All Rounder Meguru

Aujourd’hui, nous allons parler d’une série qui s’est retrouvée il y a peu dans mon bilan manga 2011 (vous savez, celui qui a duré longtemps, longtemps, squattant même début janvier !).

All Gay Meguru !

All Rounder Meguru est la dernière série en date de l’auteur, avec déjà 7 tomes de sortis au Japon. En France, Hiroki Endô est surtout connu pour son précédent manga, Eden. Donc, petite précision pour commencer. Ceux qui s’attendent à revoir un monde pessimiste et violent dans lequel se mélange tous les fluides vitaux possibles, faite demi-tour ! All Rounder Meguru, ce n’est pas un Eden-bis. Alors oui, mine de rien, cela reste assez violent avec déjà au moins un mort par tome, mais on est loin de sa précédente série qui faisait plus dans le quota de massacre par tome.

« -Vous prendrez autre chose, avec votre boucherie sanglante ?
-Que me proposez-vous ?
-Au choix, un flash-back introspectif, une scène de cul, ou des investigations scientifiques sur la nouvelle mutation du virus, monsieur.
-Hmmm, j’hésite… »

Avec All Rounder Meguru, plus d’hésitations ! Il n’y a, pour l’instant, rien de tout ça ! Et pour cause.

Bon, c’est l’heure du résumé :

Meguru et Takashi étaient des amis d’enfance passionnés de karaté. Ils se sont perdus de vue suite au déménagement de Meguru. Sept ans plus tard, ce dernier décide d’apprendre le Shooto. À son grand étonnement, il retrouve Takashi à l’occasion de son premier combat mais ces retrouvailles ne sont en rien heureuses : pas d’accolades fraternelles ou de poignées de main amicales ! Leur rencontre est au contraire violente et froide. Takashi a beaucoup changé et semble porter un lourd passé. Une rivalité naît alors entre les deux jeunes hommes.

Un résumé pas si convaincant, je l’avoue. En même temps, il n’est pas de moi, mais de Panini, l’éditeur qui réussit l’exploit de ne pas être cohérent d’une série à l’autre.
Là, vous vous demandez forcément de quoi je parle, sauf, sûrement, Meloku, qui doit s’en douter (et qui aime être cité dans mes articles, huhu).

En effet, Panini a déjà publié intégralement la précédente série de l’auteur (même s’il y a eu des reports, ce qui n’est en rien étonnant avec eux). A l’époque, on le nommait Hiroki Endô. Depuis, c’est devenu Hiroki Endou. Du coup, pour les gens qui ne sauraient pas que c’est bel et bien le même homme, Panini croit intelligent de préciser qu’All Rounder Meguru est fait « par l’auteur d’Eden ». Mais surtout, pas en mettant un innocent autocollant sur la couv’, non, il ne faut pas oublier qu’on fait face à Panini. Cette phrase de rappel est imprimée directement sur chacune des jaquettes, et cela risque de l’être jusqu’au dernier tome. Même si la série en fait plus de 20.

Un peu comme Kana pour qui l’aventure de Letter Bee « ne fait que commencer » depuis 12 tomes. Mais je m’égare…

Mais bref, passons.

On retrouve dans ce manga toute la qualité graphique qu’a acquis l’auteur au cours d’Eden, développé ici dans une histoire plus légère, avec plus d’humour et de détente. On sent bien la passion d’Endô (=Endou) pour le shooto, dont les coups sont particulièrement bien expliqués et détaillés. Si vous voulez des combats clairs et compréhensibles, à milles lieux de D.Gray-Man (spéciale dédicace à Meloku), c’est All Rounder Meguru qu’il vous faudra choisir !

En prenant un lycéen pour héros et un ex-futur mafieux (?) pour antagoniste, Endô (=Endou) se donne le luxe de livrer à la fois des scènes de vie quotidienne d’un banal lycéen contrastant avec la violence d’un jeune homme désirant se venger de la mort de son père. Du coup, vous pouvez deviner dans quel contexte les rares morts surviennent. (Spoil, spoil !) Donc voilà, ce n’est pas que du sport bête et méchant, et plusieurs intrigues se croisent, pour varier les plaisirs.

De plus, la galerie de persos présentée est assez large, permettant à chacun de trouver son bonheur ( y a tout plein de bishônen et de bishôjo, yeah).

Et voilà, l’article tant promis arrive à son terme. Enjoy !

2 réflexions sur “ All Rounder Meguru ”

  1. Je suis cité deux fois \o/

    Pour le travail de Panini, je rajoute que le fait de ne plus expliquer les termes techniques dans le tome 3 est frustrant. On n’a pas forcément envie de se taper les deux premiers tomes pour comprendre ce que ça veut dire. Et on ne les a pas forcément sous la main non plus.

    Sinon je suis d’accord avec toi. Sans être à la hauteur d’Eden, All Rounder Meguru est un super manga.

  2. La disparition des notes est gênante, mais d’un côté, ce sont des termes qui reviennent toujours. Et puis, Akata fait pareil avec la plupart de leurs titres : si une explication a été donnée une fois, et que le mot est de retour dans un tome suivant, ils renvoient alors le lecteur à relire le tome contenant la note.

    Donc c’est une méthode déjà utilisée, ça ne me choque pas. Même si là, c’est handicapant…

    (Prochain défi : te citer 3 fois, on y croit ! =O )

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s