« Black Magic ! »

J’ai beaucoup hésité avant de commander ce Black Magician, même si je le préfère à la version bleue fluo initiale. Faut dire qu’avec l’habitude  des recolorisations exclusives de Kotobukiya, je craignais qu’une alternative style « Pandora » soit prévue. Il semblerait que non. Dans tous les cas, voici donc le vrai Black Magician comme on l’aime.

891

Tout de violet vêtu, il se présente en lévitant légèrement au-dessus de sa base, identique à celle de son apprentie, mais en plus sombre, parce que le rose girly n’est pas assez viril pour monsieur.

Alors que bon, les paillettes bleues, par contre, si, ça va. Du coup, Kotobukiya a mis le paquet pour le décor cartonné troué par deux étoiles. Tout flashy et pétillant de partout. Une vraie diva.

612

Le magicien des Ténèbres demande peu de mise en place. Après la barre translucide offrant un dégradé subtil à bloquer sur la base, il faut ensuite encastrer la figurine dessus. Au niveau de ses fesses. Oui, oui.

Et l’un de ses deux pieds doit trouver une encoche pour s’y maintenir. Du grand art pour la manipulation, qui demande une dextérité de chirurgien (ce que je ne suis pas).

DSC01660

Comme d’habitude, Kotobukiya a fait du beau boulot concernant la peinture et la finalisation, choisissant des tons mats plutôt que brillant. Le seul avantage du Black Magician 1.0 : sa brillance. C’est là que cette version plus récente perd le duel. Il manque un léger contraste dans les textures, heureusement compensé par les dégradés et ombres dans le violet de sa tenue, oscillant entre le pourpre lumineux ou au contraire quasiment noir.

Les drapés de sa tunique renforce l’impression de mouvement et le dynamisme de la figurine. On le croirait prêt pour s’envoler vers l’infini et au-delà.

DSC01664

Son sceptre est plus facile à lui mettre en main que celui de la Black Magician Girl. Faut dire que lui n’essaie pas de le faire glisser entre ses jambes.

Voilà donc pour la dernière figurine issue de Yu-Gi-Oh, la prochaine étant prévu pour la fin de l’année. Expression à prendre, ici, au sens le plus extrême, puisque Yami Marik est prévu pour le 31 Décembre 2013. D’ici là, peut-être aura-t-on un aperçu de ce que nous réserve 2014…

Publicités

Quelques nouvelles de Setona Mizushiro

Alors que le tome 6 de Heartbroken Chocolatier vient de nous parvenir, on peut se demander ce que devient l’auteur au Japon. Eh bien, pour commencer, si son manga sur le chocolatier de l’amour perdu devait se terminer en 2013, ce ne sera pas avec le tome 7, sorti dernièrement. Peut-être pour le tome 8 ?

 Manga - Manhwa - Shitsuren Chocolatier jp Vol.7

Concernant Nônai Poison Berry, aucune nouvelle pour la France, mais le tome 3 est lui sorti fin Août au Japon. Avec une couverture bleutée, sur laquelle les gens qui sont dans la tête d’Ichiko ont toujours l’air aussi dérangés enthousiastes.

Manga - Manhwa - Nônai Poison Berry jp Vol.3

Black Rose Alice est toujours en pause à l’heure actuelle. On peut espérer une reprise en 2014, après la fin de Heartbroken Chocolatier. Sauf si Setona Mizushiro décide d’entamer un tout nouveau projet.

Du côté de son blog, on apprend que l’auteur continue de se gaver de chocolats, même si la version officielle parle, je suppose, de documentation pour ses mangas (évidemment). Et Naoki Urasawa n’a pas été le seul à gribouiller des murs, la mangaka était de la partie aussi !

Voilà pour le moment, en attendant que Kazé se bouge un peu…

 

Chibi Devi !

Et voici venir un tout mignon bébé démon dans le nouveau shôjo neuneu-kawaï signé Hiromu Arakawa Shinozuka. Cette fois-ci, c’est grâce à Soleil Manga que l’on va pouvoir assouvir nos besoins primaires en débilités mignonnes.

Chibi Devi nous plonge dans la vie de la petite Honoka, collégienne brimée par ses camarades, vivant seule dans l’appartement de sa tante et dont le seul ami est un fan ultime des dessins animés adaptés des œuvres précédentes de l’auteure (à moins que ce ne soit là un subtil moyen de se faire de la pub’).

© by SHINOZUKA Hiromu / Shôgakukan Lire la suite Chibi Devi !