Archives du mot-clé YGO

[Kotobukiya] Yami Truc

Hasard du calendrier ? En tout cas, il aura fallu que je poste un article sur mon tout nouveau Jôno-Uchi pour que Kotobukiya nous présente la suite. De là à affirmer qu’ils suivent assidûment mon blog, il n’ y a qu’un pas que je franchis avec une aise confortable. Lalala.

(Ou alors, c’est parce qu’il y a eu la Mega Hobby Expo, mais j’ai de sérieux doutes.)

Et le moins que l’on puisse dire c’est « Enfin » ! Après des mois, de longs mois, à ronger mon frein d’impatience, voici enfin venu le temps des rires et des chants, mais surtout, le temps pour Kotobukiya de nous dire, de Marik ou Bakura, qui sera le premier à renaître sous la forme majestueuse d’une figurine en polychlorure de vinyle (PVC pour les intimes). D’où le titre de ce billet qui permet de garder le suspens intact !

La réponse ? Après la pub’ !

Achetez Dorohedoro !

C’était la page de publicité.

Agon1369465522

Il s’agit donc de Yami Marik, le terrifiant psycho adepte des Jeux des Ténèbres. Il est d’ailleurs représenté comme s’il nous expliquait patiemment ses règles tordues. Comme on  peut le voir, avec ahurissement, il faudra encore attendre pour voir le prototype peint. « Six mois depuis que Jôno-Uchi a été révélé au grand public, et même pas fichu de peindre une figurine de plus ? » que vous me demandez avec justesse. « Alors que, en l’espace de deux petites semaines, Kuwabara Kazuma et Yôko Kurama de Yuyu Hakusho ont été dévoilés ! » rajoutez-vous pour toucher là où ça fait mal.

Et oui, il faut s’armer de patience…

Bref.

On remarquera qu’aucun strap ne pose à ses côtés, ce qui pourrait ou ne pourrait pas être significatif. Oui, je ne me mouille pas trop avec mes annonces. Du côté des changements, Marik est le premier à figurer sans Duel Disk. On peut donc supposer qu’il aura un bras échangeable avec ce gadget. J’espère de mon côté qu’il aura un bras droit amovible dans lequel on pourra glisser sa Hache Millénaire pour l’instant glissée dans la poche arrière de son pantalon, tel un objet trop encombrant.

Dans le même ordre d’idées, je me demande si on pourra enlever sa volumineuse cape…

Contrairement aux autres figurines de la série, je vais peut-être attendre de voir la  future version alternative dite Duel with Destiny, d’ici six mois, quitte à ne pas avoir l’éventuel petit strap bonus. De toute façon, je me rappelle la bonne époque où la Black Magician Girl était sortie avec un strap, un poster et un visage alternatif. Désormais, il faut souvent attendre la sortie de la première version pour découvrir l’alternative proposée, qui pourra peut-être être accompagnée d’un bonus comme le Black Magician et son poster signé Takahiro Kagami.

Mais puisqu’on parle de seconde version, surprise, celle de Jôno-Uchi n’a pas montré le bout de son nez. Y en aura-t-il une ? Pour l’heure, tout cela est encore… dans le plus grand chaos !

Crédits photo : MyFigureCollection, comme souvent.

Brooklyn Rage !

Je n’attendais pas cette figurine pour la mi-Juillet, voire fin Juin au plus tôt, dans mes espoirs les plus optimistes. Seulement, le Destin en décidé autrement. Grâce à Myke Hell du blog du même nom, j’ai changé de fournisseur et gagné deux mois du même coup. C’est magique (comme l’Amitié).

Six mois après la révélation du prototype par Kotobukiya, le fabricant japonais nous sort donc sa version de Jôno-Uchi Katsuya, le meilleur ami de Yûgi, même si, entre eux, les choses commençaient mal. Mais bref, je ne suis pas là pour résumer le manga.

Commençons, si vous le voulez bien, par le petit strap mignon qui justifie l’achat à lui seul. Scapegoat, ou Bouc Emissaire en français, n’est pas exactement la carte emblématique qui me vient à l’esprit quand je pense à Jôno. Loin de là, même. Son Red Eyes Black Dragon est largement plus connu, preuve en est qu’il est représenté sur la jolie boite verte (voir ci-dessus).

DSCF6598

Cute level : Over 10.000

Pour les straps, Kotobukiya a une logique, je suppose, mais celle-ci n’est pas des plus claire. La Magicienne des Ténèbres était en bonne compagnie avec Kuriboh, Yûgi avait son Puzzle et Kaiba… un dirigeable. Oui, oui. J’avais donc peur, un peu, que leur choix se porte sur les baskets que Jôno veut absolument acheter dans les premiers tomes, quitte à se faire tuer par un scorpion au venin mortel. Heureusement, ils ont opté pour du kawaï. Et personne ne pourra leur reprocher.

DSCF6602

Les fameuses chaussures.

Maintenant, le principal : la figurine en elle-même. Notre duelliste amateur des cartes de hasard est représenté le sourire aux lèvres, prêt à relever le défi, quel qu’il soit. Cartes en main (ou non), Duel Disk au bras (ou non), Jôno se sent capable de remporter tous ses duels, quitte à prendre des risques inconsidérés. Kotobukiya propose, pour une fois, plusieurs displays possibles, puisque son bras gauche est échangeable, mais aussi la main allant avec ce même bras, ce qui multiplie ainsi les choix offerts. C’est cool.

DSCF6600

Mais il est très bien sans bras aussi.

Pour mon Jôno, j’ai donc opté pour l’ingénieuse combinaison Duel Disk-Pouce en l’air. Cela évite de lui mettre des cartes qui risquent de tomber si quelqu’un y touche sans faire gaffe (je ne vise personne).

DSCF6601

Encore une fois, Kotobukiya nous gratifie d’une pose essentiellement statique, mais dont une touche de dynamique est subtilement amenée grâce aux plis des vêtements. Son uniforme, donc, vu que la seule fois où le jeune homme porte autre chose, c’est lors du D.D.D Arc. Bon, au moins, ça brille, et on sait à quel point j’aime le brillant.

DSCF6603

J’avoue à partir de ce point, je rajoute des mots essentiellement pour ne pas donner l’impression d’accumuler les images tels un mauvais diaporama type Powerpoint (pléonasme). En même temps, à force de dire ô combien j’aime ces figurines, je n’ai plus grand chose à ajouter. Kotobukiya fait toujours du bon boulot, niveau finition de la peinture, preuve en est, par exemple, avec les détails apportés au Duel Disk. On pourra peut-être, un peu comme Kaiba, regretter l’assemblement des cheveux qui forment une ligne grossière de démarcation sur le sommet de son crâne. Tant pis.

DSCF6606

Comme avec Yûgi, je ne vais pouvoir faire de Panties Shots avec cette figurine, parce que monsieur porte un pantalon aux reflets subtilement racoleurs plutôt qu’une jupette bien trop courte comme la plupart des demoiselles issues de japoniaiseries. Néanmoins, à défaut de petites culottes, une vue arrière vous satisfera peut-être. J’en doute, mais qui ne tente rien n’a rien.

DSCF6607

Oserais-je terminer cette review sur une telle photographie reflétant si bien la poésie et le raffinement de son auteur ?

Réponse : oui.

See you soon !

PS : Pour les curieux, le titre vient évidemment de YGO : The Abridged Series, comme pour la présentation de Kaiba en Septembre dernier (oui, ça ne nous rajeunit pas).