CampNano & vacances

Tous les ans, à cette époque de l’année, je pond un article visant à me vanter des nombreuses activités que je vais faire durant mes looongues vacances. Manque de peau, cette année, je retourne aux deux mois que j’avais quand j’étais au lycée. Cela vaut le coup de faire des études si c’est pour avoir moins de vacances, tiens !

Et c’est pourtant cette année que j’ai décidé de me gaver de séries, de romans et de manga. Bon, j’ai définitivement abandonné l’idée de me mettre un jour à Spartacus dont je parle depuis deux ans (ahah). Mais, par contre, je compte bien rattraper mon retard dans :

– Doctor Who (saisons 2 à 7);

– Once Upon A Time (mis en pause à l’épisode 6 ou 7 de la saison 1);

– Dexter (saisons 7 et 8):

– Teen Wolf (saisons 2 et 3);

 True Blood (saisons 5 et 6)…

Sans oublier de commencer Supernatural (8 saisons !) et Lost (« seulement » 6). Et puis, il y a aussi Sherlock dont il me manque seulement 3 petits épisodes, donc ça devrait le faire. Et j’aimerais me refaire l’intégrale de Battlestar Galactica et de X-Files. Je suis (trop) optimiste, je le sais.

Car la moitié de mes vacances va être amputée grâce à un événement littéraire de taille : le CampNano ! Mais qu’est-ce donc ? La sonorité finale du mot, « Nano », devrait vous évoquez le Nanowrimo. Et oui, le marathon d’écriture de l’hiver est papa d’un joli fiston estival. Du 1er au 31 Juillet, je serai donc fortement occupé à écrire, encore une fois.

Mais excepté ce changement de mois, le CampNano recèle des nouveautés intéressantes. En effet, chaque nanoteur est placé au sein d’une tente virtuelle partagé avec six ou sept autres, selon les souhaits de chacun, allant du hasard total à la recherche précise par pseudo. On peut aussi être solitaire et s’enfermer dans une tente sans laisser personne entrer. Ça fera plus d’espace et moins de tentation à procrastiner sur le tchat privé. (Et c’est pas comme s’il n’y avait pas un chat français bien actif pour perdre du temps.)(Oh, wait !)

Le principal avantage du CampNano, à mon goût, c’est que l’objectif à atteindre est libre : de 10 000 mots à 1000 kmots. Sachant que ce dernier me paraît humainement irréalisable mais bon, passons. Il paraît que le café peut réaliser des miracles.

L’objectif fixé ? 30k, soit moins de 1000 mots par jour, c’est raisonnable. Car, rappelons-le, le mois de Juillet compte 31 jours. 31 ! Là où Novembre, ce radin, n’en a que 30 ! Et une journée, 24h supplémentaire, dans ce genre de défi, ça compte, et pas qu’un peu !

Pour la première fois, je vais partir avec un plan. Plutôt précis, de surcroît. Vais-je tenir le choc ? Ce sera la grande surprise. De toute façon, avec ou sans plan, mes Nano ont la faculté naturelle de partir en cacahuètes. Alors que je préfère les chips. Tant pis.

L’idée est née en Novembre dernier, mais il était prématuré pour elle d’être couché sur papier. Et le CampNano d’Avril était en plein pendant mon premier mois de stage, concilier les deux aurait peut-être était difficile. (J’en sais rien, j’ai pas essayé.)

Mais avec l’ambition chronophage que je me suis fixée en terme de visionnage de série, ce CampNano va sûrement être plus dur que prévu. Ou alors que je sacrifie ma vie sociale en Août (ahah).

Bref, je sens que vous trépignez d’impatience pour obtenir, en avant-première, le résume officiel de mon futur Nanotruc. Eh ben, je garde la surprise, parce que je ne sais pas vraiment comment commencer (malgré la présence d’un plan, ahah). Alors, pour faire simple… Le Nanotruc va être un mélange entre les univers de :

– Yu-Gi-Oh;

– Torchwood;

– Donyatsu;

– Lovecraft.

Et je n’exclue pas une apparition surprise de Cartox. Cela dit, il n’y aura, je l’espère, aucune trace de chimie, parce qu’écrire mon rapport de stage m’a largement suffit en terme d’analyse de la silice, des nitrates ou des nitrites, quelle que soit l’eau utilisée ou la méthode. Argh.

Sur ce, je vous laisse avec cette grosse impression de WHAT THE FUCK que je viens d’écrire. Bisous.

Publicités

Lucika Lucika

Alors que l’été commence timidement, voici que Ki-oon nous annonce une nouvelle série à paraître pour le retour de la grisaille en Octobre prochain. (Note : en Normandie, le mauvais temps reviendra plus tôt, genre, la semaine prochaine.)

Ce nouveau titre ? Lucika Lucika, shônen (mais qui sera, a priori, dans la collection « kodomo » de Ki-oon si j’ai bien suivi) de Yoshitoshi ABe, le monsieur responsable de Serial Experiment Lain, par exemple. Le titre qu’on ne pensait pas voir arriver en France. Cette nouvelle est un miracle, donc. Ce manga est un Slice of Life tout mignon fabriqué dans le même moule que Yotsuba &! mais, quand même, avec son caractère propre.

En effet, ici aussi, on suivra avec joie les aventures d’une petite fille japonaise. Cependant, Yoshitoshi ABe nous propose un regard différent, malgré les similitudes frappantes. Déjà, Lucika est une enfant à l’imagination débordante, sans limite connue, et chaque chapitre est l’occasion d’en avoir la preuve. Une simple paire de sandales abrite un bonhomme invisible, le + est un ennemi de l’Humanité et aller chercher du PQ devient une véritable épopée.

Yoshitoshi ABe pose un regard bienveillant sur l’enfance, nous rappelant ces instants révolus où l’on s’amusait d’un rien. C’est frais, c’est drôle. C’est à lire.

Et, bonus non négligeable, le manga est entièrement en couleur, ce qui permet de profiter pleinement du coup de crayon du monsieur. Car même si le chara-design de Lucika est carrément simple (mais pas simpliste, hein, comprenons-nous bien), le travail sur les décors (genre un coucher de soleil, ou la flaque d’eau ci-dessus) est super bien foutu. C’est beau.

Bon évidemment, tout ça à un prix, et ce sera pour un peu moins de 10€ que Ki-oon nous proposera le premier tome cet automne. Enjoy Eveything ! comme dirait une autre gamine.

Katsura Hoshino is alive !

Voilà une nouvelle qui devrait grandement faire plaisir à Meloku. En effet, si la série principale de l’auteure, D.Gray-Man, est en pause depuis le début de l’année et reviendra quand les chats arrêteront d’être mignons tout plein choupinous kawaî kyaaah, le Miracle Jump sorti fin avril contenait un court one-shot intitulé The Demon King (Ayakashi no Ô en vo).

Comme je suis toujours en avance sur mon époque, j’ai appris la nouvelle hier soir.

Oui, cette image sent l’originalité à plein nez. La fille a des cheveux verts, quand même !

Lire la suite Katsura Hoshino is alive !

Samidare, le concours que je n’ai pas gagné.

Samidare,  le manga de Mizukami Satoshi, publié en France par Ototo, a eu quelques difficultés (euphémisme) à trouver son public. L’éditeur a alors eu la bonne idée de changer les couvertures pour attirer le chaland. A l’origine, c’était juste pour le premier tome, offre promotionnelle d’Halloween dernier, mais finalement, c’est toute la série qui se verra éditée avec deux versions, pour faire plaisir à ceux qui ont commencé avec l’une des deux et que personne ne soit lésée dans l’histoire.

Manga - Manhwa - Samidare - Lucifer and the biscuit hammer Vol.1

En plus de relancer la série via cette initiative, Ototo continue sa publicité en lançant un concours permettant de gagner le tome un et ses deux couvertures alternatives, ainsi que celles des tomes suivants. Ce qui devait, je pense, permettre aux gagnants d’acheter la suite sans attendre la réédition. Lire la suite Samidare, le concours que je n’ai pas gagné.