Mes lectures debout à la Fnac (2)

Premier billet de ce genre, ce n’est pas du tout la peine de chercher le précédent, malgré que celui-ci semble être le deuxième. En fait, ma première lecture de ce genre, c’est Scott Pilgrim. Mais j’avais passé ça sous silence dans l’article du même nom. Car lire debout à la Fnac, c’est pas bien. Vilain garçon.

Donc, qu’ai-je pu lire, mercredi dernier, qui vaut le coup d’en faire un rapport plus ou moins détaillé ? Eh bien, c’était La Chenille, du scénariste Ranpo Edogawa et du dessinateur Suehiro Maruo.

Alors oui, en voyant la couverture noire à l’étrange allure, connaissant le titre via les différentes informations glanées sur Manga-News, je savais à peu près à quoi m’attendre. Mais en fait, je n’étais pas vraiment prêt.

L’histoire ?
« Lorsque Tokiko retrouve son mari, rapatrié après avoir été grièvement blessé au combat, il n’est plus qu’un homme-tronc : le lieutenant Sunaga a perdu bras et jambes et ses blessures l’ont rendu sourd-muet. Condamnée à vivre recluse avec lui, Tokiko va peu à peu se noyer dans les plaisirs de la chair, poussant la perversion de plus en plus loin, entre dégoût et fascination, jusqu’à commettre l’irréparable… »

Je commence les premières pages. Au début, ça va encore. Même si l’apparence du lieutenant Sunaga est repoussante. Le dessin de Suehiro Maro rend bien l’horreur de la situation, que ce soit pour Tokiko, qui va devoir s’occuper de son mari tous les jours, « devenir son infirmière », comme dis dans le manga; ou pour Sunaga, sourd, muet, sans bras et sans jambe : la chenille du titre, dont seul le regard peut exprimer ses sentiments. Et quel regard, dans certaines scènes.

Car, peu à peu, on découvre que de chenille, il n’en garde que « l’apparence », ses autres appétits étant bien plus primitifs, plus bestiaux. Sommeil, bouffe et sexe. Pas forcément dans cet ordre. Et pas forcément séparément. Je vous laisse deviner ce que Tokiko fait avec une banane. Bon appétit.

Le manga alterne entre scènes de lamentations de la femme éplorée, se plaignant de son mari dont les « soins » lui prennent tout son temps, alors que son niveau de vie baisse, la pension militaire n’étant pas suffisante, et scènes plus crues, mélangeant gore et érotisme (principe de l’ero-guro). Du coup, on peut-être mal à l’aise face à cette lecture déconcertante, à ne pas mettre entre toutes les mains.

D’ailleurs à ce sujet, je suis heureux de vous faire part, encore une fois, de l’incompétence reconnues du personnel de la Fnac. A ne pas mettre entre toutes les mains. C’est bien pour ça que je l’ai trouvé rangé au plus bas niveau, avec tous les yaoï et hentaï/ecchi. Très intelligent comme classification. Comme ça, n’importe qui pourra tomber sur ce livre. Cool.

J’avais presque fini de le lire, quand je me suis rappelé que je n’avais pas que ça à faire (Yotsuba m’attendait) et que ce n’était pas vraiment le genre de livre à lire comme ça, dans le brouhaha constant et éreintant de la Fnac. En plus, je commençais à éprouver une étrange fascination mélangée de dégoût envers ce manga, et je crois qu’à ce moment-là, le dégoût a gagné, fier et victorieux. J’ai donc reposé le livre, en me disant que, peut-être, un jour, je l’achèterais. Peut-être, car acheter un livre dont j’ai déjà lu plus de la moitié, pour plus de 15€ (plus de 100F, pour ceux qui ont encore du mal à faire la transition), ça fait cher payé.

Problème : je ne sais pas la fin. J’avais envie de la lire, mais finalement, non, j’ai sagement remis le livre en place. Pourquoi, pourquoi ? Comment ai-je pu, alors que la fin me tendait ses bras (140 pages, c’est court).
Du coup, mystère, comment ça peut bien se finir ? Bizarrement, au vu de l’histoire, de son développement, j’ai l’impression que ça ne peut se clore que par la mort des deux protagonistes (ou, au moins, celle de la chenille).
Je le saurai un jour, je le saurai.

Advertisements

25 réflexions sur “ Mes lectures debout à la Fnac (2) ”

  1. Lire à Fnac c’est le Mal. Mais je te pardonne car Suehiro Maruo c’est le Bien.
    Malheureusement les deux manga de l’auteur sortis cette année divisent. La Chenille se consacre trop sur le sexe à mon gout et manque d’aboubitissement. Et puis il se lit trop vite. Et mettre 15 euros pour acheter un manga aux éditions Lézard Noir je trouve que c’est une noble cause. Ils en ont bien besoin. C’est surtout L’île Panorama qui divise les fans car il est très différent de ce que fait l’auteur habituellement. Mais il a eu pas mal de reconnaissances de non-initiés à l’auteur justement. Pour ma part j’ai beaucoup aimé et je suis toujours friand de ses livres.
    Sinon Yume no Q-Saku m’a choqué, et il en faut beaucoup.

    1. Publié sans faire exprès ^^’

      Donc pour Yume no Q-Saku, Maruo met en scène le sexe de manières déviantes. Brrrr j’en frémis rien qu’en y passant. Lunitic’s Lovers manque d’intérêt. Seul la dernière histoire est intéressante. Il y a aussi une histoire de 6 ou 7 pages qui est sympa. Les histoires ont pour point commun l’attrait du protagoniste pour la mort. Mais le must c’est Vampyre. Un manga en deux tomes sur le vampirisme, tiens donc. C’est bien, c’est très bien. Et son chef d’oeuvre c’est La jeune fille aux camélias. Chef d’oeuvre, le mot est faible. Ce manga a été adapté en film par 3 réalisateurs différents. Ils a fait accepter aux japonais que le bondage fait parti de leur culture. Du grand Art.
      Après je pense qu’il faut preuve d’un peu de maturité pour apprécier l’auteur, c’est pour le film L’empire des sens.

      Enfin bref, je te conseille L’île Panorama qui est plus accessible, Vampyre et La jeune fille aux camélias. La chenille est un excellent bouquin aussi.

      Et 15 euros ça fait de 100 francs puisque que 15,24 euros font 100 francs ^^

      1. A ben je ne vois plus le premier message qui était pourtant affiché >_<;

        Bon je disais que lire à la Fnac c'est le Mal, mais je te pardonne car Suehiro Maruo c'est le Bien.
        Ses deux manga sortis en France cette année divisent les foules mais moi je suis toujours friand de livres de l'auteur. L'île Panorama a divisé les fans car c'est très différent de ce que fait l'auteur d'habitude. Beaucoup de fans ont donc été déçu mais les non-initiés ont apprécié dans l'ensemble (selectionné pour le prix ACBD à Japan Expo, pour le prix de l'Imaginaire). Moi j'ai beaucoup aimé car c'est une sacré oeuvre et l'utopisme m'intéresse.
        La chenille (qui est selectionné à Angoulême, c'est déjà plus la classe) c'est bien, mais c'est trop léger. L'histoire n'est pas vraiment aboutie. C'est dommage. C'est cher, ça se lit vite mais donner 15 euros aux éditions Lézard Noir c'est une bonne action. Ils en ont bien besoin. N'hésite pas à l'acheter.
        Yume no Q-Saku m'a dérangé, ça m'a choqué et secoué au point de me donner des nausées. Il en faut beaucoup pourtant.

        La suite au post d'en haut ! 😄

        1. Oui, y a eu un problème pour ton comm’, car quand une « nouvelle » personne poste un commentaire, je dois d’abord approuver sa publication avant qu’il n’apparaisse réellement.

          Concernant la Chenille, ça se lit effectivement vite, puisqu’en à peine plus de dix minutes, j’en étais presque à la fin… Du reste je note ta liste, mais je doute trouver ses autres oeuvres facilement (la Chenille n’étais disponible qu’en un exemplaire…). Vampyre m’intéresse, par exemple.

          PS : 15 €, ça ne fait effectivement pas plus de 100F, mais plus de 15€, étant donné que je n’ai pas indiqué de limite supérieure, ça peut faire plus de 100F. =)

        2. Je crois que j’ai fait une erreur dans mon adresse mail pour le premier et j’ai validé sans faire exprès. Bref.

          L’île Panorama se trouve assez facilement puisqu’il est sorti cette année. Pour le reste il faudra sûrement demander à ton libraire de les commander. En tout cas, à Album à Toulouse ils sont dispo (mais bon, ça te ferais une trotte XD).

          Oui, en effet, je viens de voir qu’il coute 16 euros. Mais moi je l’ai payé 13 euros, vive la Belgique !!

        3. Oui, c’est effectivement ça. Du coup, j’ai corrigé ton adresse mail, tout est rentré dans l’ordre. Miracle ! \o/

          J’ai mon frère à Toulouse, au pire. Il peut bien faire mes courses, en tant que dévoué « petit » frère. 😄

          Comment ça se fait qu’on (enfin, que tu) paie(s) moins cher en Belgique ? O_ô

        4. Donc pour résumer rapidement, il y a une taxe qui fait que les livres sont plus chers qu’en France. Mais il n’y a pas la même législation qu’en France au niveau du prix. Donc les prix varient entre les libraires. Tu peux aussi bien trouver la Chenille à 18 euros qu’a 13 euros. Par exmeple à la Fnac, réputée pour être chere, j’ai pris mes sorties Pika (Alive et 7 Seeds) à 5,75 euros. Enjoy ! Bon j’ai fais une dizaine de librairie et j’ai fait un stock de comics et manga 🙂

          Et en plus je n’ai pas de carte de fidélité.

          Le problème c’est que les hypermarchés peuvent se permettre de vendre les livres quasiment à prix coutant car ils proposent autres choses. Les libraires eux, ne peuvent pas. C’est ce qui a tué le métier de disquaire en France, bien plus que le téléchargement. Mais je crois qu’ils ne peuvent pas toucher au prix au delà de +/- 20%. En France c’est 5%.

          Il habite où a Toulouse ton frère ? Je le connais peut être (ça m’étonnerait mais bon ^^’)

        5. Compliqué, la Belgique… O_ô Faut chercher les bonnes affaires pour ne pas se faire avoir…

          Mon frère se trouve dans une cité u près du canal. J’en sais pas plus (preuve que je m’y intéresse beaucoup). Il fait des sciences économiques à la TSE.

        6. Grave, et si ce n’était que pour les bouquins 😄
          J’y ai acheté Number 5 à 5 euros et Là où la mer murmure à 2 euros. Certe c’était de l’occaz mais ils coutent 15 en neuf.

          Ah je vois où c’est pour ton frangin. Je m’y rend parfois. (Vu que je ne connais qu’une cité U à Toulouse je me plante peut être mais ta description correspond).

        7. Ben la Belgique, c’est un beau foutoir, alors (suffit de voir leur « gouvernement »… XD)

          Je ne suis jamais allé à Toulouse, donc je suis dans l’incapacité totale de te dire si oui ou non tu visualise bien l’endroit… >_<" Par contre, on a la preuve qu'il n'y a pas que quand je parle de D.Gray-Man que les commentaires dévient ! =)

  2. C’est clair que l’image donne une impression étrange, comme ton résumé d’ailleurs. Je ne pourrais pas lire ce genre de choses je pense, je suis bien trop pure et angélique pour ça. Ton niveau de perversion a, j’espère, atteint le paroxysme, sinon je sais vraiment pas comment -ou avec quoi- tu vas finir.

    1. Toi, pure et innocente ? Ah, la bonne blague. En tant que lectrice avide de yaoï, tu ne peux qu’être possédée par le Démon de la Luxure (entre autres choses). Je suis sûr que tu pourrais très bien aimer ce one-shot. =) (Ceci n’est pas une incitation à aller à la Fnac durant ta période d’exams).

      1. De toute façon, je déteste lire un manga que je n’ai pas acheté, ce n’est pas éthique. Bon, je veux bien essayer si tu l’achètes un jour, mais je suis pas trop dans les scènes gores alors…(trop de violence, c’est mauvais pour mon cœur) Et le yaoi, c’est tout à fait différent, c’est de l’amour, des fleurs roses et des jolis petits papillons, aaaah, que j’aime toute cette tendresse !

  3. Et ne critique pas la belgique, j’ai beaucoup de sang belge je te signale ! C’est d’ailleurs pour ça que j’ai décidé de me laisser pousser la barbe !

        1. De la barbe? Je n’ai jamais fait gaffe à ça jusqu’ici… Quel être es-tu Julaï?

          >>>Ton billet me donne envie de me mettre à la lecture de ce livre Bobo- bien évidemment sur place à la fnac? 😉

    1. C’est vrai ça ! Qu’elle achète d’abord ceux que je lis ! T’es vraiment égocentrique Bobo, c’est pas bien !
      Quant à savoir quel être je suis, je crois qu’on s’était tous décidé à dire que je venais de l’Enfer, non ?

      1. Tu n’es pas censée finir en Enfer plutôt?

        « Qu’elle achète d’abord ceux que je lis ! T’es vraiment égocentrique Bobo, c’est pas bien ! »>>> Je ne sais pas pourquoi, mais je me sens soudainement vraiment exploitée.

      1. Une baston, une baston!
        (Vous remarquerez que grâce à ce simple mot « baston », nous restons dans le registre propre au billet de notre-Ô combien vénéré- Bobo qui traite de la violence du manga dont il est question.)

Laisser un nyan !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s