Torchwood : Another Life

Fort du succès de la série, la BBC a décidé de sortir des romans estampillés Torchwood. Les trois premiers sortent quelques jours après la fin de la saison un. Et ils sortiront ensuite toujours par salve de trois.

Je me suis donc acheté les trois premiers l’été dernier. Parce qu’après deux ans sans un mot d’anglais, il me fallait absolument retrouver mon niveau d’antan.

Les trois-là se déroule entre l’épisode trois (Ghost Machine) et quatre (Cyberwoman) de la saison un.
Bref, que raconte ce premier roman d’environ 250 pages ? Je vous le fait en anglais ? Oui, ok, on fait comme ça :

Thick black clouds are blotting out the skies over Cardiff. As twenty-four inches of rain fall in twenty-four hours, the city centre’s drainage system collapses. The capital’s homeless are being murdered, their mutilated bodies left lying in the soaked streets around the Blaidd Drwg nuclear facility. Tracked down by Torchwood, the killer calmly drops eight storeys to his death. But the killings don’t stop. Their investigations lead Jack Harkness, Gwen Cooper and Toshiko Sato to a monster in a bathroom, a mystery at an army base and a hunt for stolen nuclear fuel rods. Meanwhile, Owen Harper goes missing from the Hub, when a game in Second Reality leads him to an old girlfriend…
Something is coming, forcing its way through the Rift, straight into Cardiff Bay.

Bon, comme vous pouvez le lire, ce résumé n’est pas trop compliqué. On a donc une histoire mêlant une pluie incessante causant de graves inondations à Cardiff, des meurtres de sans-abris, une disparition de combustibles nucléaires et, évidemment, le tout est lié à la Faille, et à la chose qui la traverse.

La lecture fut plutôt facile, les chapitres étant courts (8 pages en moyenne). Néanmoins, certains mots de vocabulaires techniques (notamment sur le nucléaire, ou le vocabulaire médical), et revenant régulièrement, m’ont assez agacé, car je ne les retenais pas (c’est pas faute d’essayer…).
De plus, comme le résumé l’indique, on a plusieurs pistes narrées, plus celle avec Owen, son jeu virtuel et son ex, qui s’entremêlent joyeusement. Du coup, il est parfois difficile de se perdre dans ce méli-mélo.
Une fois que les liens se font clairs, l’histoire avance plus vite. Mais la sensation d’avancer dans le brouillard et de ne pas savoir où l’auteur veut en venir est assez déstabilisante.

Néanmoins, le plaisir de retrouver l’équipe de Torchwood est bel et bien là. Les personnages sont plutôt fidèles à leur version télévisée, ce qui est évidemment un plus indéniable. De plus, on apprend quelques détails permettant d’expliquer certains évènements de la série (genre, la question que tout le monde se pose lors de l’épisode 4).

En un bref, c’est un bon moment de lecture, mais certainement pas le meilleur livre de la série. On va dire qu’il égale le niveau de certains épisodes.

Publicités

2 réflexions sur « Torchwood : Another Life »

    1. De toute façon, il n’y a pas de version française des romans. Ce serait à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Bonne nouvelle car ça signifierait que la série a un succès suffisant pour qu’un éditeur français estime la publication des romans rentables. Mauvaise nouvelle car je crains toujours la traduction, le choix des couv’ (respectée ou non?), le prix…

      Et Children Of Earth est ma saison préférée. ^_^ »

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s