My Little Pony : Friendship Is Magic !

Si vous avez eu une crise cardiaque en voyant le titre de cet article, ça peut paraître normal. Eh oui, qui aurait cru, qu’un jour, on parlerait de « Mon petit poney » sur Heaven Manga ? Même pour moi, on dirait une mauvaise blague…

Et pourtant… Je ne suis on ne peut plus sérieux ! Et vous devriez, je l’espère, rapidement comprendre pourquoi…

 Pinkie Pie, la plus folle de tous les poneys !

Avant d’aller plus loin, un peu de détails techniques.

My Little Pony : Friendship is Magic est une nouvelle série, créée par Lauren Faust, et qui n’a aucun rapport direct avec l’ancienne série, si ce n’est les jouets de Hasbro. Car Lauren Faust, se rappelant la gnanganceté de la première série, avec ces paillettes, son rose acidulé et toutes ces cochonneries pour fillettes, décidé de faire un dessin animé plus fun, plus drôle, où les combats ne se régleraient pas autour d’une tasse de thé !

Mais ce n’est pas tout. Elle s’est aussi occupé du chara-design, et l’on reconnait aisément la patte de quelqu’un qui a bossé sur Les Supers Nanas (The Powerpuff Girls, en vo). Des couleurs vives, une animation fluide, des musiques entraînantes, et voilà, c’est parti !

Pour l’instant, deux saisons de 26 épisodes chacune ont été diffusées, la troisième arrivant à l’automne.

Note : limitez-vous à la vo ou vost, la version française étant… Hum. Il n’y a pas de mots pour décrire ça… Déjà, premier scandale, on perd toutes les petites remarques rigolotes comme « Hello everypony ! » et tous les dérivés genre nopony/anypony… Bref, un jeu de mot, même simpliste, de supprimé définitivement par la vf… C’est affligeant.

Applejack n'aime pas l'hiver.

Bon, l’histoire, maintenant !

Elle prend place à Equestria, le pays des poneys, licornes et pégases, chacune de ces castes ayant ses pouvoirs propres (que je vous laisse découvrir par vous-même, uhuh).

L’héroïne est Twilight Sparkle, élève de la Princesse Celestia. A force de bouquiner sévèrement, notre poney découvre avec stupéfaction que des signes inquiétants montrent le retour de Nightmare Moon, la grande méchante, exilée sur la Lune, qui voudrait apporter une nuit éternelle sur Equestria !

Mais ça, c’est juste le pitch de départ. En effet, après deux épisodes, on passe à autre chose. Parce que, bon, les méchants poneys nocturnes et ténébreux, c’est pas le principal.

Par la suite, on s’intéressera plus à des soirées pyjamas, au passage de l’hiver au printemps, ou aux parasprites (de mignonnes petites créatures).

Quoi ? Tout cela vous paraît toujours aussi rose-bonbon ? Ben oui, on ne peut le niez. Ceci est la barrière psychologique à franchir pour pénétrer dans un monde incroyable d’idées et d’inventivités !

Car, My Little Pony, c’est aussi -et même surtout- ses personnages !

 Twilight dans tous ses états !

Twilight, c’est la licorne envoyée par la Princesse à Ponyville pour y étudier l’amitié. Oui, c’est un sujet d’études comme un autre, hein. D’ailleurs, je vais faire ma thèse de doctorat là-dessus, j’suis convaincu que mes profs seront super emballés !

Bref. D’abord réticente, Twilight découvrira bien vite que le Pouvoir de l’Amitié (made in Yu-Gi-Oh! ) dépasse complètement son imagination. Friendship is Magic !

*************

Applejack (voir son design plus haut) est la plus forte du lot, courageuse et têtue comme une mule (uhuh), elle ne se laisse pas faire. Elle est aussi la seule poney dont on verra la famille au grand complet, comme ça, pouf, dès le premier épisode. C’était lolesque.

S’occuper de son champ de pommiers et de labourer la terre est son principal but dans la vie.

*************

Pinkie Pie. C’est Pinkie Pie. Difficile de décrire le poney rose le plus timbré et incohérent possible. Elle paraît toujours à côté de la plaque, et, pour elle, la solution à tous les problèmes se résume à… Faire la fête !

Bizarrement, ça ne marche pas toujours.

Pinkie Pie est la tarée du groupe, sautillant tout partout en disant quasi-n’importe quoi. Elle représente toute la folie douce qui repose dans ce dessin animé, incarnée en un seul personnage. Chaque apparition de Pinkie Pie équivaut à un fou rire. Prouvé scientifiquement.

Rarity est la plus belle des poneys. Licorne spécialisée dans la mode et le stylisme, elle est donc la superficielle du groupe, comme dans tout groupe d’amies stéréotypé. Mais si l’apparence est primordiale pour elle, Rarity sait aussi faire preuve d’une générosité sans faille, partageant sans arrière-pensée son temps et son talent pour aider autrui.

C’est beau, ce que j’écris.

*************

Fluttershy est une pégase tout timide, à voix fluette et parfois inaudible. Amie des animaux, elle ne vit que pour eux. S’occuper de les réveiller de leur hibernation pour le passage au printemps est un devoir primordial ! Ainsi, elle ne peut concevoir un monde où les animaux s’occuperaient d’eux eux-mêmes, comme dans la sinistre Forêt d’Everfree… Brrr…

Fluttershy est tellement timide qu’elle m’a demandé de ne pas mettre de photos d’elle ici. En tant que défenseur des droits des poneys, je respecte évidemment cette décision.

*************

Enfin, Rainbow Dash, sixième et dernière du groupe, est aussi une pégase, dont les acrobaties aériennes prouvent le côté garçon manqué.

Si, pour l’instant, elle s’occupe de la météo avec d’autres pégases, son but est d’intégrer une unité d’élite, les Wonderbolts. Y arrivera-t-elle ? Mystère, mais on croise les sabots pour elle !

On a donc un petit cercle d’amies aux caractères bien prononcées, complémentaires mais opposées, et chacune pourra ainsi avoir son heure de gloire, selon la situation. D’ailleurs, certains épisodes mettent en avant l’une d’elles, tandis que d’autres se centrent autour d’un groupe plus réduit, avec seulement trois ou quatre de nos poneys préférés.

Outre ces six-là, un nombre impressionnants de poneys secondaires et récurrents apparaissent dans la série. Zecora, Big Macintosh, Apple Bloom, et j’en passe, avec chacun leurs caractéristiques et un design propre qui les rend uniques. Tout une foule de petit poneys, que Hasbro peut maintenant décliner en jouets (c’était un peu le but, en fait).

Bref, voici venu, le temps des rires et des chants  de montrer que le show se veut plus sérieux et sombre qu’on ne le croit au premier abord. Car si la manière dont les thèmes sont abordés peut paraître extrêmement enfantine, les monstres et créatures que vont affronter nos petits poneys sont eux bien effrayants. Des manticores, des dragons, des minotaures, des poneys maléfiques, la ligues est longue !

Car, conscients que leur public n’est pas composés que de fifilles de 6 ans, mais aussi, étrangement, de mecs de 20, les concepteurs de la série ont volontairement pris un ton plus mature. Ce qui rend MLP : FIM encore meilleure.

L’univers de MLP est donc véritablement travaillé et construit, et chaque épisode permet d’en découvrir un aspect nouveau, tandis que ceci s’enchaînent sans la moindre redondance ou lassitude. Impossible de s’ennuyer devant la cascade de bonne humeur et de délires que nous propose un épisode.

Et même si la morale de chaque historiette est prévisible, les personnages et leur univers coloré rendent le tout toujours plus fun !

Par ailleurs, l’un des atouts phares de la série, c’est tout ce qui s’est créé autour d’elle, grâce aux fans. Entre les fan-arts, les fanfics, les détournements graphiques, tous ces montages envahissent le net grâce à une fanbase motivée ! On trouve même un set de cartes basé sur Magic : The Gathering !

art by chibinezu.

De toute façon, les petits poneys sont partout ! Ils nous envahissent… Littéralement. De Doctor Who à Harry Potter en passant par Gorillaz ou même Tekken, tout peut être ponyfié ! Touuuuuut !

Tôt ou tard, au cours de vos errances virtuelles, vous tomberez sur un poney, tôt ou tard…

Pour conclure, je laisse la parole à Apple Bloom, petite soeur de Applejack :

Publicités

7 réflexions sur « My Little Pony : Friendship Is Magic ! »

  1. [Mode François Cluzet On] Nan mais atteeeeend. Je suis d’accord qu’il peut y avoir un léger côté décalé pour casser le stéréotype de la série, mais ça reste du Mon Petit Poney Official, merde ![/Mode François Cluzet Off]

    1. [Mode Pinky Pie] C’est la fête alors on s’en fout des détails ! Youhou ! Best. Show. Ever ![/Mode Pinky Pie]

      [Mad Fluttershy Mode] You’re… going to… LOVE IT !!! [/MFM]

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s