Digimon Frontier

Quatrième rejeton de la saga, sa diffusion commence en Avril 2002 au Japon. Digimon Frontier n’a cependant jamais été diffusé dans l’hexagone. Pourtant, les digimons de cette saison me sont familier, pour certains. Peut-être en avais-je eu un aperçu dans un de ces vieux magazines style D.mangas.digimonfrontier1

Bref. Qui dit nouvelle saison, dit nouvelles règles du jeu, nouveaux enfants et nouveau digimonde. Frontier n’a rien à voir avec Tamers ou Adventure (malgré de similitudes  – volontaires ? – avec ce dernier). Dans cette nouvelle saison, dix guerriers légendaires se sont sacrifiés pour sauver le monde digital du Mal. Des années, décennies ou siècles plus tard, cinq enfants sont envoyés pour retrouver les esprits de ces guerriers et à nouveau sauver le monde de sa destruction.

Takuya, Junpei, Tomoki, Kôji et enfin la seule fille du groupe, Izumi, se retrouvent donc dans un monde inconnu, appelés par une puissance mystérieuse qui semble bien les connaître. Contrairement à Tamers qui prenait son temps dans le développement de son scénario, cette fois-ci, les choses avancent vite. Et pourtant, certains rebondissements font quand même « bouche trou ». Chaque épisode voit son Esprit retrouvé, affilié autant à un élément (Feu, Acier, Glace, Vent, Bois, Lumière, Ténèbres, Foudre, Terre, Eau) qu’à un enfant. Takuya, le héros (on le reconnaît à son design), hérite donc de l’Esprit du Feu, lui permettant d’évoluer en Agnimon.

Car voici la nouvelle évolution présentée par Frontier, le changement qui la différencie des autres saison : la Spirit Evolution, qui fait figure de grande nouveauté, au point de chambouler les bases mêmes de la série. En effet, cette fois-ci, les enfants n’ont pas de partenaires digimons à leurs côtés. Ce sont eux qui évoluent en digimon grâce aux différents esprits ! Les scènes de transformations sont d’ailleurs assez étonnantes, donnant l’impression qu’ils et elle souffrent pendant la fusion avec l’esprit digimon. C’est assez déconcertant, et ça explique aussi que les gosses soient accompagnés par deux autres digimons, un neuneu inutile et un « savant » légèrement plus utile, style duo comique à la japonaise. Il ne fallait pas que les enfants soient seuls et abandonnés dans ce monde inconnu…

digimonfrontier3

Mais le plus important, c’est qu’on apprend assez rapidement (épisode 2 ou 3) l’identité du méchant. Et il s’agit de Cherubimon, le digimon si malsain qui avait hanté le film Hurricane Touchdown. C’est dire si j’avais hâte de le revoir. J’avais très très hâte. Dans Frontier, il est l’un des trois anges ayant combattu le mal avant d’y sombrer. Car si la mythologie chinoise était à l’honneur dans la saison 3, c’est au tour de la religion chrétienne d’être la source d’inspiration : Cherubimon, Seraphimon, Ophanimon, les noms sont limpides. L’arbre de vie de la Cabbale fait même une apparition, le temps de quelques épisodes, sous la forme d’un digimon maléfique, Sephirotmon.

On sent également que Frontier cherche à se rapprocher d’Adventure : enfants égarés dans un monde inconnu, devant se regrouper pour faire face à la menace d’un mauvais digimon qui corrompt les autres. Les références aux deux premières saisons sont nombreuses : la rivalité entre Takuya et Kôji qui fait écho à Taichi/Yamato, les symboles attitrés à chaque Esprit (inspiré par les kanjis), on revoit Angemon, Gabumon, Gomamon, et le symbole de la lumière que possédait Hikari est de nouveau utilisé ! Même au niveau de l’ambiance, le début est tout gentillet, loin du sérieux de l’intrigue de Tamers. C’en est presque décevant.

Cette version de Digimon est également plus manichéenne que jamais, avec un combat du Bien contre le Mal sans la moindre nuance, dont le plus mis en avant est l’opposition entre le guerrier de la Lumière et le guerrier des Ténèbres. Une histoire en réalité plus trouble qu’il n’y paraît et qui développe de manière intéressante Kôji et son rapport aux autres enfants.

Petit point qui fâche, avec un défaut déjà présent dans Adventure, mais ici trop accentué. Le focus fortement exagéré sur deux héros. Comme pour Taichi et Yamato dans la première saison, Frontier met en avant Takuya et Kôji. Mais c’était moins gênant avant. Les autres digisauveurs sont relégués au second plan, pire, ils sont parfois de simples spectateurs durant des combats contre les digimons les plus puissants !

Dans cette saison, Takuya et Kôji sont les seuls à apprendre deux techniques. La première consiste à utiliser les deux formes (bête et humaine) de leurs Esprits respectifs. S’il est dommage que les autres enfants n’utilisent jamais cette nouvelle évolution, la deuxième techniques est plus atroce. Cette fois-ci, les deux héros utilisent cinq Esprits, dont plusieurs « empruntés » aux autres. Du coup, Izumi, Tomoki et Junpei se retrouve sur le banc de touche, obligé de rester humain, loin des combats, simples supporters. Faire un focus sur certains persos au détriment des autres, Digimon nous y avait habitués, mais de là à rendre ces autres totalement inutiles… C’est triste, c’est ridicule, c’est stupide.

En résumé, cette saison est la pire saison Digimon que j’ai vue : trop simpliste, trop manichéenne… Il m’en reste encore sous le coude, donc on sait jamais, mais bon. J’ai espoir que les suivantes soient meilleures. Ils y avaient de bonnes idées, de bons moments, mais beaucoup de points négatifs viennent malheureusement noircir le tableau. Peut mieux faire, donc.

Publicités

2 réflexions sur “ Digimon Frontier ”

  1. Oh. Pristi sapristi.

    Yoho. Je me rappelle de la lointaine époque ou je voulais voir cette série et de la déception que j’avais eu en apprenant qu’il ne serait jamais diffusé en France. Le concept d’humains qui se transforment en digimons me rebutait au plus au point mais je voulais revoir cet univers Digimon que j’adorais tant et qui ne semble jamais usé au maximum à la fin de chaque série mais aussi le chara-design de la 1re saison.
    Je n’avais jamais trouvé les épisodes, seulement en espagnol quelque part là et par ci mais au final je ne me suis pas donné non plus les moyens. Finalement grâce à votre critique Monsieur Bobo, j’ai l’impression d’avoir échappé au pire. Je ne sais pas si je m’y tenterai quand même si je trouve par hasard les épisodes mais c’est sur que tu y a mis un frein.
    En tout cas jolie critique, dommage que la série ne semble pas en valoir la peine :o.

    1. Les saisons de Digimon sont facilement trouvables en fansub de nos jours. Eh oui, celle-ci n’est pas faramineuse. Il y a de bonnes idées, mais mal exploitées et trop diluées dans un enchaînement de trucs pas trop intéressant. Dommage.

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s