serial experiments lain

Serial Experiment Lain est une série de 13 épisodes, datant déjà de 1998. Et oui, ça date. En France, on a découvert la série sur Canal + le 7 juin 2001, dans la soirée. Autrement dit, à part un épisode que j’ai regardé, comme ça, à une heure moins tardive, mais en cours de route, Lain, c’était, pour moi, un grand mystère. Difficile de comprendre de quoi ça parle quand on ne commence pas par le premier épisode.

Allez, je suis gentil, je vous fais un résumé made in me. Youhou.

Lain a une vie de lycéenne banale et ennuyeuse, jusqu’au jour où une camarade classe se suicide et qu’elle reçoit un message de sa part… post-mortem. Elle serait encore en vie, dans le Wired…

Et voilà ! C’est concis, mais c’est l’essentiel. Même si, en 13 épisodes, la série aura largement le temps d’explorer d’autres pistes, mêlant technologies, mythologies et religion comme seuls les Japonais savent si bien faire.

On suit, dans le premier épisode, le quotidien banal et morne de Lain, collégienne pas très populaire. Mais suite à la réception d’un e-mail écrit par sa morte camarade, voici que plusieurs évènements étranges s’enchaînent. De la fumée sort de ses doigts en cours de math, du sang coule des câbles électriques et des types en noir se mettent à la surveiller ?!

Que signifie tout cela ? Pour le comprendre, il faudra rester bien accroché, la série se voulant avare en réponse, mais très généreuse en questions, par contre.

Ainsi, épisode après épisode, les mystères et bizarreries affluent. Lain s’engouffre de plus en plus dans le monde virtuel de Wired et semble avoir une emprise sur le monde réel des plus… terrifiantes. Alors que les épisodes passent, certains plus difficiles à appréhender que d’autres, la série se centre de plus en plus sur Lain. Sur le mystère Lain.

Qui est Lain ?

Car au final, alors que tout nous entraîne vers la fin, c’est LA question qu’on se posera.

Mais les personnages secondaires ne sont pas en reste, que ce soit du côté de la famille de Lain, aux comportements étranges, ou des ses camarades de classe, comme Alice, qui assiste aux changements de Lain avec de plus en plus de craintes.

En effet, alors qu’Alice s’évertue à sortir Lain de son apathie asociale, la jeune fille se complaît de plus en plus dans l’exploration du Wired. Alice est un peu comme l’oeil du téléspectateur, assistant à la transformation progressive de Lain sans pouvoir y changer quelque chose.

Quoiqu’il en soit, serial experiments lain est une série à voir. Et à revoir. Déroutante mais captivante, fournie dans une édition correcte (malgré un doublage vf parfois agaçant), il s’agit véritablement d’un incontournable de la japanimation !

4 réflexions sur “ serial experiments lain ”

  1. Les trucs glauques, comme ça, ça m’a jamais trop botté.

    À propos d’anime, je fais une review sur Evangelion, il y a des choses à dire. Des vannes à faire, aussi.

    1. Ah, vivement que je puisse lire ça, alors ! C’était fun à regarder, n’empêche (grâce à la fin en mode kamoulox).

      Pour serial experiment lain, ce n’est pas tellement glauque, sauf vers la fin. On penche plus dans une ambiance calme, même sereine, dirais-je, et ce malgré la violence de certaines scènes. Il y a des passages troublants, c’est vrai, mais ça vaut le coup. =)

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s