Archives du mot-clé Onmyôji

Bilan Manga 2011 (2)

Aujourd’hui, l’on va faire dans les contrastes avec deux rubriques diamétralement opposées. Tout débord, laissez-moi vous présenter…

les manga dont un tome (ou un peu plus) est sorti cette année, ce qui est pas un mince exploit !

(oui, le titre est long, et alors ?)

Onmyôji a vu son tome 6 repoussé maintes fois, à l’instar des volumes précédents. Et à l’heure actuelle, aucune date pour le suivant…

Manga - Manhwa - Dorohedoro Vol.10

On a cru à un miracle lors de l’annonce du contrat signé pour les tomes 10 à 12 de la série. Mais cela n’a pas empêché le report du dixième tome de juillet à octobre… Heureusement, on devrait pouvoir savourer les deux suivants en 2012, avril et novembre respectivement.

Manga - Manhwa - Heartbroken Chocolatier Vol.3

La délicieuse série de Setona Mizushiro continue de sortir sur un rythme annuel, forçant ainsi Kazé et les lecteurs à s’armer de patience pour savourer la suite. Le tome 4 venant de sortir au Japon, on ne l’aura pas avant la fin du premier semestre 2012…

Manga - Manhwa - Banana fish Vol.13

Pas vraiment une sortie, mais j’ai -enfin !- réussi à trouver les tomes 12 et 13 de Banana Fish. Fouiner le marché de l’occasion est un défi à relever tous les jours ! \o/

Manga - Manhwa - Gantz Vol.7

Enfin ! Il m’a fallu attendre un an et la réédition de ce tome en rupture de stock pour enfin pouvoir comprendre ce qui se passait dans le tome 8. Parce qu’il faut bien l’avouer, mais ce septième tome marque un tournant dramatique dans l’affrontement contre les Bouddha extraterrestres ! Maintenant, je vais pouvoir me concentrer sur la suite…

Et maintenant, voyons l’inverse, la catégorie comprenant les manga dont pas un seul petit tome n’est venu pointer le bout de son petit nez.

Manga - Manhwa - Gunslinger girl Vol.12

Le manga de Yu Aida arrive en premier de la liste, parce qu’on aura deux tomes l’année prochaine et que Gunslinger Girl quittera donc cette catégorie pour 2012. Ô joie.

Parce que la série est en pause au tome 21 depuis super trop longtemps, ben j’ai arrêté d’acheter la suite, histoire de ne pas combler l’écart trop rapidement. Mais ma patience a des limites, malheureusement…

Pour Ikigami, c’est simplement que j’ai mis en pause en attendant la sortie prochaine du dernier tome. Histoire de m’offrir la suite et fin d’un seul coup, pour voir si oui ou non il y a bouleversement…

Manga - Manhwa - Robot Vol.4

Là, j’ai une excuse toute bête : j’attendais la sortie des tomes 6, 7 et 8 pour pouvoir détruire mon compte en banque mais ce fut alors qu’un incident fâcheux arriva. A leur parution, le tome 5 avait tout simplement disparu des rayons… Tadadam…

Manga - Manhwa - Bus Gamer - The pilot Edition

Et voilà le dernier de cette catégorie, Bus Gamer de Kazuya Minekura. Parce que Tonkam avait annoncé une sortie pour le second semestre 2011, et pis en fait, non. Résultat, on devrait l’avoir au printemps prochain. Ouf !

Et voilà, c’est tout…. pour le moment !

Publicités

Onmyôji – Tamatebako

Onmyôji. Quel drôle de titre. Outre la consonance étrange mais typiquement japonaise de ce mot, l’éditeur français a rajouté un sous-titre, bien plus explicite : « Celui qui parle aux Démons ». Même si, à vrai dire, on ne le voit pas tant que ça taper la causette avec les démons qu’il croise.

J’en parlais dans l’une des (trop) nombreuses parties de mon bilan manga. Et comme c’est évidemment moi qui en parle le mieux, il ne me reste qu’à m’auto-citer. Ainsi, vous pourrez lire ces magnifiques mots sortis de mon esprit tout aussi magnifique. En tout modestie.

« Là encore, un titre à difficultés financières, à croire que j’en fait exprès… Mais outre le prix élevé, on découvre un bon manga, léger mais aussi sérieux, sur les Yôkaï dans les temps anciens et reculés du Japon Moyenâgeux… Très instructif, grâce à des bonus très complets et très intéressants. En plus, il est plutôt rare de trouver un manga dont la lecture d’un tome dépasse les trente minutes ! =o »

Plus sérieusement, Onmyôji narre les aventures pour le moins pas ordinaires d’Abe-no-Seimei, qui comme vous l’aurez compris est onmyôji de son état. C’est-à-dire qu’à l’aide de techniques ancestrales issues de croyances anciennes, Seimei s’occupera avec amusement (et peu de moqueries) de tous les démons qui se retrouveront sur son chemin. Mais loin des récits shônen remplis de combats sans fin, Onmyôji ne focalise pas son histoire sur d’éventuels affrontements, mais sur ses personnages, leurs relations (Seimei aime bien taquiner Hiromasa) et leur importance historique.Car le tout se passe dans un Japon médiéval , donc assez peu connu (voire inconnu) en Occident par le grand public. Mais pas de panique, Akata rajoute, comme souvent chez cet éditeur, des dossiers en fin de tome, qui comme je l’ai déjà écrit plus haut sont « très complets et très intéressants ».

Côté dessins, la dessinatrice se défend pas mal. De mon côté, je ne me foule pas trop et ne vous montre que les couvertures, toutes trouvées sur Mangaverse. Elle arrive à retranscrire cette atmosphère particulière liée aux yôkaï qui apparaissent ça et là et l’ont ressent bien le mysticisme qui régnait à l’époque, lorsque l’on croyait encore aux démons. Les décors sont bien rendus, les habits des protagonistes, s’ils font bizarres aujourd’hui, n’en sont pas moins magnifiques et les démons sont souvent affreux. Mais ne nous trompons pas. Onmyôji n’est pas un manga d’horreur, loin s’en faut. Baigné dans une ambiance de fantastique, le manga joue plutôt sur les codes « policier » et « humour », avec des enquêtes liées aux yôkaï, sans qu’il y ait de meurtres ou de crimes (bien qu’il y ait des morts), et des répliques de Seimei bien cinglantes, juste comme il faut.

Pour l’instant, sur les treize volumes que compte la série, seuls 5 sont sortis, le sixième étant pour l’instant prévu pour avril. « Pour l’instant », car chaque volume subit malheureusement des reports « à la Panini », l’éditeur pas le sandwich, mais pour des raisons plus logiques (la traduction du japonais ancien, c’est vraiment galère).

Bon. Cela explique une partie du titre de cet article. Mais pourquoi Tamatebako ? Eh ben, Tamatebako, c’est le titre « rajout » pour la seconde série de Onmyôji, qui a commencé fin décembre au Japon, dans le Melody (magazine shôjo des éditions Hakusensha). Mais alors, pourquoi Tamatebako ? Une recherche rapide sur google (c’est mon ami), nous apprend que le « Tamabeko », c’est un modèle d’origami japonais (forcément) ancré dans les traditions anciennes. En gros, on a ensuite un cube pouvant être ouvert par n’importe quel côté. D’ailleurs, on va pouvoir en faire, grâce à ce lien! Youpi !

Hum. Bref, pour l’instant, je ne vois pas trop le rapport avec notre bon Seimei. Peut-être que cet indice rapporté par mon ami Google n’est pas fiable… Que de mystère, pour cette nouvelle série. En espérant la voir un jour en France, même s’il faut déjà attendre la fin de la première série.

Je vous laisse avec un dernier lien :

http://onmyoji.akata.fr/

Bilan manga 2010 (5)

Avant-dernière partie de ce long bilan, et pas l’une des moindres. Sûrement l’une des plus révélatrice, puisque j’ai trouvé mon bonheur dans pas mal de titres plus anciens. Je pense que 2011 devrait être dans le même veine. Un mélange de nouveautés et d’anciennetés, pour compléter une collection qui déborde de partout !

Ainsi, je vous présente aujourd’hui…

…ceux que j’aurais dû commencer bien plus tôt.

Avec, d’abord,  un très bon titre.

Dorohedoro

LE manga atypique par excellence. Dessins, scénario, ambiance, tout y est étrange et inédit. Un must du manga malheureusement très peu connu, ou alors que par sa réputation de titre peu vendeur (réputation qui ne s’en trouve pas grandie par ma description, d’ailleurs).

On peut regretter l’impression exécrable des deux premiers tomes, et la rupture de stock des tomes 3, 4 et 5, qui n’aident pas le titre à redémarrer. Au contraire, il semble que le titre se vende de moins en moins, malgré les efforts de Soleil pour continuer la série. Dommage… =/

 

Gantz

Déjà plus de 30 tomes au compteur, que 10 dans ma mangathèque, mais le reste arrive ! Là encore, on a droit à ce qui semble être des délires scénaristiques de l’auteur, là où son récit mélange le gore et l’absurde, pour un résultat final déroutant, mais bien plus sérieux qu’il n’y paraît. Le seul bémol : une narration assez lente, donnant l’impression qu’il ne se passe pas grand chose en un tome…

Vivement la suite, et fin, puisque le manga est lancé dans sa dernière ligne droite au Japon !

 

Real

Un titre mature de Takehiro Inoue, où il délaisse le sabre de Vagabond pour retourner au basket, son premier amour, mais avec le point de vue du handisport. Très bon, tome après tome. Le rythme est annuel (généralement, un tome sort entre octobre et décembre au Japon, l’été suivant en France), ce qui me permet de rattraper gentiment mon retard. =)

 

Onmyôji

Manga - Manhwa - Onmyoji - Celui qui parle aux demons Vol.5

Là encore, un titre à difficultés financières, à croire que j’en fait exprès… Mais outre le prix élevé, on découvre un bon manga, léger mais aussi sérieux, sur les Yôkaï dans les temps anciens et reculés du Japon Moyenâgeux… Très instructif, grâce à des bonus très complets et très intéressants. En plus, il est plutôt rare de trouver un manga dont la lecture d’un tome dépasse les trente minutes ! =o

 

Banana Fish

A quelques jours près, ce manga ne figurait pas dans ce billet. Eh oui, reçu à Noël de la part de ma Didy préférée, cette série, plutôt vieille maintenant (1986 au Japon, 2002 en France), se trouve être l’un des meilleurs shôjo policier sorti en France. (Peut-être parce qu’il n’y en a pas des masses non plus) Malgré les pages naturellement jaunes-banane, j’ai trouvé cette lecture passionnante, et il me tarde d’en découvrir la suite et fin !

 

En bref, parmi l’avalanche de titres proposés par les éditeurs, il est parfois bon de prendre du recul et de regarder en arrière, pour mieux voir les manga laissés en bord de route…