Thermae Romae

Et voilà une petite semaine spéciale italie, avec, outre la sortie du treizième tome de Gunslinger Girl (riche en action, violence et larmes, mais aussi en bonus), la publication par Sakka des deux premiers tomes de Thermae Romae. Cette sortie est l’occasion d’apprendre également la fin prochaine de la série au Japon puisque le sixième et dernier tome devrait pouvoir paraître l’hiver prochain au pays du Soleil Levant.

Lucius Modestus, un architecte romain de l’Antiquité boudé par la profession décide d’aller se détendre aux thermes. Alors qu’il s’immerge dans l’eau, il se retrouve aussitôt transporté dans le temps et l’espace, atterrissant dans un bain public du Japon contemporain. Ces étranges voyages lui permettent de s’inspirer des inventions japonaises et des techniques modernes pour briller à Rome et s’attirer les faveurs de l’empereur Hadrien.

Malgré un schéma répétitif de chapitre en chapitre, on se prend rapidement au jeu de Thermae Romae, qui nous en apprend à la fois sur les thermes romains de l’antiquité et sur les bains japonais actuels, grâce aux voyages temporels de Lucius.

Heureusement, un fil rouge arrive rapidement, et permet à l’auteur d’explorer d’autres aspects des bains, même si la façon de faire « voyager » l’architecte paraît de plus en plus artificielle.

Quoiqu’il en soit, le trait est agréable, loin des clichés habituels (bishônen, grands yeux, fonds fleuris et tout le bordel, adieu !). Le style graphique correspond tout à fait à l’ambiance de la Rome antique, et le décalage physique entre les Romains et les Japonais est bien rendu, contrairement au drama où tous se ressemblent. En même temps, prendre des japonais pour jouer des européens…
L’édition de Sakka est quant à elle très bien faite, respectueuse des bonus d’origine (mots de l’auteur entre chaque chapitre), avec une traduction fluide, une présentation de l’auteur en fin de tome, et une couverture agréable au toucher.

Par contre, je ne comprends pas pourquoi on s’offusque de la non-présence d’avertissement pour le tome 8 de Wolf Guy, alors que là, on a carrément un pénis en couverture, des hommes nus à toutes les pages, et cela ne gène personne, hein. Mais où va le monde ?

Après l’excellent Bonne Nuit Punpun, voici mon deuxième coup de coeur de l’année ! En espérant que d’autres suivent, évidemment.

2 réflexions sur “ Thermae Romae ”

  1. C’est clair, c’est pas comme si la prof dans Wolf Guy se faisait violer pendant deux tomes par un groupe d’hommes qui la prend pour un morceau de viande.
    Cette couverture est scandaleuse !!

    Plus sérieusement, mettre un bandeau pour cacher l’erreur d’impression est finement joué…:/

    Sinon je suis d’accord avec toi pour Thermae Romae.

    Et en excellent manga il y a aussi Les enfants de la mer.

    (Mais là, je me répète)

    (Et je vais pas me connecter à chaque que je poste, non mais è__é)
    (Tu changeras mon mails ^__^)

    1. Exactement, comme toi, je suis outré par ce étalage indécent d’appareil génital masculin !

      J’avais pas remarqué l’erreur, du « thermae romae » doré qui apparaît sur la tranche au lieu du dos avant l’achat. Vu la taille du bandeau, c’est vrai que ça paraît bien louche, cette histoire…

      Sinon, j’suis pas vraiment intéressé par les enfants de la mer.

      (Et bravo pour ton mail, feignasse ! è_é)

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s