Card Captor Sakura

Titre : Card Captor Sakura
Auteurs : CLAMP
Éditeur japonais : Kôdansha
Éditeur français : Pika
Nombre de tomes : 12 (finis), 6 dans la version double.

L’histoire :
Résumé rapide. Sakura Kinomoto, CM1, découvre un livre qui brille dans la bibliothèque de son papa. Curieuse, elle l’ouvre, réveillant alors la mascotte du manga, Kero, qui dormait au lieu de faire son boulot. Et évidemment, quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Ici, les souris, ce sont des cartes. Kero s’arrange donc pour que Sakura devienne la Card Captor ! Oui, vraiment, elle s’est fait couillonnée.

Avis long et détaillé :
Avec le style tout rond et très fleuri de Mokona Apapa, le manga paraît d’emblée très enfantin, tout kawaï. Les premiers chapitres ne démentent pas, avec une ambiance très légère et pleine d’humour. En effet, Kero est tout mignon et ne peut s’empêcher de faire le beau devant la caméra de Tomoyo, la meilleure amie de Sakura. Et aussi sa styliste (l’excuse des CLAMP pour pouvoir changer la tenue de Sakura à chaque aventure).

Les enjeux, également, ne sont pas d’une ampleur phénoménale. La première carte que doit capturer Sakura se contente de faire souffler le vent. Ouh, quelle violence. Sans parler de la carte qui est revenue d’elle-même dans le livre et celle qui s’est sagement laissée faire (Woody et Windy, respectivement, de mémoire).

Mais cela nous laisse le temps de nous attacher à la petiote, à sa famille et à ses camarades qui nous sont présentés au fur et à mesure des chapitres. Une belle galerie, pour développer différentes histoires d’amour avec la subtilité caractéristiques des CLAMP. On ne devine pas du tout de qui Rika (ou Lika, ou même Lica, selon l’humeur du traducteur) est amoureuse. PAS DU TOUT.

En fait, la plupart du temps, les évènements à venir sont assez prévisibles, mais la volonté des CLAMP semble justement loin d’être l’entretien du mystère. En effet, tout personnage mystérieux qui apparaît aura un rôle important par la suite, et quand le manga s’intéresse à ce qui se passera une fois les cartes rassemblées, les indices dissimulés derrière de gros WARNING laissent entrevoir la vérité.

La seconde partie du manga sort du même moule, avec l’arrivée d’un nouveau dans la classe de Sakura, mais aussi d’une nouvelle dans celle de son frère, Toya. Dans le même temps, des évènements étranges ont lieu en ville. Subtil.

Reste néanmoins un style mignon et maîtrisé, offrant de beaux design pour les nombreuses cartes, des costumes super mimis pour Sakura.

De plus, ce qui fait le charme de la série, ce sont les relations entre les personnages. Des amitiés et des amours purs et beaux. Avec beaucoup de subtext yuri et yaoi, d’ailleurs. Et pas aussi subtilement fait que veulent nous faire croire les fans du studio. Quand, dans le tome 2, Tomoyo dit qu’elle aime Sakura (ce à quoi la petiote répond joyeusement « Et moi donc »), la tirade :  « Je suis sûre que c’est différent,  quand je dis que je t’aime, Sakura » est limpide. Faut être bien innocent pour ne pas comprendre de quoi il retourne véritablement. Ou être aveugle. Au choix.

Mais c’est justement parce que tout est clair pour le lecteur, mais pour les personnages, qu’ils en deviennent attachants. Tant d’histoires croisées, d’amours déçu, d’amours en attente, c’est meugnon tout choupinou.

Conclusion :

Card Captor Sakura, c’est le Magical Girl par excellence, avec ses transformations (même si, ici, ce n’est pas Sakura, mais sa Clé qui se métamorphose en Sceptre Tout Mimi), ses looks, ses pétales de fleurs, ses scènes d’actions, ses histoires d’amour, et une bonne dose d’humour.

6 réflexions sur “ Card Captor Sakura ”

      1. Rien que pour le côté yaoi, je retournerais la terre pour le trouver ! Pas dispo chez moi ! Again😦
        Oh euh du coup le côté « bébé » est à laisser un peu de côté ^^

        1. C’est enfantin, en fait, mais avec un second degré de lecture plus adulte et plus sérieux, auquel on ne fait pas gaffe quand on est jeune.
          Notamment la relation Tomoyo/Sakura, toute en retenue, alors que pour Toya/Yukito, c’est mieux mis en avant.

  1. Oho ça devient très très bien tout ça, c’est à dire que c’est pour moi ^^ mais après une visite sur Amazon et Price Minister, rien😦 c’est vrai que ça date un peu mais quand même ! Et les dessins sont tellement beaux.

    1. L’édition en double-tome devrait être encore disponible pourtant, elle date de l’année dernière, je crois…

      Et ils y sont sur Priceminister (même si personne ne semble vendre l’intégrale d’un seul coup)…

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s