Torchwood MD : Rendition / Dead of Night

[Cet article contient des spoils mineurs et des hypothèses invérifiées. Prudence… La conclusion, logiquement placée en toute fin d’article, se veut garantie spoiler safe !]

Si le premier épisode de Miracle Day a été écrit par Russel T. Davies, créateur de la série, la suite s’offre des scénaristes américain bien connus dans le monde des séries télé. Ainsi Rendition et Dead of Night , épisode 2 et 3, ont été écrits respectivement par Doris Egan (Dark Angel, Smallville…) et Jane Espenson (Battlestar Galactica, Caprica, Buffy…).

A noter que si chaque épisode à son titre, celui-ci n’apparaît nul part durant le générique. Dommage…

Rendition voit donc l’embarquement de Torchwood vers les Etats-Unis d’Amérique. Torchwood= Jack & Gwen, donc Rhys et le bébé dégagent et restent sur place. L’essentiel des scènes se déroule donc dans l’avion les emmenant. Car si Rex a mis quelques minutes à traverser l’Atlantique à l’aller, grâce à la magie des ellipses temporelles, ici, pour le retour, on prend notre temps. Ce qui permet à Lyn, agent de la CIA brillamment interprétée par Dichen Lachman (Dollhouse…), de tout faire pour tuer Jack, selon les ordres qu’elle a reçu de sa hiérarchie (ceux-ci allant donc à l’encontre des motivations de Rex, hum, c’est suspect).

En bref, on est toujours dans l’optique d’un complot contre Torchwood, et cet épisode montre bien que, Jack étant le seul à pouvoir mourir, tout ce bordel pourrait bien avoir été organisé juste pour le tuer lui. Comme le dit Gwen, c’est forcément lié à lui, et, donc, à son passé. Cela promet donc des révélations dans les épisodes suivants !
Après l’attaque de l’hélicoptère au bazooka par Gwen, cet épisode offre lui aussi une séquence totalement Torchwoodienne, intense et évidemment à la limite du bizarre/ridicule. Un moment comme on les aime !

Du côté d’Esther, pas grand chose, mis à part sa fuite hors des bureaux de la CIA, une fois qu’elle comprend dans quel pétrin elle s’est engagée en continuant l’enquête sur Torchwood, alors qu’on lui avait bien dis d’arrêter immédiatement. Mais nan, elle n’a pas écouté. Et, naïvement, elle se jette d’elle-même dans la gueule du loup. Heureusement et évidemment, elle s’en sort (il reste encore 8 épisodes).

Pendant ce temps-là, on découvre Jilly Kitzinger, dont l’interprétation par Lauren Ambrose (Six Feet Under) est absolument impressionnante. Voulant s’associer à Oswald Danes, le tueur de la saison, ils risquent de former un duo diabolique…

Du côté du Dr Juarez, quelques complications et c’est surtout grâce à elle que l’on a toutes les conséquences et implications du Miracle Day. De nouveaux aspects du problèmes sont abordés, prouvant encore une fois que ceci n’est vraiment pas un miracle…

L’épisode se termine par la réunion de la nouvelle équipe, lorsqu’Esther récupère le trio (Gwen, Jack, Rex). Ce deuxième épisode apporte donc de nouveaux éléments à l’intrigue, mais pour l’instant, Torchwood n’est pas pleinement dans l’action. Cela devrait changer pour la suite, maintenant que tout est en place…

Dead of Night
J’attendais cet épisode avec impatience, notamment parce que je suivais les tweet de Jane Espenson régulièrement, et qu’elle parlait souvent de ses marathon d’écriture, de son retard ou des réunion entre scénaristes. Les coulisses où tout se décidait, pratiquement en direct !

Bref, l’épisode en question.
Alors que le premier se contentait de remettre les personnages en place, d’introduire les nouveaux venus et de présenter le Miracle Day, que le deuxième nous offrait une longue scène typiquement Torchwood, ce troisième épisode fait réellement avancer les choses, tout en affinant les relations entre les membres de la nouvelle équipe.

Jack, Gwen, Esther, Rex. Une nouvelle dynamique s’opère dans l’équipe à peine formée, Rex et Jack se battant verbalement pour la place du chef. Bien évidemment, on devine qui gagne.
Cela fait, on découvre le nouveau QG. En fait, l’appart pourri et minable de Jack. Plus une cachette discrète qu’un véritable Hub… Il est loin, le bon vieux temps…

Cet épisode est aussi l’occasion pour les personnages principaux de s’entre-croiser. Jilly essaie toujours d’acquérir Vera à sa cause, Jack va confronter Oswald, Gwen enquête en plein milieu d’un colloque mêlant Jilly, Oswald et Vera…

Il n’y a guère qu’Esther qui reste à la base (qui n’est une base que de nom, comme déjà dit). Mais elle se rapproche de Gwen, et leur amitié naissante est touchante à voir. Même si Esther est la « remplaçante » de Toshiko, elle n’est pas une pâle copie. Et tant mieux.

Rex se montre un peu plus humain, lors de sa rencontre avec Vera, mais toujours aussi imbuvable dans le reste de l’épisode. Même si les passages où Gwen se joue de lui sont marrants (le retour des lentilles de contact !).

Quoiqu’il en soit, Torchwood trouve le moyen d’enquêter sur le Miracle Day, en investiguant sur toute personne ou entreprise ayant tiré bénéfice de la situation. Et Oswald Danes en fait partie. Ainsi qu’une société pharmaceutique, pour qui ce dernier va prendre la parole, grâce à… Jilly. Et oui, tout ce petit monde est lié et prend place où il faut.
Ainsi, il aura fallu trois épisodes, mais on sait enfin en quoi ce meurtrier pédophile est concerné par Torchwood !

Reste à savoir si le nouveau culte apparaissant dans cette épisode aura une importance par la suite. Les Soulless, comme ils se nomment, sont inquiétants, mais comme ce sont des gens, des anonymes dans la foules, ça m’étonnerait que leurs actions puissent avoir de graves conséquences. A moins que certains terroristes s’y cachent ? A moins que cette secte soit dirigée par l’investigateur du Miracle Day ?

En parlant de ça… En trois épisodes, soit près du tiers de la saison, l’élément « science-fiction » du show est resté assez discret. Quelques bribes semblent indiquer qu’évidemment, tout cela est issue d’une technologie futuriste et/ou alien, mais rien de concret.

Oh, sinon, avant d’oublier. Cet épisode offre aussi une polémique sur la censure. En effet, 10 secondes seront coupées pour la version UK (mais intégralement présentes dans les futurs DVD). 10 secondes d’une scène de sexe entre hommes (Jack et un coup d’un soir), mais aussi une scène hétéro, vu que les deux sont mêlées adroitement, montrant ainsi la fragilité psychologique des personnages (oui, oui, peut-être que j’interprète un peu trop…).
Au vu de la scène en question, j’approuve, c’est une polémique inutile. Comme d’hab’.

Conclusion:
En trois épisodes Torchwood a su se renouveler et rebondir, via un mystère alléchant et prometteur, à l’échelle mondiale. Le retour de Jack et Gwen après deux ans d’absence est réussi. Les nouveaux personnages se mêlent bien à l’histoire, et, si Miracle Day semble reprendre la formule de Children Of Earth, les motivations sont différentes, et l’approche aussi.
Reste que l’élément science-fiction est pour l’instant trop peu présent…

Publicités

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s