Les Voies d’Anubis

Les Voies d’Anubis est un roman de Tim Powers, paru il y a 30 ans tout rond dans son pays d’origine. Il était déjà disponible dans notre belle langue en version poche pour moins d’une dizaine d’euros, mais Bragelonne a décidé d’en faire une édition plus jolie. En effet, à l’occasion du Mois du Cuivre (un événement littéraire visant à mettre le steampunk en avant), en avril dernier, ils ont choisi trois bouquins et en ont fait des petits bijoux. En l’occurrence, des pages à la tranche dorée et aux bords arrondis, des couvertures magnifiques et un soin particulier apporté à la mise en page.

Certes, on pourra se demander pourquoi la tranche n’est pas plutôt cuivrée, vu le nom de l’événement, mais comme le livre qui nous concerne se base sur la mythologie égyptienne,  l’or convient parfaitement au thème.

Voilà pour le contenant, passons au contenu.

Dans Les Voies d’Anubis, Tim Powers nous narre les aventures un brin décalées de Brendan Doyle, spécialiste de la poésie anglaise du XIXième siècle. Alors qu’il se rend en Angleterre pour une proposition de job qui ne l’enchante guère, il va rapidement se retrouver embarquer dans une histoire de voyage dans le temps, se perdre dans les bas-fonds d’un Londres industriel où un complot visant à raviver la gloire de l’Egypte Antique et son Panthéon de Dieu se trame sous la surveillance inquiétante d’un clown lugubre.

En gros. Car il est difficile de résumé l’histoire simplement et un peu de mots tellement il se passe des trucs assez barrés qui se mêlent au grès des circonstances au récit principale avec une aisance bienvenue. L’auteur réussi à mélanger tout un tas d’éléments disparates pour faire un tout homogène qui se lit avec plaisir. Ainsi, outre la magie noire de sorciers égyptiens, on a aussi des bouts de science-fiction avec des voyages dans le temps via des trous dans le continuum temporel (les fameuses « Voies d’Anubis »). Côté fantastique, on  retrouve aussi un loup-garou aux pouvoirs particuliers qui compliquera bien le récit à un moment on ne s’y attendait plus. En bref, on a là le parfait roman de steampunk. A vrai dire, il s’agit même de l’un des tout premiers bouquins à avoir lancé le genre. C’est dire combien Les Voies d’Anubis ont marqué la littérature. En bien.

Et ce qui est bien, malgré les nombreux rebondissements inattendus, c’est que le tout se goupille bien et que l’auteur n’oublie aucune des nombreuses pistes qu’il a lancées en cours de route. Tout se rejoint dans les derniers chapitres (ou avant, pour certaines).

L’un des seuls défauts du livre, à mon goût, ce serait le début qui, malgré un prologue mettant l’eau à la bouche, met un peu trop de temps à démarrer et à entrer dans le vif du sujet. A savoir, de mon point de vue, non pas le voyage dans le temps, vu que ça, on y arrive vite fait, mais la sombre machination visant à restaurer la place de l’Egypte dans l’ordre mondial. Et ça, il faut l’avouer, on met un peu de temps avant d’y parvenir.

Côté personnage, l’auteur en invente une belle brochette, dont certains marquent plus que d’autres. A commencer par le héros, qui a largement tendance à se laisser emporter par les événements au début, avant, enfin, de se prendre en main. L’un des plus marquants, parmi toute la clique, et sans conteste Horabbin, le clown-sorcier malsain, maître d’une bande de pouilleux et adepte des expériences médicales et/ou maléfiques (il a un CV bien rempli, effectivement), qui tire la couverture à lui dès qu’il entre en scène. Brrr…

Cette image n'a aucun rapport avec la ratatouille, je sais.

Quant à la mythologie égyptienne, elle sert surtout de toile de fond, mais vraiment dans le fond, là, oui, au fond à droite, caché derrière l’armoire normande. En soi, ce n’est pas réellement gênant concernant l’aventure elle-même. Mais pour moi, fanatique de l’Egypte et de sa mythologie, c’est un poil décevant. Surtout avec une couverture si prometteuse (Anubiiiiiiis, hiiiiii!).

Néanmoins, le style d’écriture de Tim Powers, léger et décalé, nous embarque sans peine dans les déboires rocambolesque de Doyles. A lire avec plaisir.

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s