Blood Blockade Battlefront

Enfin ! Près d’un an après le début de l’adaptation animée, voilà que Blood Blockade Battlefront (Kekkai Sensen en vo) débarque chez Kazé Manga, à grand renfort de rien du tout vu que la comm’ de l’éditeur se limite à quelques tweets. Certains sites ont même relayé la news la semaine dernière alors que l’annonce avait été officialisée au début du joli mois de Mars. Du travail de pro. 🙂bbb kazem

Bref. Terminé en 10 tomes au Japon, ce shônen de Yasuhiro Nightow devrait se poursuivre à un rythme bimestriel durant toute sa parution (au moins jusqu’au tome 4, prévu en Octobre). Ouf. Espérons que les ventes suivent, surtout avec Pierre Valls comme directeur éditorial (pas besoin de vous rappeler ses faits d’arme chez Pika puis chez Delcourt, si ?). A noter qu’au Japon, ce que ne précise pas les sites de news, toujours aussi pro 🙂 c’est que le mangaka a commencé un spin-off (ou saison 2, je ne sais pas, je ne lis pas les scans), avec pour sous-titre Back 2 Back, ce qui rajoute encore à la longueur du titre. On l’abrégera B5 pour plus de simplicité.

Allez, sans transition, le résumé éditeur :

Il y a trois ans, un portail dimensionnel s’est ouvert sur New-York. Désormais rebaptisée « Hellsalem’s lot », la ville a vu apparaître phénomènes surnaturels et créatures cauchemardesques. Dans cet univers chaotique, la société secrète « Libra » recrute des individus aux aptitudes particulières afin de maintenir un semblant de paix. Suite à un incroyable quiproquo, Leonardo Watch, un jeune photographe aussi peureux que maladroit, se retrouve membre de cette étrange organisation. Pris dans une spirale de catastrophes en chaîne, combien de temps survivra-t-il dans cette cité démoniaque ?

Ce premier tome nous propose quatre chapitres, dont un bonus, nous introduisant avec efficacité l’univers de la série. L’ambiance atypique de la ville démoniaque et ses habitants monstrueux est très bien rendue, Hellsalem’s Lot vit en dehors de ses persos principaux, c’est fun et ça regorge de détails amusants et de références (monstres à l’allure Lovecraftienne ou plus typé comics).

Les personnages sont tous classes, notamment Klaus V. Reinherz dont j’adore le chara-design. Le pauvre Leonardo semble un intrus dans la bande de super-héros (ils ne sont pas désignés ainsi mais l’influence des comics sur Yasuhiro Nightow est bien visible) qu’est Libra : peureux et faiblard, il pourrait être le damoiseau en détresse. Mais on découvre qu’il peut y trouver sa place, s’il y met du sien. Malheureusement pour lui, ce ne sera pas sans contrepartie, puisque ce pouvoir exceptionnel attire les convoitises…

Les autres personnages secondaires ne sont pas en reste, que ce soit Zapp, le mec qui peut enflammer son sang (?), ou Chain, la meuf lycanthrope mais qui ne se transforme pas en louve (?). L’ennemi principal de ce tome (et peut-être du manga ?), le roi de la déchéance Femt, a l’air d’être un brin tordu. On n’en sait encore assez peu sur lui, sur ses motivations réelles (à part foutre le bordel en ville). On en sait assez peu aussi sur les membres de Libra. D’ailleurs, globalement, on en sait encore très peu sur Hellsalem’s Lot et tout ce qui entoure son origine. Yasuhiro Nightow a évidemment choisi de privilégier l’action pour ce tome, mettant en avant sa galerie de personnages et leurs différents pouvoirs. On peut espérer que la suite reviendra un peu sur tout ces mystères encore plongés dans le brouillard…

Un peu de fan-serv' ! :)
Un peu de fan-serv’ ! 🙂

Pour le moment, on retrouve en version papier des histoires déjà vues dans l’adaptation animée. Seule l’absence des jumeaux, fil rouge de la première saison, change la donne. Résultat, je ne suis pour le moment pas surpris par le dénouement des intrigues. Cela dit, je ne ne souvenais plus de cette histoire de camion fantôme. Alors peut-être qu’il y a des chapitres qu’on ne retrouve pas dans l’anime. Ou alors j’en ai déjà oublié une partie (c’est possible, ça remonte à loin, un an).

Concernant l’édition, pas grand chose à noter. La traduction est fluide et colle bien aux personnages, il n’y a pas d’erreur de lettrage, de bulles inversées ou de pages inversées. On pourra regretter le prix élevé (plus de 8€) qui serait justifié par le format plus grand que leurs titres « Shônen UP » habituels… Enfin, groooos bémol à mon goût : le logo carrément moche, repris tel quel de l’anime, lui-même repris du manga version US (par Dark Horse).

Advertisements

5 réflexions sur “ Blood Blockade Battlefront ”

  1. En lisant l’extrait, j’ai retrouvé les ingrédients que j’appréciais dans Trigun (anime). Pour l’instant, j’observe encore de loin, me demandant si je dois me lancer dans la série… Je trouve le titre super long ! Je préfère la version japonaise^^

      1. En ce moment, mon portefeuille apprécie les titres courts @_@ hélas ! Cependant, je regrette d’avoir loupé le manga Trigun (j’ai l’anime), et aimerait bien avoir mon petit Nightow dans ma mangathèque… !

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s