Psychometrer Eiji

 

~~~Billet remis à jour le 16/12/10~~~

 

Titre : Psychometrer Eiji
Auteur : Masashi Asaki & Yûma Andô
Editeur Japonais : Kodansha
Editeur Français : Kana
Nombre de tomes : 25
Date de sortie du premier volume : 17/07/96 (Jap), 12/05/01 (Fr)
Date de sortie du dernier volume : 17/10/00 (Jap), 03/02/06 (Fr)
Perso(s) préféré(s) : Akira Sawaki
L’histoire :

Eiji a un don : la psychométrie. Il peut ainsi par simple contact avec une personne ou un objet revoir certaines scènes du passé. Une jeune inspectrice s’aperçoit par hasard des capacités du jeune homme… Une aubaine alors qu’elle doit faire face à une enquête difficile !

Graphisme:
Bien au départ, Masashi Asaki donne des tronches vraiment affreuses (et déformables) aux voyoux… à la GTO (pourrait-on dire). Pourtant en plein dans l’affaire « Cannabis », tome 18 je crois, le trait se simplifie au niveaux des yeux…( comparez, et jugez…). La simplification continue jusqu’au dernier tome : les visages se font plus ronds, les personnages semblent rajeunir…Bref, étrange et dommage… Surtout au chapitre final où Eiji, sur une case, à un visage mal proportionné…

Scénario:
Construit et organisé logiquement, les enquêtes sont rarement faciles. Je me souviens avoir trouvé le coupable d’une, je ne sais plus laquelle… Globalement, elles s’enchaînent sans trop de linéarité, même si on peut regretter qu’il y ait toujours un rapport, de près ou de loin, à Eiji et/ou Shima. A croire que les tueurs de tout poil ont une dent contre eux…

Malheureusement, le tome 10 voit l’arrivée d’un personnage plutôt encombrant : Fukushima…. L’un des personnages préférés du scénariste, ce qui nous permet de comprendre pourquoi on a autant vu ce perso totalement inutile (mais toutefois parfois drôle, rarement, mais ça arrive.). Du coup, certains pourrait être tentés d’arrêter la série face à cet humour typiquement japonais, mais il faut persister, ce ne sont que de courts passages à subir, le reste en paraîtra d’autant meilleur. Et puis, il faut avouer que certaines scènes sont quand même vraiment poilantes.

La fin: N’existe pas vraiment, en fait. Pour l’instant, on a le droit à :

Première partie
Fin

Il ne reste donc plus qu’ à attendre la seconde partie, qui devrait commencer en 2011 au Japon, aux dernières nouvelles.

Conclusion :
Bon manga, un peu moins lors de certains intermèdes. Les enquêtes sont bien ficelés et dures à résoudre soi-même. Le thème évoqués sont très intéressants (spiritisme, pouvoir du cerveau sur le corps…) et l’annonce de la suite permet d’espérer un développement plus conséquent d’intrigues naissantes dans les derniers tomes (cette histoire de réincarnations ?).

Yu-Gi-Oh!

~~~Billet remis à jour le 17/12/10~~~

Titre : Yu-Gi-Oh!

Auteur : Kazuki Takahashi

Editeur Japonais : Shueisha

Editeur Français : Kana (dargaud)
Nombre de tomes : 38
L’histoire :

Yûgi Muto est un jeune adolescent qui mène une existence tranquille et va, comme tout bon garçon de son âge, au lycée où il est souvent plus qu’embeter. Il est élevé par son grand-père qui tient une boutique de jeux .

Ce dernier fait un jour cadeau à Yûgi d’un puzzle millénaire dont on prétend qu’il renferme un secret. Comme un signe du destin, Yûgi parvient à reconstituer le puzzle en forme de petite pyramide. Se révèle alors en lui une seconde personnalité, celle d’un Yugi beaucoup plus sombre et qui ne tolère aucune injustice.

Les deux personnalités sont diamétralement opposés et Yûgi ignore jusqu’à l’existence même de son double. Lors de jeux toujours plus subtils les uns que les autres, l’autre Yûgi rend la justice arbitrairement et ne se fait pas que des amis.

L’histoire prend une tournure nouvelle lorsque le créateur même d’un célèbre jeu de cartes – Magic&Wizards – enlève le grand-père de Yûgi pour contraindre ce dernier à venir participer au grand rassemblement de duellistes sur son île.

Graphisme :

Très bon (sauf au début…mais ça s’améliore!!) Et le style de Takahashi est très agréable, bien « droit ».Avec des lignes douces pour les monstres mimi tout plein^^ et un encrage plus aggressif pour les monstres plus imposants!

Scénario:
Bien, changeant au départ, vu que l’auteur se concentre sur le monde des jeux.Des passages intéressants comme la saga Death-T. Il trouve le bon filon en inventant le jeu de cartes « Magic & Wizard », qui a un bon succès auprès des lecteurs… Malheureusement, la seconde partie (à partir du tome 16 jusqu’au 31) est longue, et donc répétitive.

Mais le scénario de la dernière partie est bien construit et (assez) facilement compréhensible (le passage où l’autre Bakura dit « Je suis Zork Necrophedius! » m’a posé pas mal de problème de compréhension, pareil pour le trio Bobasa-Hassan-Shahdi…)

La fin:
L’important dans un manga est aussi la fin qu’a su apporter l’auteur à son oeuvre. La conclusion de Yu-Gi-Oh! est, à mon gout, bien. L’auteur a décidé de laisser une fin ouverte où les aventures de Yûgi peuvent très bien continuer (voir Yu-Gi-Oh R)

L’auteur n’a pas lourdement insisté sur la séparation de Yûgi et son double, ce n’est pas plus mal car celle-ci est quand même triste…

Par contre, l’histoire d’amour entre Anzu et Yûgi n’a pas de conclusion et on se demande ce que font les frères Kaiba en Egypte dans les dernières pages, à part faire du fan-service, je ne vois pas l’intérêt de leur réapparition… Comment auraient-ils pu savoir que Yûgi et sa bande y sont? (Télépathie?)

Conclusion :

C’est une série que je ne regrette pas d’avoir acheté et que je relirais avec plaisir car c’est un bon manga !! De plus c’est la première série que j’ai acheté donc evidemment…y a favoritisme^^

Du NYAN et des mangas :3