[CHALLENGE] Manga Suki 2018 : Mars

Le challenge lancé par Rose continue. Je suis totalement en retard dans la publication des articles, mais voilà celui de Mars en M+2 après sa première parution. Le thème : la nature et l’environnement. Une thématique qui devrait permettre de voir des titres variés vus qu’il y a pas mal de manga qui, directement ou indirectement, traitent du sujet. Que ce soit un manga sur un fleuriste, un manga dans lequel la nature reprend ses droits sur l’humanité ou un manga plus axé écologie, il y a largement de quoi faire dans le paysage éditorial français.

Ce mois-ci, j’ai sélectionné un titre que j’affectionne particulièrement, qui met du baume au cœur, à lire calmement, chapitre après chapitre, avec un tasse de thé à portée de main. Il s’agit de Mushishi, manga terminé en 10 tomes, dessiné et scénarisé par Yuki Urushibara (plus un  one-shot paru en 2014 en même temps que la saison 2). La série est sortie en France en 2007 aux éditions Kana (sauf le one-shot).

L’histoire suit Ginko au travers de ses voyages, de village en village, où il aidera les gens qu’ils croisent dans leurs soucis avec les mushi. Car Ginko est un mushishi, c’est-à-dire un expert en mushi, ces créatures primitives, visibles par très peu d’êtres humains. Volontairement ou non, ils sont responsables de phénomènes surnaturels, parfois sans conséquences néfastes, parfois à l’inverse rapidement mortel. Et c’est dans ces cas précis qu’intervient notre mushishi.

mushihi

Il peut s’agir d’un marais mouvant, se dirigeant petit à petit vers l’océan, conduisant à sa mort. Sauf qu’il entraîne dans son sillage une jeune femme… D’une montagne où les mushi prolifèrent et les phénomènes anormaux se multiplient suite à la disparition de son gardien… Une jeune fille qui doit enfermer sur le papier les mushi qui habitent sa jambe pour espérer pouvoir remarcher un jour…

Les histoires sont indépendantes les unes des autres, mais un lien discret se tisse petit à petit, notamment via les veines de lumière, une multitude d’infimes mushi qui coule sous terre, telle une rivière infinie, apportant la vie sur son chemin.

On a aussi des personnages qui reviennent de temps en temps, comme Adashino, l’antiquaire que l’on rencontre à la fin du premier tome. Les histoires n’ont pas toujours de morale, ni de happy ending, mais toutes veulent nous rappeler que la Nature nous entoure et qu’il faut composer avec, sans toujours chercher à la dompter. Quoi qu’il arrive, la vie trouve toujours un chemin…

~{Déjà paru}~
Janvier : « un manga illustrant un nouveau départ »
Février : une romance tragique

~{A venir}~
Avril : « un gag manga / yonkoma »
Mai : « Un manga avec un enfant comme protagoniste principal »
Juin : « Un manga avec un sport peu connu »
Juillet : « Un manga classique »
Août : « Un manga de mon auteurice favori-te »
Septembre : « Un manga avec un personnage qui rentre dans la vie active »
Octobre : « Un manga terrifiant »
Novembre : « Un manga historique se déroulant en Asie »
Décembre : « Un manga qu’un ami te recommande depuis longtemps »

Publicités

Une réflexion sur « [CHALLENGE] Manga Suki 2018 : Mars »

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s