Le Dit de la Terre Plate – Tanith Lee (1/2)

Histoire :
En ces temps-là la Terre n’était pas une sphère, et d’innombrables démons vivaient dans de vastes royaumes souterrains, s’amusant parfois à remonter à la surface pour tourmenter les humains, leur accorder mille merveilles pour mieux les faire sombrer dans d’innommables horreurs.
Le plus grand d’entre eux, le plus cruel aussi, était Ajrarn, le Seigneur des Ténèbres, le Maître des cauchemars et des créatures de la nuit. Nombre de mortels avaient vu leur destinée brisée pour simplement assouvir ses caprices, et pourtant il cachait dans son cœur démoniaque un profond mystère qui allait changer à jamais la nature même de la réalité…

-Éditions Mnémos
-Auteur : Tanith Lee
-Illustrations : Alain Brion
-Prix : 24€

Avis :

Le Dit de la Terre Plate est un cycle composé de cinq livres, écrit par Tanith Lee dans les années 80. C’est plus tout récent, mais c’est de l’excellente fantasy, que tout le monde devrait avoir lu. Cette première partie de l’Intégrale regroupe les trois premiers tomes.

Le Maître des Ténèbres:

Un tome plutôt introductif, dans lequel le lecteur découvre avec émerveillement le principe étrange qui gouverne ce Dit. En effet, l’histoire est composé de récits semblant indépendants de prime abord, mais reliés par les personnages ou certaines actions. Le tout est narré façon « contes des Mille-et-une Nuits ».

On découvre également le Prince de la Nuit, Ajrarn le Magnifique, même si ce mot ne saurait décrire amplement et totalement parfaitement la beauté du démon. Ajrar, qui, en jouant avec la vie des humains, leur fera découvrir la beauté, l’amour, mais aussi la cruauté et la haine. Deux faces d’une même pièce. Le merveilleux n’est jamais loin, mais gare à la vengeance des démons, dont la cruauté est légendaire.

Pour un premier opus, ce roman emporte le lecteur très loin, dans un univers très riche, grâce à l’imagination incroyable de l’auteure, qui sait créer une histoire envoûtante et captivante. La relative indépendance des récits aurait pu être un bémol, mais, au contraire, l’unique façon que Tanith Lee a de lier ses contes les uns avec les autres rend une ambiance unique et ensorcelante. Son style d’écriture n’est pas en reste, fluide et aérien, évoquant sans équivoque les Mille et une Nuits, et la traduction ne gâche rien.

Le Maître de la Mort:

Ce deuxième tome représente près de la moitié du premier volume de l’Intégrale. Autant dire de suite que l’histoire se veut ambitieuse et complexe, réutilisant avec justesse des personnages entrevus ou développés dans d’autres circonstances, pour les amener à affronter d’autres évènements, et à évoluer en contre-coup.

Ici, c’est Uhlumé, l’un des cinq Seigneurs des Ténèbres, La Mort en personne, qui est à l’honneur. Partant d’une situation désespérée pour un royaume à l’agonie, l’histoire nous présentera deux héros distincts mais aux Destins liés, Simmu, fils d’un mort, et Jirem, rendu quasiment immortel par la magie d’un Puit de Flammes.

Le thème de la Mort, de la Vie, de l’Immortalité, sera bien évidemment au centre du récit, dans lequel Simmu et Jirem ne seront peut-être, ou peut-être pas, que des pions pour Ajrarn, Prince des Démons, dans le jeu que représente la Terre Supérieure à ses yeux. Car il lui arrivera, de temps à autres, puisque le temps n’est qu’un détail pour les Démons de Terre Inférieure, de venir s’amuser de La Mort.

Personnellement, c’est le meilleur tome de ce recueil. Le thème universel de la Mort est magnifiquement décrit, et la valse des personnages, évoluant au gré des évènements et des machinations d’Ajrarn, est incroyablement mise en scène. Tanith Lee signe là un coup de maître.

Le Maître des Illusions:

Voici venir le troisième Seigneur des Ténèbres, Chuz, le Prince La Folie. En utilisant les hommes comme de simple jouets pour satisfaire l’ambition de sa démence, il attire à lui la colère d’Ajrarn, son non-frère. De son côté Chuz lui reproche d’usurper son titre, en rependant la Folie à sa place. C’est ainsi qu’une guerre éclate entre les deux Seigneurs des Ténèbres…

Contrairement au tome précédent, dans lequel Ajrarn restait en retrait tout en tirant les ficelles de ses marionnettes dans l’ombre, ici, c’est Chuz, la Folie personnifiée, qui se cache de nous, pour mieux apparaître aux détours du chemin. L’influence du Prince des Démons n’aura jamais été aussi grande que dans ce tome, où il tente d’éviter à l’Humanité de tomber dans les griffes de son non-frère. Pourtant, il se pourrait bien que Chuz est, déjà, quelques tours d’avance, dans son jeu de dés sans face…

Passant après le Maître de la Mort, ce tome-là signe une petite déception. Déjà, par la mise en retrait de Chuz, Maître des Illusions qui donne son titre au roman, sans en être le personnage principal, malgré son importance dans le récit. Ajrarn reste omniprésent, bien trop, pour une fois. Reste que ce tome offre une suite, ce qui pourrait expliquer cette légère baisse de régime. Et puis il était forcément difficile de faire mieux en deux fois moins de pages pour développer son récit…

En bref:
Tanith Lee livre là un cycle dense et prometteur. Entraîné dans un univers de démons, de magie et de sorcelleries, j’ai été littéralement captivé par ce gros bouquin. Un achat qui vaut le coup, assurément.

22 réflexions sur “ Le Dit de la Terre Plate – Tanith Lee (1/2) ”

    1. Tu remarqueras qu’on voit quand même plus le « manga » que le « Torchwood »😄

      (C’est un livre avec de vrais mots, genre, un vrai livre, pas un truc pour gosse, quoi. *argument de vieux aigri* )

      1. Ca fait bizarre d’ailleurs. On pourrait croire que Torchwood va être adapté en manga😄

        (Tu sais, moi, dès qu’il y a plus de 40 mots de vocabulaire, je suis complétement dépassé o:)

        1. Si seulement un excellent mangaka (au hasard pas Hoshino) pouvait adapter DW en manga ^__^

          (Pour l’instant je ne fais pas grand chose puisque l’inscription est dans 3 semaines XD)

        2. Ah non, pas Araki :p
          Je vois plus quelqu’un comme Naoki Urasawa, Makoto Yukimura ou Hiroki Endo. Enfin ce serait cool qu’ils fassent un tome un auteur (et que ce soit moi qui choisisse les mangaka XD).

          (J’ai l’inscription le 11 octobre \o/)

        3. Hiroki Endo, je le verrais plus faire du Torchwood, de la SF gore et sexe, mais quand même intelligente. DW, c’est trop gentillet pour lui !😄 Urasawa est plutôt thriller, non ?
          Un tome par auteur, ça pourrait être pas mal, même si un peu court pour vraiment développer quelque chose (après, tout dépend de la pagination du tome en question). ^^’

          (Raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Chanceux !!! è_____é )

        4. On dit souvent que Torchwood est plus dark que Doctor Who, mais honnêtement je trouve ce dernier plus « dur ». Le final de The water on Mars (épisode d’une heure indépendant, mate le si tu ne l’as pas déjà fait ^^) m’a nettement plus traumatisé que tout Torchwood réunit par exemple.
          Et certains épisodes de DW sont très flippants (surtout quand ils sont signés Steven Moffat ou Mark Gatiss).
          DW est loin d’être « une série pour gosses » comme dirait l’autre couillon de Dead Set.

          A travers 20th CB et Pluto, Urasawa a fait de la SF quand même. Et puis c’est toujours mieux d’avoir une intrigue prenante.

          Faudrait faire comme pour la série, un épisode par tome mais quand on lit les deux derniers on se rend que tout est lié et que c’est du pur génie !

          Sinon ouais, les auteurs pourraient faire des runs de 2 ou 3 tomes comme c’est déjà le cas pour certaines adaptations de visual novels.

          (Hihi :3)

        5. Pas vu, faut que ma soeur achète le DVD (s’il est inclus dedans, ce que j’espère). Je sais juste que les dernières saisons sont plus « matures », plus sombres (avec le Silence), Mais c’est tout. Donc je peux pas trop juger ^^ »

          De ce que j’ai vu dans la première saison, à chaque épisode le Docteur règle le problème de la semaine en deux/trois mouvements, et avec facilité. Alors, oui, parfois il semble dans le pétrin jusqu’au cou, mais globalement, j’ai jamais ressenti beaucoup de tension, vu qu’il s’en sort toujours aisément (contrairmeent à Torchwood où c’est la galère très souvent😄 ).

          Mais je sens que tu tiens là un bon concept, faut juste voir si ça se vendrait et savoir quelle est la notoriété de DW au Japon…

          [On est un peu en HS par rapport au sujet du billet, nan ?😄 ]

          (T^T)

        6. Il n’est pas dans le coffret de la saison 4 mais dans celui des épisodes spéciaux.
          Mouais, enfin ils galèrent bien. Pour rappel le Docteur meurt deux fois dans la saison 1 (l’épisode avec le père de Rose et le dernier). Je trouve qu’actuellement les personnages sont trop chouchoutés, on sent que rien ne peut leur arriver. Alors qu’à l’époque j’ai vraiment cru à la mort de Rose lors du 12ème épisode.
          Et en même temps Torchwood, c’est des bras cassés😄 Elle ne sert à rien Tosh dans DW, à part faire sa curieuse et crier😄

          Je ne pense pas que DW soit un grand succès au Japon. C’est bien malheureux ToT

          [Oui, désolé ^^’]

          (^_^)

        7. Ok, elle prévoit aussi de l’acheter. Je sais pas quand, mais elle le fera. Un jour… Lointain… >_>

          Ouaip’, ils galèrent, mais tout est réglé en deux/trois secondes, via une pirouette scénaristique. Hop, c’est réglé. C’est magique.

          « Elle ne sert à rien Tosh dans DW »

          Dans DW ? Elle n’apparaît qu’un seul épisode, et encore, ce fut officialisé bien après (fin de la saison 2 de TW). Tu voulais mettre un T plutôt qu’un D, nan ?😄

          [Excuses acceptées ! U_U ]

          (T___T’)

        8. Je trouve que tu caricatures un peu les choses😄

          Oui oui, je parlais bien de Doctor Who. Elle fait une apparition ridicule😄

          [Ouf j’ai eu peur. Ca faisait longtemps un tel HS quand même🙂 ]

          ( ☜(⌒▽⌒)☞ )

        9. A peine. Du tout, du tout, ce n’est point moins genre…

          Ben mine de rien, c’est grâce à ce rôle dans DW qu’elle a pu obtenir un rôle dans TW ! =O Donc, ridicule ou pas, ça a payé !

          [Ben d’habitude, les HS, c’est réservé au billet sur D.G-M… >_<' ]

          (Joli smiley ! *o* )

        10. Tu es cruellement cruel avec Tosh… T^T

          [Owi, un autre article sur D.G-M, ça attire les visiteurs et les commentaires ! \o/ ]

          Les smileys jap’ sont trop bien (dommage qu’il soit passé à la ligne, mais au moins, la coupure est au niveau des verres !)

  1. Arrêtez de parler de Torchwood alors qu’on a ici un magnifique exemple du génie littéraire, bande de…rustres !
    Enfin, je dis ça, mais bien sûr, ce livre ne pourra jamais surpasser l’Epée de vérité !

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s