Archives du mot-clé Yu-Gi-Oh!

Il est content, le Bobo, très content !

Et il a de quoi être content puisqu’effectivement, après une relativement longue attente due à un défaut de stock, sa commande est arrivé hier matin, à 11h17 selon Chronopost. Mais Bobo n’a pas fait gaffe à l’heure, trop content pour s’inquiéter de ce genre de truc complètement futile. C’est vrai quoi, ces figurines sont bien plus importantes que n’importe que autre truc, matériel ou non. Bref, trêve de bavardage aussi inutile que de regarder l’heure quand on a un colis à déballer, voici un reportage-photo réalisé par le très talentueux Bobo, pour vous en offrir plein les mirettes ! Youhou !

Le Red Eyes Black Dragon, avec Yûgi et Jôno-Uchi. Le dragon est le seul à ne pas être fixé à son support. Il reste stable malgré tout. Yûgi est mimi tout plein et l’air victorieux de Jôno le rend encore plus kawaï !

L’autre Yûgi et la bande d’amis (même si Yûgi est coupé, le pauvre). On ne le voit pas trop ici, mais les supports d’Anzu, Yûgi, Honda et Jôno-Uchi forme le fameux visage de l’amitié tracé par Anzu avec un marqueur indélébile… Eh oui, chaque socle est personnalisé ! Cool…
Publicités

Blue Eyes White Dragon & Cie

En surfant sur le net, on fait parfois des découvertes surprenantes. La semaine dernière, je me suis égaré dans la cité des nuages, site de goodies belge (le site, pas les goodies).

Surprise, dans la catégorie Manga/Autres, de découvrir que de nouvelles figurines Yu-Gi-Oh sortaient encore. Prévues pour Avril 2011 (en pré-commande quand j’y suis allé), ces deux statuettes des monstres emblématiques du manga font 30 cm, sont en résine et sont extrêmement réalistes.

Ci-dessus, le Blue Eyes White Dragon, carte de Kaïba, et ci-dessous, le Red Eyes Black Dragon, de Jôno-Uchi. Mon préféré reste le premier, bien plus ressemblant à l’original, alors que le second fait assez commun, dans l’univers des figurines de dragon.

Lire la suite Blue Eyes White Dragon & Cie

Nura-Le Seigneur des Yôkaï (2)

A noter qu’une édition pseudo-collector sortira : « coffret » en carton facilement abimable, un bloc-note et un poster. Et le pire, c’est que je risque de l’acheter…

Cela sonnait comme une sombre prédiction annonçant le pire des Fléaux… Prédiction qui s’est évidemment réalisée, quand, après avoir lu de bonnes critiques des deux premiers tomes, je tombai par hasard sur le « coffret ». J’ai craqué. C’était prévisible, non ?

Alors, que pensez de ce shônen ? Peut-il assurer la relève fièrement ?

Lire la suite Nura-Le Seigneur des Yôkaï (2)

Yu-Gi-Oh-Le Livre de la Vérité

Le « Livre de la Vérité » est un petit pavé de plus de 300 pages, sorti en Décembre 2006 en France, soit un an après la fin de la série. Au Japon, il est sorti presque en même temps que le tome 31 (qui conclut l’arc Battle City). Du coup, ce livre ne livre pas toute la vérité, mais seulement ce qu’on savait déjà.

Il est composé de 9 chapitres, plus ou moins intéressants.
Le premier se consacre aux personnages, détaillant leurs capacités, leurs cartes fétiches, leurs phrases cultes, etc. Intéressant au début, cela devient vite compliqué à lire (police d’écriture minuscule, texte partout) et certains, aperçu qu’un seul chapitre, sont tellement insignifiants que les voir ici en est une incroyable surprise.

Le deuxième est un catalogue de toutes les cartes apparues dans la série. Là encore, cela devient rapidement lassant… (J’aime pas les catalogues…)

S’ensuit un descriptif des nombreux duels dans le troisième chapitre. Duels que l’on connaît déjà, si on a lu le manga… Vous ai-je déjà dit qu’au bout d’un nombre certains de pages, cela devenait ennuyeux au possible ?

Puis un bref récapitulatif des différents jeux aperçus dans le manga, sachant qu’une fois Magic & Wizard lancé, on ne verra plus beaucoup d’autres jeux… Mais cette fois, c’est un peu plus sympathique à lire. Notamment parce qu’il y avait de bonnes idées. C’est dommage que l’auteur se soit fixé sur un seul et unique jeu (enfin, la raison du succès…).

Le chapitre suivant explore les jeux de la sanction infligés par l’autre Yûgi et ses ennemis au cours du manga (encore une fois, plus nombreux au début qu’à la fin). De quoi nous rappeler qu’au début le manga était plus sombre et moins neuneu que son développement futur.

Le sixième dévoile le mystère des objets millénaire (mais pas trop, faut en laisser pour le manga). Là, on aurait pu avoir quelque chose de bien développé, mais non. Ça résume juste ce que l’on savait déjà. Dommage.

Avec le chapitre suivant, on nous promet une « longue interview de Kazuki Takahashi » (l’auteur, pour ceux qui auraient oublié). Cependant, elle est loin d’être longue. A peine 6 pages, la moitié étant occupés par des images issues du manga… Bon, il reste le contenu, mais là encore, déception, ça ne porte que sur des passages du manga (style « pourquoi Kaiba a aidé Yûgi, chapitre tant page tant ? ») au lieu de s’intéresser à l’auteur, ses techniques, son style de dessin, son organisation, ses inspirations, etc. Bref, là, on a juste des explications sur certains actes, par forcément ce qu’on attend d’une interview dans un fanbook. (Oh, et en plus, ça n’arrête pas de vanter le succès de la série aux USA, c’est légèrement crispant).

Pour conclure, on a le droit à un chapitre huit qui fait office de lexique, puis à un ultime chapitre expliquant les règles du jeu d’aventures offert (l’une pages couleurs du début).

En bref, ce fanbook est largement dispensable. A moins d’être ultra-fan hardcore de la mort. Même moi, qui a beaucoup apprécié la série, je n’ai jamais lu entièrement ce bouquin. C’est dire. De toute façon, vu la taille d’écriture, la tonne de texte par page (et pas forcément pour dire grand chose), ça décourage vite. C’est vraiment l’un des fanbook les moins utiles que j’ai eu en main. Heureusement qu’on me l’a offert (8.50€, pour info). =)

Autant lire le manga, en fait.

Aux Etats-Unis…

Un petit tour sur les mangas que je collectionne, mais dans leur version américaine !
Yu-Gi-Oh! d’abord. Chose étrange, là-bas le manga est divisé en trois partie Yu-Gi-Oh! (tome 1 à 7), Yu-Gi-Oh! Duelist (tome 8 à 31) et Yu-Gi-Oh! Millenium World (tome 32 à 38). Le plus étrange : ces 2 dernières partie sortent maintenant en simultané, ainsi le tome 22 de YGO Duelist (29 en France et au Japon) sort en aout prochain, alors que le tome 4  de YGO Millenium World (35 en Fr et Jap) est sorti pile un an plus tôt!!!
Je ne sais pas si on peut suivre la série de cette façon, mais je trouve ça un peu aléatoire comme manière d’éditer…
Editeur américain : Viz Média.
Ensuite Get Backers :là, je trouve vraiment les couvertures moches, je ne sais pas pour quelle raisons éditoriales Tokyopop (l’éditeur) n’a pas conservé les couvertures originales au lieu de prendre l’une des page intérieure et de la « bicoloriser » =____=…
Franchement, rien que pour ça je suis content d’être en France (en plus ils sont en retard par rapportà nous : le tome 20 ne sortira qu’en Septembre ![soit 6 mois de retard, quand même!])…
Editeur américain : Tokyopop
Après, 666 Satan, connu là-bas sous le nom de O-parts Hunter !!! Le 4ème tome vient juste de sortir, mais en France, on en a déjà 11 : plus d’un an de décalage !! Par contre, je ne vois vraiment pas l’interêt d’avoir changé le titre… Surtout que l’histoire n’est pas totalement centrée sur les o-parts (ça dépend des tomes). M’enfin on verra bien par la suite (mais je trouve ça c*n…)
Editeur américain : Viz Média

L’infirmerie après les cours, ou After School Nightmare !! Ici, le logo reste le même tome après tome (il prend moins de place qu’en France^^) Mais ! Car il y a un « mais », ce tome 4 sort en Juillet, or en France on en a 5 (yark^^)
Editeur américain : Go!Comi

Yu-Gi-Oh!

~~~Billet remis à jour le 17/12/10~~~

Titre : Yu-Gi-Oh!

Auteur : Kazuki Takahashi

Editeur Japonais : Shueisha

Editeur Français : Kana (dargaud)
Nombre de tomes : 38
L’histoire :

Yûgi Muto est un jeune adolescent qui mène une existence tranquille et va, comme tout bon garçon de son âge, au lycée où il est souvent plus qu’embeter. Il est élevé par son grand-père qui tient une boutique de jeux .

Ce dernier fait un jour cadeau à Yûgi d’un puzzle millénaire dont on prétend qu’il renferme un secret. Comme un signe du destin, Yûgi parvient à reconstituer le puzzle en forme de petite pyramide. Se révèle alors en lui une seconde personnalité, celle d’un Yugi beaucoup plus sombre et qui ne tolère aucune injustice.

Les deux personnalités sont diamétralement opposés et Yûgi ignore jusqu’à l’existence même de son double. Lors de jeux toujours plus subtils les uns que les autres, l’autre Yûgi rend la justice arbitrairement et ne se fait pas que des amis.

L’histoire prend une tournure nouvelle lorsque le créateur même d’un célèbre jeu de cartes – Magic&Wizards – enlève le grand-père de Yûgi pour contraindre ce dernier à venir participer au grand rassemblement de duellistes sur son île.

Graphisme :

Très bon (sauf au début…mais ça s’améliore!!) Et le style de Takahashi est très agréable, bien « droit ».Avec des lignes douces pour les monstres mimi tout plein^^ et un encrage plus aggressif pour les monstres plus imposants!

Scénario:
Bien, changeant au départ, vu que l’auteur se concentre sur le monde des jeux.Des passages intéressants comme la saga Death-T. Il trouve le bon filon en inventant le jeu de cartes « Magic & Wizard », qui a un bon succès auprès des lecteurs… Malheureusement, la seconde partie (à partir du tome 16 jusqu’au 31) est longue, et donc répétitive.

Mais le scénario de la dernière partie est bien construit et (assez) facilement compréhensible (le passage où l’autre Bakura dit « Je suis Zork Necrophedius! » m’a posé pas mal de problème de compréhension, pareil pour le trio Bobasa-Hassan-Shahdi…)

La fin:
L’important dans un manga est aussi la fin qu’a su apporter l’auteur à son oeuvre. La conclusion de Yu-Gi-Oh! est, à mon gout, bien. L’auteur a décidé de laisser une fin ouverte où les aventures de Yûgi peuvent très bien continuer (voir Yu-Gi-Oh R)

L’auteur n’a pas lourdement insisté sur la séparation de Yûgi et son double, ce n’est pas plus mal car celle-ci est quand même triste…

Par contre, l’histoire d’amour entre Anzu et Yûgi n’a pas de conclusion et on se demande ce que font les frères Kaiba en Egypte dans les dernières pages, à part faire du fan-service, je ne vois pas l’intérêt de leur réapparition… Comment auraient-ils pu savoir que Yûgi et sa bande y sont? (Télépathie?)

Conclusion :

C’est une série que je ne regrette pas d’avoir acheté et que je relirais avec plaisir car c’est un bon manga !! De plus c’est la première série que j’ai acheté donc evidemment…y a favoritisme^^