Death Note

Manga - Manhwa - Death note Vol.3

Titre : Death Note
Auteurs : Takeshi Obata & Tsugumi Oba
Éditeur japonais : Shueisha
Éditeur français : Kana
Nombre de tomes : 12 (fini, existe également en une réédition de 6 tomes)

L’histoire :

Light Yagami est un lycéen âgé de 17 ans, jeune homme brillant, fils d’un policier, il découvre un étrange carnet qui se révèle être le livre d’un dieu de la mort : Ryûk ! Light apprendra vite quels terribles pouvoirs renferment ce carnet : tous ceux dont le nom est inscrit dans le Death Note sont appelés à mourir dans les 40 secondes qui suivent !
Les implications sont énormes et en possession d’un tel carnet Light est potentiellement capable d’imposer sa loi à un monde qu’il estime perverti. Mais peut-on choisir qui va vivre et qui va mourir ? Certaines personnes méritent-elles de mourir par la seule volonté d’un adolescent, à la fois juge et bourreau pour une sentence irrévocable ?
En agissant de la sorte Light devient lui-même un criminel, il éveille ainsi l’attention de L, enquêteur mystérieux mandaté par Interpol. Un duel sans merci s’engage entre ces deux esprits exceptionnels !

Manga - Manhwa - Death note Vol.9

Avis long et complet :

Death Note était le manga évènement des années 2006-2008. A l’époque décrit comme LE shônen à lire, il a malgré tout, ou justement à cause de cela, rapidement trouvé une horde de détracteurs prêts à tout pour désacraliser un titre qui ne méritait pas, selon eux, une telle gloire ? Qui a raison, qui a tort, c’est que nous verrons (après une courte page de publicité) !

[Achetez Yotsuba &!]

Nous revoilà !

Death Note avait donc un synopsis prometteur. Nous laissant croire à des stratagèmes brillants, a des réflexions poussées et, pourquoi pas, à des interrogations d’ordre philosophique et/ou morale. Et, comment dire ? S’il y a, effectivement, bien de tout cela, on ne peut pas décemment qualifier Light et L de génies.

Parce que tout ce qui est éthique est balayé d’une parole par le premier, ou porté naïvement en étendard par le second. Parce que leurs duels ne sont que longues réflexions creuses et inutiles, longs pavés de texte indigeste au possible. Un exemple ? Allez, c’est facile. Dans l’un des premiers tomes, Light et L s’affrontent au cours d’un match fort inintéressant de badminton. Et là, c’est tout un tas de stratagèmes pour savoir si, en gagnant Light ne se montrait pas comme étant possiblement Kira, ou si, en perdant, il sera assez convainquant dans son rôle de « Je-ne-suis-pas-Kira ». Et de son côté, L fait le raisonnement parrallèle.

Et tout le manga sera du même acabit, avec L soupçonnant Light dès le début et Light cherchant à tuer L dès le début, aussi.

Heureusement, il y a un côté fortement fantastique dans ce récit policier où seuls les deux protagonistes centraux ont un minimum d’intelligence (les autres sont stupides, sans exceptions, histoire de creuser l’écart). Côté fantastique dominé par Ryuk, son Death Note et ses pommes. En dehors de ça, les autres Dieux de la Mort présentés font de la figuration ou sont manipulés comme des neuneus par un Kira machiavélique. Justification de tout ce bordel ? Ryuk s’ennuyait. Oh.

A noter que tout un tas de règles existent pour ce genre de situation, pour utiliser un tel cahier, et que certaines sont tellement précises qu’on dirait qu’elles ont été inventées pour faciliter l’avancée du scénario selon les plans de Kira. Quoi, c’est vraiment le cas? Au temps pour moi, alors.

Du coup, comme seuls les gens touchant (ou ayant touché)  le cahier voit Ryuk, cela force Light a trouver de nouveaux moyens pour communiquer avec le Dieu sans passer pour un cinglé (contrairement à Hikura et Chiaki dans Genkaku Picasso). Placé sous surveillance comme toute sa famille car L les soupçonne rapidement (sinon, ce ne serait pas drôle), Light fait preuve d’ingéniosité. Mais tout cela sera bouleversé par un second Kira…

Cela nous amène droit à Misa, l’autre personnage important, et surtout figure féminine majeure, puisqu’elle représente toute la bêtise sotte du manga, mais qui permet à Light de se sortir de bien des situations, en jouant à cache-cache avec les deux cahiers, en se servant de ses yeux de la Mort. Bref, encore un pion sur son échiquier.

Dans Death Note, les personnages féminins sont particulièrement malmenés. Misa, Maman-Kira, Soeurette-Kira, la femme de Raye Penber, et j’en passe, tous servent de faire-valoir et prouve leur inutilité régulièrement.

On remarquera également que, pour des raisons de simplification, les Dieux de la Mort se rendent tous au Japon, tombent tous amoureux de Misa (ce qu’il les fait crever, cool), alors que ceux qui veulent arrêter Kira sont tous américains (y a des japs’, mais ils obéissent à L, l’amerloque). Je ne sais pas s’il faut en déduire quelque chose, mais cela me laisse perplexe…

Reste le dessin, sans aucun défaut, sûrement pour compenser une trame alambiquée et surévaluée. Il y avait moyen de faire quelque chose de sympa, moins prise de tête, mais non. Raté. Et ce n’est pas le coup de théâtre en milieu de série, ni sa fin, qui sauveront le manga.

Manga - Manhwa - Death note Vol.12

Pour conclure…

Death Note est un excellent manga pour qui veux avoir de bons et solides maux de tête suite à une lecture capillotractée.

2 réflexions sur “ Death Note ”

  1. En voyant ton article je me suis dis que je m’étais trompé d’endroit, et en revenant sur ton blog je me suis demandé si le premier avril tombait un 5 février cette année.

    Bon, je vais éviter la méchanceté gratuite sur Death Note (même si elle serait justifiée) (donc plus gratuite) (tu dis Death Note et ça suffit pour que je me donne mal au crâne) (breeeeef….) et me contenter de dire que je rejoins ton avis (même si j’aurai été beaucoup plus méchant).

    Voilà, sinon les deux ou trois trucs bien dans Death Note sont des copiés / collés d’Hikaru no Go donc….

    1. En fait, j’avais pas d’article tout prêt, j’avais besoin de meubler, et je voulais faire une chronique. Donc DN était tout indiqué, vu que c’est super facile d’en dire du mal. Mais pas trop, parce que ce n’était pas une lecture si désagréable.

      Sinon, non, aux dernières nouvelles, le 1er avril sera bien le 1er avril. Mais cela est sujet à modifications de dernières minutes, alors, méfiance !

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s