.5

« Tremble devant les choix lexicaux des Français !!! »

Ce cinquième volume nous promet de sombres moments, avec cette couverture pessimiste. Un coeur brisé, c’est si beau, si cruel. Même en chocolat.

Après un tome 4 un peu mou dans lequel le rythme de l’histoire ralentissait drastiquement, on en attendait beaucoup. Dans le « on », j’inclus tous les lecteurs de la série qui on été légèrement déçu par la non-évolution de la relation entre Saeko et Sohta. Alors, est-ce que cela change pour ce tome ?

Lire la suite Heartbroken Chocolatier tome 5

Docteur, j’ai une baie empoisonnée dans la tête !

Nounai Poison Berry revient en ce bel moche été avec un deuxième tome des plus ocres !

La pause de Black Rose Alice semble aussi profiter à ce shôjo atypique. Les aventures d’Ichiko la demoiselle aux multiples personnalités continuent donc pour notre plus grand bonheur. Enfin, notre futur grand bonheur, vu qu’on attend encore LA bonne nouvelle de la part de Kazé.

Car avec les cinq personnalités qui gère sa vie, Ichiko a du boulot pour rester cohérente et ne pas passer pour une folle ! Entre le chef Yoshida, qui change d’avis dès qu’il sent le vent tourner, Hatoko la Gothic Lolita qui rêve du Grand Amour (en MAJUSCULE, évidemment) ou la pessimiste Ikeda, notre héroïne se retrouve au centre d’un conseil d’administration psychique complètement barré !

Et on a hâte de lire ça, en français. Merci Kazé, on n’attend plus que vous !

Nounai Poison Berry

Il vient de sortir au Japon, ce 19 mai (hier, pour ce qui ont du mal avec les dates – ils se reconnaîtront…) ! Le nouveau joseï de Setona Mizushiro, sortant chez Shûeisha ! Avec une couverture toute rose !

Nounai Poison Berry, ou Poison Berry In My Head, pour le titre anglais, ne narre pas les folles aventures d’un fruit empoisonné contrairement à ce que pourrait faire croire le titre aux lecteurs les plus naïfs (ils se reconnaîtront ^_^ ).
Le manga illustre les joies et déceptions quotidienne d’Ichiko, jeune femme de 29 ans à qui il arrive plein de trucs étrange dernièrement… En plus de se faire des films toute seule, à s’imaginer tout plein de trucs forcément faux, voilà qu’il lui arrive de se retrouver dans des situations sans savoir comment (et ce, sans que l’abus d’alcool ou de substances illicites soit mis en cause). Aurait-elle plusieurs personnalités ? Et un code-barre sur l’oeil (oups, je m’égare) ?

Pour l’instant, je n’ai pas eu l’occasion d’en lire une seule page, mais ça ne peut qu’être bien, comme tous les titres de Setona Mizushiro. Reste plus qu’à espérer une sortie relativement rapide de Kazé (peut-être quand le tome 2 sortira au Japon dans… un an ?).

Le Jeu du Chat et de la Souris

Titre :
Tome un : Kyoso wa cheese no yume wo miru (Le Jeu du Chat et de la Souris, devenu en France le titre de la série)
Tome deux : Sojô no Koi ha Nido Haneru (Comme un Poisson Hors de l’Eau, titre du chapitre final de ce second volume)
Auteur : Setona Mizushiro
Editeur japonais : Shôgakukan
Editeur français : Asuka
Nombre de tomes : 2
Une première édition one-shot est sorti en 2006 au Japon, puis l’auteur a repris l’histoire et les deux tomes sont sortis en même temps en mai 2009.
En France, Le Jeu du Chat… est sorti en mai 2007, test d’Asuka pour savoir l’impact réel du yaoi; depuis, c’est l’invasion, preuve que ça vend. La série en deux tomes est publié deux ans plus tard (novembre 2009).

L’histoire :

À cause de son caractère indécis, Kyoïchi s’est laissé prendre plusieurs fois au piège de l’adultère. Mais un jour, apparait devant lui un homme que son épouse a engagé pour enquêter sur ses infidélités : il s’agit d’Imagasé, un garçon qu’il a connu à la fac. Ce dernier accepte de garder le secret, mais en échange, il lui réclame son corps…

Graphisme :

Faisant partie de ses travaux récents, notamment pour le tome 2, les dessins de Setona Mizushiro ne sont plus une inconnue pour les connaisseurs, rien de bien novateur ou de bouleversant de ce côté-là, donc.
Sinon, petit détail sympathique, mais les tableaux, sur les couvertures, représentent métaphoriquement les chapitres de chaque tome.

Scénario :

Par contre, là, que de changements ! L’auteur nous offre une histoire centrée sur l’amour entre deux hommes, bien loin des tourments adolescents de L’Infirmerie ou Diamond Head. D’où le classement par Asuka dans sa collection Boy’s Love, alors que le titre est en fait un jôsei, si l’on se fie au magazine de prépublication japonais. Une petite différence néanmoins importante : on ne vise donc pas le même public que le yaoi lambda. Ainsi, si on joue sur la suggestion d’habitude, ici, c’est bel et bien dessiné. On montre (presque tout). A ce niveau, le tome deux est plus soft (peut-être dû à la prépublication, qui s’est faite vie téléphone portable-c’est beau, la technologie)

Ainsi, après un début servant de prétexte à des scènes osés, et finalement typique du yaoi, on entre dans le vif du sujet. L’auteur exploite ses personnages, leurs pensées, leur psychologie, et l’on se rend compte alors, et c’est encore plus probant avec le tome deux, que Setona Mizushiro n’est finalement pas si éloignée de son univers habituel. Dans un autre registre, effectivement, mais toujours dans une description très juste et touchante des travers humains.

La fin :

Cas assez spécial, ce manga bénéficie de deux fins, pour ainsi dire. Celle du premier tome, vu qu’au départ, c’était un one-shot et qu’il est donc censé se suffire à lui-même, puis celle du second, définitive, cette fois-ci, comme le promets l’auteur en postface.

Celle du premier tome m’avait laissé un léger goût d’inachevé, et j’étais bien content d’avoir la suite sous la main.

Par contre, celle du second tome conclut magnifiquement cette histoire. Le dernier chapitre, très long (près de la moitié de ce gros tome), prend son temps pour amener la fin, et même si certaines actions peuvent agacer alors que tout sembler s’arranger, pas d’inquiétudes, l’auteur veille sur ses personnages. La fin arrive, et elle est bien, comme d’habitude avec Setona Mizushiro.

Conclusion :

Franchement, j’avais hésité à me procurer ce titre. Mais étant fan de Mizushiro-sama, j’ai pu profiter de la réédition pour me procurer cette série, et c’est sans regrets.

Bilan manga 2010 (2)

Cette deuxième partie sera plus courte, puisque je vais évoquer les titres dont la parution lente, trop lente, fait craindre le pire pour la suite, surtout quand le manga n’est pas fini. Là on est en droit de se dire…

Incroyable ! Un tome est sorti cette année !

Ce qui était plutôt utopique, puisque, jusqu’à preuve du contraire, nous ne sommes pas dans le Pays Magique des Bisounours. Cette courte sélection commence par :

Saiyuki Reload

Le miracle de l’année, si, si, quoique tu en dises, Juju ! XD Après plus d’un an et demi d’attente, on s’attendait à une annonce d’abandon de la part de Panini, ce qui n’aurait surpris personne… Et puis non. Tant mieux ! Evidemment, comme à son habitude, Panini nous a gratifié d’une édition très limite niveau qualité, surtout au vu du prix (un peu moins de 10€). Pages couleurs ultra-fine, pages tout court ultre-fines aussi, carré blanc ici et là parce que les pros du lettrage, c’est pas chez eux qu’on les trouve. La seule « amélioration » vient des bonus, pour une fois conservée (parce que de ce côté-là, c’est plutôt aléatoire avec eux).

Quant à la traduction, rien à redire, elle est toujours correcte.

 

Black Rose Alice

Après une sortie très rapide des deux premiers tomes de la nouvelle série de Setona Mizushiro en 2009, on a eu la chance de pouvoir profiter du tome 3 très rapidement. Un peu trop, peut-être, vu que l’auteur s’éparpille sur trois séries en même temps (mais à tour de rôle).

Du coup, le tome 4 a mis du temps à sortir au Japon, mais le 5 arrive déjà. 2011 devrait donc voir deux tomes de cette magnifique série (quoique tu en dises, Juju -bis repetita) arriver en France.

 

 

On enchaîne avec

Hunter X Hunter :

L’auteur avait repris sa série avec un rythme soutenu (mais irrégulier), par salve de dix chapitres, et même un miracle de 20 chapitres d’un coup fin 2009-début 2010. Depuis plus aucune nouvelle… Maintenant, on attend le 28, même pas sorti au Japon, alors qu’il y a largement de quoi faire (la prépublication s’est arrêté au dernier chapitre de futur tome 29)…

 

D.Gray-Man

Je place D.G-M ici, même si deux tomes sont sortis en 2010, car au vu du rythme japonais (qui se veut semestriel), Glénat semble avoir décidé de ralentir considérablement la parution française. Ce qui semble assez logique, quand on voit qu’ils ont sorti le tome 19 moins de 6 mois après sa sortie japonaise, croyant que le 20 serait déjà sorti d’ici là. Comme quoi, même moi, j’étais mieux renseigné qu’eux… Et donc, pas de tome depuis mai dernier. Et le prochain, aucune idée. Le fanbook est reporté à février, le tome 20 sortira après. Ce qui fera près d’un an entre deux. Argh.

 

Et c’est tout pour cette fois. Même si j’ai d’autres titres ralentis violemment, le rythme reste assez « soutenu » pour les classer dans une autre catégorie. Ou alors, étant commencé(s) cette année, j’ai pu me prendre plusieurs tomes d’un coup. Par contre, certains risque de déménager ici l’année prochaine (sens-toi visé, Onmyôji !) …

Encore à suivre, donc.

 

L’Infirmerie après les Cours

Titre : L’infirmerie Après les Cours
Auteur : Setona Mizushiro
Editeur Japonais : Akita Shôten
Editeur Français : Asuka/Kazé Manga
Nombre de tomes : 10
Date de sortie du premier volume : 22/12/04 (Jap), 09/03/06 (Fr)
Date de sortie du dernier volume : 16/01/08 (Jap), 10/07/10 (Fr)

L’histoire:
Mashiro a tout du bishônen qui fleurissent dans les pages de shôjo. En tout cas, aux yeux des autres, il est un garçon et, pour parfaire cette réalité, le voilà qui sort avec une autre fille. Mais pourtant, il se trouve qu’il cache un terrible secret : il est à moitié fille. La partie basse de son corps renferme des chromosomes XX alors que la partie haute est XY (ce qui est scientifiquement aberrant mais passons).

Son lycée d’apparence classique renferme lui aussi de bien mystérieux secrets, avec un infirmière qui convoque Mashiro a des cours du soir des plus étranges… Des cours où chacun apparaît selon sa véritable nature…

Tous les jeudis, Mashiro se rend donc à l’infirmerie… et c’est revêtue d’un uniforme féminin qu’elle évolue dans ce monde parallèle.

Il ou elle ? Mashiro devra le déterminer…

Graphisme:
Le style de dessin de Setona Mizushiro est unique, agréable à l’oeil et s’améliore au fil des tomes. Les regards sont très expressifs, comme toujours dans les shôjo, mais ici, les yeux ne prennent pas les 3/4 de la tête de l’héros/héroïne. C’est bon, un peu de changement.
Par contre, j’avoue que sa manie de toujours mettre une mèche volant au vent au sommet du crâne de ses persos, franchement, ça m’agace un peu. Heureusement que la fréquence d’apparition de ces cheveux indisciplinés diminue avec les tomes. Mais ça ne reste qu’un détail, et je suis peut-être le seul à m’être fixé dessus…

Scénario:
L’histoire de ce manga est dès le début intriguante, tant on se retrouve plongé dans un univers inquiétant et insensé. Le monde du rêve est rempli de noirceur, mais le monde réel n’est pas en reste. Beaucoup de questions se posent durant la lecture, et toutes auront une réponse, car le scénario était construit d’une façon logique dès le départ, ce qui a permis à l’auteur de respecter ses plans, sans trop changé de choses. Ainsi, la plupart des scènes sont importantes pour l’évolution des personnages, et le tout amène la fin avec d’autant plus de justesse qu’elle arrive au bon moment. 10 tomes, ce n’est ni trop long, ni trop court.

La fin :
Poignante et surprenante. Deux mots qui résument parfaitement bien une fin réussie sous tout ses aspects. Préparées dès les toutes premières pages de la série par la mangaka, on peut dire que cette fin était plutôt inattendue, alors que plusieurs indices pouvaient y mener. Plusieurs lectures et relectures sont d’ailleurs conseillées pour se replonger dans cette histoires et retrouver les différentes pistes qu’à laissées l’auteur. =)

Conclusion :
Pour moi, c’est l’un des meilleur shôjo sortis à ce jour en France, sans être trop réducteur. A posséder et à lire absolument ! (Ceci n’est pas sensé être un ordre, mais prenez-le comme vous voulez).

Un très bon dossier : ici

Black Rose Alice & cie

Black Rose Alice

Avec trois séries en cours en même temps au Japon (Black Rose Alice, Heartbroken Chocolatier et Nounai Poison Berry), Setona Mizushiro est plutôt occupée. Il n’empêche que les tomes 4 et 5 du premier, et le tome 3 du deuxième sortent en l’espace de cinq mois (la fin d’année est toujours riche en sortie pour Setona Mizushiro ^^).
Quant à Nounai Poison Berry, il est toujours en prépublication et pas de tome relié à l’ordre du jour (et pour une sortie française, on peut donc attendre…).

 

Nounai Poison Berry

En France, le tome 4 de Black Rose Alice est attendu pour mars. Et on peut espérer une sortie du 5 assez rapidement vu qu’il sort en janvier 2011 là-bas. En attendant, admirons tous ensemble la couv’ du 4 (qui n’est malheureusement que la reprise d’une page couleur déjà disponible dans le tome 2, mais bon, c’est beau quand même). ^_^