Archives du mot-clé cadeau

Un cadeau pour ma Juju !

Et voilà, le 14 Juin est là, le beau temps aussi (euh ?) et surtout les vacances tant attendue par ma Juju, suite à une période de révisions et d’examen bien trop longue. Mais aujourd’hui n’est pas une simple et banale journée comme les autres, monotone à souhait et ennuyeuse à crever. Non ! Bien plus que cela ! Aujourd’hui, notre Juju va souffler ses vingt-et-une bougies ! 21 !


Eh oui, cela va lui donner une nouvelle fois l’occasion de parler vieillesse, cheveux blancs, retraite anticipée et respect aux personnes âgées. Hum. On y croit. Franchement, si, si. Après tout, déjà un cinquième de sa vie d’écoulée, déjà. Le temps passe… Inéluctablement… Et la vieillesse réclame son dû, tandis que la mort attends patiemment son tour…

Mais loin de moi l’idée de faire passer cette magnifique journée pour une annonce funeste et glauque. Loin de moi l’idée d’écrire un texte sombre et torturé, mêlant pensées de mort et noirceur de l’âme. Non, non, je vous le dis de suite. Ce n’est qu’une impression.

En fait, c’est la joie, la bonne humeur, le soleil et les papillons qui dominent cet article à l’ambiance bon enfant. Bon, il est vrai que, l’inspiration venant, j’ai failli laisser libre cours à la folle invasion des Ténèbres avant de me ressaisir. Hey, c’est un anniv’, pas un enterrement ! Faut pas se faire des cheveux blancs, hein Juju ? (ahah)

Bref, on est là pour faire la fête ! Virtuelle, la fête. Et offrir des cadeaux ! Tout aussi virtuels, les cadeaux. C’est pas ma faute, c’est celle du blog.
(Note : par contre, l’alcool, ça serait bien qu’il ne soit pas virtuel, hein.)

Bref, le cadeau. Choix difficile. J’ai beaucoup hésité. Ce fut dur et long, avant de m’arrêter sur un choix net et précis.
Autant prévenir de suite, âme sensible s’abstenir. Je sais que ce ne sera pas le cas de ma Juju.

Lire la suite Un cadeau pour ma Juju !

Le cadeau de Meloku

Aujourd’hui, comme l’indique le titre de ce billet (qui va sûrement s’avérer être le plus passionnant de ce blog, c’est dire…), c’est l’anniversaire de ce cher Meloku.

Ci-dessus, Shin de Dorohedoro, son avatar actuel.

Il a donc passé 20 ans d’existence sur cette bonne vieille planète (la Terre, pour ceux qui aurait un doute). 20 ans de joyeusetés et de manga, principalement. Je résume, hein. Heureusement qu’il n’y a pas eu que ça dans sa vie. En 20 ans, il a eu le temps de faire plein de conneries (ce qu’il pourra vous confirmez, il suffit de demander aimablement).

En matière de manga, il a bon goût (dans l’ensemble). Sa collection tend à s’étendre vers l’infini et l’au-delà, ce qui devrait défier les lois de la physique d’ici quelques années, quand il tentera de caser ses manga dans moins de place qu’ils n’en prennent réellement.

C’est quand même lui qui a rappelé à mon bon souvenir l’existence de Dorohedoro. Ce manga atypique où l’on peut croiser un monomaniaque des champignons, un lézard humain tuant des mages, un tueur avec un masque de coeur humain et  des diables largement inquiétants. Où un coup de tête un peu violent peut éjecter le cerveau, un couteau aiguisé peut couper des membres, de la fumée noire peut vous transformer en champignon et des zombies peuvent vous manger une nuit par an. Le manga borderline par excellence.

Eh oui, rien que ça ! Du coup, certains pourraient insinuer que je lui suis redevable à vie, étant donné la qualité inestimable du manga de Q. Hayashida. Eh bien, à ceux-là, je leur répondrais que non. Point barre. Non pas que je soit un salaud ingrat. Mais que lui ai déjà, de mon côté, conseillé d’excellent titre, comme Onmyôji, le Pacte des Yôkaï ou Professeur Eiji. Du coup, cela respecte parfaitement le principe d’échange équivalent cher à Fullmetal Alchemist.

Ah, au fait, vous avez l’impression que ce billet part dans tous les sens ? C’est parfaitement normal, pas d’inquiétudes à avoir ! En effet, vous remarquerez qu’il est classé dans la jolie catégorie « Tout et n’importe quoi ». Et là, c’est plus du n’importe quoi que du « tout ». Parfaitement logique.

Sur ce,  bon anniversaire Meloku, et fin en queue-de-poisson !

Ah, attendez un instant. On me souffle dans l’oreillette que j’ai oublié le cadeau, pourtant nommé dans le titre de ce billet. Eh oui, un cadeau. Le cadeau ! Eh bien, le voici, le voilà ! Une magnifique statuette en PVC de Caiman pour la modeste mais rondelette somme de 114.85€ (selon le taux de conversion actuel), frais de port évidemment exclus ! =)

Allez, pour la commander, c’est par ici !