Rinne

Cet article est l’un de ces billets maudits qui est venu au monde il y a des mois dans ma tête, mais qui a été repoussé de jour en jour, de semaine en semaine, pour finalement ne jamais paraître. Heureusement, la force de l’amitié, euh, de ma volonté a contrecarré ce sortilège maléfique. Cela me donne bon espoir de finir l’article sur Zexal un jour…

Bref, laissons ces soucis de rédaction de côté.

KYOUKAI NO RINNE © 2009 Rumiko TAKAHASHI/Shogakukan Inc.

Rinne est le nouveau shônen fleuve de Rumiko Takahashi, la maman de l’inoubliable Ranma 1/2 ou encore de l’infinissable Inu Yasha. Mais si Rinne a les qualités du premier, il n’a pas les défauts du second (excepté sa longueur). En gros, c’est que du bonheur !

Et oui, je confirme, je viens de lâcher ma conclusion.

Mais ne partez pas, j’ai encore des choses à dire (je crois). Par exemple, vous pouvez me demander de quoi ça cause, par exemple. Eh bien, que je vous réponds (parce que je suis gentil) : c’est la belle histoire de Sakura Mamiya, lycéenne qui peut voir les fantômes et qui, un jour, tombe sur Rinne Rokudo, un shikigami qui bosse pour rembourser ses dettes.

Mais contrairement à Bleach dans lequel shinigami rime avec combat à foison (oui, c’est fort comme rime), dans Rinne, rien de tout ça ! Ainsi, Rumiko Takahashi se situe plus dans les courts chapitres humoristiques avec de nouvelles situations permettant d’explorer un peu plus le passé de Rinne ou Sakura, de mettre en avant un nouveau personnage, ou de créer de nouveaux quiproquos.

Ainsi, comme dans Ranma 1/2, l’auteur préfère se focaliser sur les situations amusantes sans trop de conséquences sur la suite, plutôt que sur des arcs narratifs trop longs à la Inu Yasha. On pourra peut-être regretter cette impression de stagnation, mais il n’en est rien, puisque certains passages permettent des avancées non négligeables, notamment lors de l’introduction de persos secondaires voués à revenir embêter Rinne de temps à autres. Entre des histoires sans conséquences de 18 pages et celles plus ambitieuses s’étalent sur quelques chapitres, Rumiko Takahashi trouve un bon équilibre. Et si les gags font mouche, il reste dommage que la situation d’ensemble n’évolue que trop lentement.

On peut affirmer sans trop se tromper que ce mélange d’action et humour est le terrain préféré de la mangaka, la large galerie de personnages lui permettant de varier les situations à loisir. Le talent de Takahashi est toujours dans la description réussie des relations entre les personnages. Ainsi, si un banal triangle amoureux semble rapidement s’installer, il ne faudra pas beaucoup de chapitres pour que celui-ci se transforme en un polygone plus complexe…

Ainsi, on ne peut que rigoler devant les tentatives de Tsubasa pour gagner le cœur de Sakura ou face à l’aveuglement de Rinne quant aux sentiments d’Ageha. Sans compter le père de Rinne, sa fourberie et son entreprise de Damashigami maléfiques, toujours là quand il ne le faut pas. La foule de personnage secondaire permet tout un tas de variations infinies, et l’on sent que l’auteur anime son petit monde avec joie.

Graphiquement, on retrouve le style habituel de l’auteur, pas de quoi bouleverser ou surprendre les habitués. Simple, mais efficace.

En conclusion, Rinne est un shônen agréable et sans trop de prétention, qui se boit comme du petit lait.

Informations techniques de la plus haute importance :

Éditeurs : Kazé (fr), Shôgakukan (jap)
Nombres de tomes : 18/30 (en cours)
Prix actuel : 6.99€

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s