Jojo’s Bizarre Adventure : Jojolion~Chapitre 2

Avais-je dis que j’attendrais l’édition de Tonkam pour la suite de cette partie ? Si oui, faite comme si cela n’avait jamais existé dans cet univers-ci.
Si vous n’avez pas lu ce chapitre, de deux choses l’une. Soit vous passez votre chemin, à vos risques et périls, et je tiens à signaler que vous allez le regretter chaque jour du reste de votre vie; soit vous courrez immédiatement le lire, et fissa, pour mieux revenir ici. C’est ce qui me paraît être le mieux… =)

Bref, spoilons dans la joie et la bonne humeur ! =)

Le chapitre commence après une courte ellipse, puisque l’on retrouve notre héros anonyme directement à l’hôpital, triste et seul, se demandant, à l’instar des lecteurs, qui il est… Et quand notre héroïne lui rend visite, c’est pour mieux se rappeler le souvenir (traumatisant) des quatre testicules…

Lire la suite Jojo’s Bizarre Adventure : Jojolion~Chapitre 2

Un peu de changement !

Effectivement, après plus de six mois sans grandes modifications, voici un nouveau thème. Plus clair et plus blanc, voici qui illuminera les belles journées d’été qui s’annoncent.

Sinon, au niveau du contenu, rien de changé, j’ai mis les mêmes rubriques à peu près au mêmes endroits.

Et puis, ça m’a permis de mettre une petite bannière, ce que je ne pouvais pas faire avec le précédent thème, donc là,  je suis pleinement satisfait. Et pis, ce sont les trois Bakura à l’honneur, c’est cool.

Voilà, un billet reposant et inutile pour terminer la semaine en beauté, que demander de plus ?

Il est content, le Bobo, très content !

Et il a de quoi être content puisqu’effectivement, après une relativement longue attente due à un défaut de stock, sa commande est arrivé hier matin, à 11h17 selon Chronopost. Mais Bobo n’a pas fait gaffe à l’heure, trop content pour s’inquiéter de ce genre de truc complètement futile. C’est vrai quoi, ces figurines sont bien plus importantes que n’importe que autre truc, matériel ou non. Bref, trêve de bavardage aussi inutile que de regarder l’heure quand on a un colis à déballer, voici un reportage-photo réalisé par le très talentueux Bobo, pour vous en offrir plein les mirettes ! Youhou !

Le Red Eyes Black Dragon, avec Yûgi et Jôno-Uchi. Le dragon est le seul à ne pas être fixé à son support. Il reste stable malgré tout. Yûgi est mimi tout plein et l’air victorieux de Jôno le rend encore plus kawaï !

L’autre Yûgi et la bande d’amis (même si Yûgi est coupé, le pauvre). On ne le voit pas trop ici, mais les supports d’Anzu, Yûgi, Honda et Jôno-Uchi forme le fameux visage de l’amitié tracé par Anzu avec un marqueur indélébile… Eh oui, chaque socle est personnalisé ! Cool…

Fullmetal Alchemist Deluxe

Alors que la série terminait sa prépublication il y a un an, que le dernier tome est sorti en novembre dernier et que nous, patients français, on l’aura d’ici quelques jours, voici qu’une édition Deluxe sort. Format plus grand (prix aussi), pages couleurs, bonus supplémentaires (et inédits) et nouvelles couvertures. Seule inconnue, le nombre de tome total, même si l’on peut spéculer sur 27, comme l’édition normale. Autant faire durer le plaisir.

Ah, dernier mystère. Kurokawa prendront-t-ils le risque de sortir cette édition prochainement, à peine la première version achevée ?

Destin funeste (1)

Oui, oui, oui, ce billet est bien placé dans la section « Manga ». Non, non, non, je ne vais donc pas parler de mort, suicide et autres joyeusetés du même acabit. Cet intitulé de mauvaise augure me sert en fait d’accroche. Et il me servira à vous parler, avec tristesse, des titres qui, rencontrant le succès au Japon, se sont vautrés en France…

Et aujourd’hui, la première victime de ce massacre est Le Cortège des Cent Démons.

Lire la suite Destin funeste (1)

Amatsuki -tome 2

Bon, au départ, je n’avais pas du tout l’intention de faire un article pour chaque tome, et je ne sais pas si je vais continuer par la suite. Ça dépendra de mon temps libre, principalement… Le prochain tome sortant en Septembre, autrement dit, lorsque je ne serais pas encore habitué à mon futur emploi du temps de m…. Mais pour l’instant, j’en suis pas là, donc passons sans plus tarder à mon avis sur ce tome 2.

Voilà, voilà, la couv’ est jolie, avec Kon en bogoss poseur ! Comme cela devient habituel, belle édition de Kazé (joli logo, page couleur…), juste un truc qui me turlupine… Quand Sasaki s’excuse et dis « toutes mes confuses ». A moins que ce ne soit une référence volontaire au film Le Père Noël est un ordure. Mais ça m’étonnerait. =_= J’imagine plutôt une incorrection volontaire qui est passé dans le langage courant et est devenue courante, involontairement (genre « à l’insu de son plein gré », trop répandu). Et ce n’est pas la première fois que je vois ça… =/

Concernant l’histoire en elle-même, ce tome continue de mélanger sans transition présent et passé (ou monde virtuel, cela dépend des théories), soulevant des mystère d’une époque à une autre. Le lien entre les deux est encore flou…

Retour avec nos héros. Après la révélation du tome précédent sur la Princesse, on a droit à plus d’action, et à un focus important sur Kuchiha et sur sa condition de possédée. L’occasion aussi de nous présenter l’Inugami en question, et quelle prestance ! Quelle violence, aussi, mais j’en attendais pas moins d’un démon aussi réputé. ^_^

S’ensuit de nouvelles révélations, preuve que le récit avance vite et ne s’enlise pas dans des considérations inutiles. La rivalité entre la Princesse et Bonten se fait plus palpable, et notre pauvre Tokidoki ne sait évidemment pas encore de quel côté verser… Chaque camp semble avoir ses bonnes raisons, et aucun ne semble véritablement mauvais, loin du manichéisme auquel on aurait pu s’attendre dès lors que deux groupes s’affrontent.

Pendant ce temps, il se passe des choses du côté de Heihachi (pas celui de Tekken). Personnage semblant sans grande importance au début, voilà qu’il a le droit à une promotion ! Mais pour savoir ce que l’auteur a e réserve pour lui, il faudra attendre le prochain tome (quel suspens !)…

On a aussi droit à une nouvelle confrontation Tokidoki/Bonten, mais cette fois, les choses sont claires, moins de blabla énigmatique. Cependant, on sent qu’une certaine rivalité nait entre les deux-là. Tokidoki n’a pas encore fait son choix, mais il en prend la direction. Alors va-t-il rester un électron libre, le cul entre deux chaises, ou va-t-il opter pour la Princesse, définitivement ? Mystère…

Une courte page nous plonge également à nouveau dans le mystère. On revoit en effet le mystérieux gosse malade… Et sa relation avec Bonten n’a pas l’air tendre… Brrr…

Puis on revient à la réalité (ou au présent, c’est selon), pour une dizaine de pages, histoire de finir le tome sur de nouvelles pistes…

En bref, un très bon tome, permettant de solidifier les bases apposées dans le premier volume. Quelques réponses sont données (notamment sur la Princesse – dont l’androgynie devrait plaire à Meloku XD, mais aussi un truc sur Kon, qui m’avait bien fait tiquer au premier tome, mais qui trouve son explication ici), mais de nouvelles questions apparaissent. Rien n’est joué, on continue d’avancer dans le brouillard, et de plus en plus de récits sont contés en parallèle… Deux dans le passé virtuel, un dans le présent réel, faut suivre (surtout que l’auteur ne fait aucune transition). Mais ce ne sont que des détails, par rapport à la grand qualité du reste.
Et je suis totalement fan du dessin et du design des persos. Hum, et comme il faudrait quand même que j’en dise un peu de mal, je dirais que les (rares) scènes d’action sont parfois un peu trop confuses…

Plus qu’à attendre la rentrée, maintenant… Snif.

Un cadeau pour ma Juju !

Et voilà, le 14 Juin est là, le beau temps aussi (euh ?) et surtout les vacances tant attendue par ma Juju, suite à une période de révisions et d’examen bien trop longue. Mais aujourd’hui n’est pas une simple et banale journée comme les autres, monotone à souhait et ennuyeuse à crever. Non ! Bien plus que cela ! Aujourd’hui, notre Juju va souffler ses vingt-et-une bougies ! 21 !


Eh oui, cela va lui donner une nouvelle fois l’occasion de parler vieillesse, cheveux blancs, retraite anticipée et respect aux personnes âgées. Hum. On y croit. Franchement, si, si. Après tout, déjà un cinquième de sa vie d’écoulée, déjà. Le temps passe… Inéluctablement… Et la vieillesse réclame son dû, tandis que la mort attends patiemment son tour…

Mais loin de moi l’idée de faire passer cette magnifique journée pour une annonce funeste et glauque. Loin de moi l’idée d’écrire un texte sombre et torturé, mêlant pensées de mort et noirceur de l’âme. Non, non, je vous le dis de suite. Ce n’est qu’une impression.

En fait, c’est la joie, la bonne humeur, le soleil et les papillons qui dominent cet article à l’ambiance bon enfant. Bon, il est vrai que, l’inspiration venant, j’ai failli laisser libre cours à la folle invasion des Ténèbres avant de me ressaisir. Hey, c’est un anniv’, pas un enterrement ! Faut pas se faire des cheveux blancs, hein Juju ? (ahah)

Bref, on est là pour faire la fête ! Virtuelle, la fête. Et offrir des cadeaux ! Tout aussi virtuels, les cadeaux. C’est pas ma faute, c’est celle du blog.
(Note : par contre, l’alcool, ça serait bien qu’il ne soit pas virtuel, hein.)

Bref, le cadeau. Choix difficile. J’ai beaucoup hésité. Ce fut dur et long, avant de m’arrêter sur un choix net et précis.
Autant prévenir de suite, âme sensible s’abstenir. Je sais que ce ne sera pas le cas de ma Juju.

Lire la suite Un cadeau pour ma Juju !

Le Chevalier d’Eon

Titre : Le Chevalier d’Eon
Auteurs : Yumeji Kiriko & Tow Ubukata
Éditeur japonais : Kodansha
Éditeur français : Asuka
Nombre de tomes : 8
Date de sortie du premier tome : jap>21/10/05; fr>14/02/08
Date de sortie du dernier tome : jap>23/02/09; fr>10/12/09

L’histoire :
Paris, au 18e siècle.
Tandis qu’à Versailles, les aristocrates baignent dans le luxe et l’opulence, un complot se trame dans l’ombre…
Un cercueil, dans lequel repose une belle jeune femme, dérive sur la Seine. Son frère, le chevalier d’Éon de Beaumont va faire tomber les masques et retrouver celui ou ceux responsable de sa mort.
Quel est le secret qui plane sur le décès de Lya de Beaumont ?
Que signifient les mots peints en lettres de sang sur son cercueil ?
D’autant que le Duc d’Orléans semble être au cœur de cette affaire pleine de noirceur et de mystères…

Un seul homme peut sauver Paris du chaos et de la terreur… le chevalier d’Éon !
Lire la suite Le Chevalier d’Eon