Bilan à mi-parcours.

Aujourd’hui, on est le 15 novembre. Cela signifie que la moitié du mois est passée. Déjà. Déjà, car cela signifie qu’il ne reste plus que 15 petits jours pour atteindre les 50k mots dans ce défi littéraire qu’est le Nanowrimo.

Panique à bord !

De mon côté, tout va bien, j’ai encore de l’avance (une semaine, à vue de nez). Néanmoins, l’inspiration se tarit. Et ce ne sont ps mes 15 mots du jour qui vont oser me contredire.

Mes personnages se traînent et prennent tout leur temps pour faire des choses des plus banales possibles… Et ça me désespère. Ceux de l’année dernière étaient tellement plus obéissants ! Tellement qu’ils faisaient leur scène avec le minimum syndical de mots. J’ai dû broder pour parvenir au 50k.

Mais cette année, franchement…

Qui aurait pu imaginer une démone s’extasier pendant 1000 mots sur les étals particulièrement appétissants d’une boulangerie ? C’est bien, ça fait des mots en plus pour le wordcount (joliment abrégé wc). Mais au niveau intérêt de lecture, c’est pas glop.

Ce qui est bien, quand on n’a pas de plan précis à suivre, c’est qu’on peut tout se permettre pour rajouter des mots, tant que ça reste globalement cohérent avec la trame.

Par exemple, rajouter un chat. Parce que c’est mignon, un chat. Eh ben, ce chat, il a sauvé une journée de nanotage. Près de 2000 dessus, et d’ici la fin du Nano, je ne serais pas surpris que le wordcount crédité à son sujet atteigne les 10%. Minimum.

En attendant, c »est bien joli de faire des digressions aussi peu utiles, mais si le scénario fait du surplace, ça n’aide pas non plus. Mais bon. Je n’ai pas de plan, donc, pas de scénario. Ahah, c’est magique.

Ma seule idée, c’était, pour résumé « un enfant sauvage découvre une technologie alien ». 35k pour y arriver. Bravo.

Moi qui aimerais conclure avec les 50k, ça va être serré.

Cela dit, deux autres histoires s’intercalent, mais n’avancent pas plus vite.

Mais le drame, le vrai, le véritable, c’est l’absence de Gator. Pour ceux qui ne connaissent pas, le Gator est un alligator, mascotte française du Nanowrimo. Je ne connaît pas la fabuleuse histoire de la naissance de Gator, mais je sais que chaque nanoteur s’évertue à en faire apparaître un, quelque soit sa forme (peluche, animal, symbole d’une marque, nuage dans le ciel…).

Cette année, je le mentionne souvent. Mais je n’ai pas encore trouvé de moyen pour le faire apparaître au cours du récit (mon Gator ne pouvant pas se déplacer). Alors qu’il est supposé être le Grand Méchant.

Au pire, je forcerais son insertion, quitte à créer un plot-hole de la mort.

Voilà l’état des lieux. En route pour la seconde partie du mois ! \o/

2 réflexions sur “ Bilan à mi-parcours. ”

  1. « Ahahaha ».
    La première image a tout résumé je crois. Ca revient à écrire pour écrire, et si t’écris de la m*** (spécialement pour cette occasion ou que ce soie déjà le cas le reste du temps)… ben tant pis xD Ce qui compte, c’est de s’amuser à le faire, d’en profiter pour s’y remettre le cas échéant, bref, de voir le truc comme un jeu et non un défi.
    Eclate-toi. Quoiqu’il arrive, même si tu meubles, même si les persos parlent pour ne rien dire, même pour trouver un moyen débile de caser Gator dans l’histoire, écris! =^_^=

    Depuis que tu en as parlé, je me suis remise à écrire, trois ans après m’être calmée (les soucis tout ça). De la daube justement, juste pour moi, pour le fun, hors NaNoWriMo, juste comme ça.

    Ca donne neuf pages manuscrites (en tout petit, une de « mes » pages fait une et demi à deux pages « normales ») par jour. Je me couche à deux heures du matin avec un mal de dos, de poignet et un restant de torticolis atroces. Je me réveille avec des cartouches d’encre égarées dans mon plumard. Et même un stylo-bille qui me grattait le coude hier matin. Mais bon sang, qu’est-ce que c’est bon.

    Il a fallu fouiller partout pour retrouver le stock de cartouches et de souris, en chouinant de n’avoir que de l’encre « effaçable » en haut parce que le premier soir, je me suis aperçue que ces foutues encres ne tenaient pas dans le temps et que les carreaux des cahiers étaient redevenus presque comme vierges.

    Donc… merci! Merci d’avoir réveillé la scribouilleuse en parlant de ce défi complètement barré xD

    1. Heureux d’avoir réveillé la fibre de l’écriture qui sommeillait temporairement en toi ! Quitte à sacrifier ton temps de sommeil !

      Mais oui, j’écris clairement de la daube. Plus lentement aujourd’hui et hier, mais je vais m’y remettre ce week-end, au calme, avec les idées un peu plus claire sur la suite. J’espère.

      Pour la Gator, ça va être l’impro, au pire, ce sera un flash-back ! \o/

      Du coup, tu te fais ton propre Nano sans comptage de mots ! 😄

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s